Mon premier rêve en japonais

Futuropolis édite un premier livre tous les ans , en 2019 c’est le roman graphique « Mon premier rêve en Japonais » de Camille Royer. Pour rassurer Camille sa mère lui raconte chaque soir des contes japonais avant de s’endormir et son père lui transmet sa culture occidentale. Une mise en abîme des problèmes d’intégration, de déracinement et de quête d’identité. 

Ces montres qui peuplent ses nuits

Camille a huit ans et cette petite fille intrépide n’a peur de rien mais lorsque la nuit tombe, les monstres sont là, ils rôdent, ils guettent. Pour la rassurer et pour l’aider à s’endormir, chaque soir, sa maman lui raconte les contes de son pays, le Japon.  Elle lui chante des chansons traditionnelles. Le jour, Camille interroge sa maman sur son histoire, son pays et sa famille.

Mon premier rêve en Japonais, Entre ici et là-bas

Petit à petit Camille apprend à connaître l’histoire de sa famille et de sa mère en particulier. Connaître ses origines c’est important. Mais cela déstabilise la jeune fille qui doit combiner entre son histoire, celle de sa mère et son présent dans un pays culturellement différent. Elle se rend compte que sa mère souffre, qu’elle est déracinée, que son pays lui manque et qu’elle ne se sent pas chez elle en France. Camille commence alors à avoir peur que sa mère reparte au Japon.

Ne pas perdre ses origines

Ce fragile équilibre montre à quel point il est parfois compliqué de quitter son pays pour un autre. Chaque histoire contée par sa maman trouve un écho dans la réalité de la vie de la jeune fille. Camille doit construire son identité et sa propre histoire avec le Japon sans y avoir jamais vécu.

Des dessins épurés, doux. Une histoire de racines

Camille Royer nous livre pour son premier roman graphique une histoire personnelle qui mêle les cultures française et japonaise. Elle nous parle d’intégration, d’amour, de déracinement et de famille. Son dessin porte à merveille son récit. Elle passe du crayonné en noir et blanc pour ce qui est de sa vie aux très belles couleurs sur des doubles pages pour les contes racontées par sa maman. C’est beau, c’est doux, il y a de la tristesse, de la mélancolie, de l’amour et de la poésie dans cette histoire et dans ses dessins.

Article posté le jeudi 22 août 2019 par Yoann

Mon premier rêve en Japonais (Futuropolis)
  • Mon premier rêve en japonais
  • Autrice et dessinatrice Camille Royer
  • Éditeur : Futuropolis
  • Prix : 21.00 €
  • Parution :  21 Août 2019
  • ISBN : 9782754824385

Résumé de l’éditeur : Camille a huit ans et elle est terrifiée par la nuit. Elle n’arrive pas à s’endormir de peur de faire des cauchemars. Ses parents doivent suivre un rituel complexe pour l’aider à trouver le sommeil.
Sa mère lui chante chaque soir une berceuse ou un conte en japonais qui lui créé des images dans la tête et agit contre les fantômes et ses insomnies. Sa mère, d’origine japonaise, lui apprend la langue de son pays. Mais c’est à travers les contes qu’elle lui lit le soir que Camille s’imprègne de cette culture et comprend confusément combien sa mère se sent déracinée… Dès lors, Camille devient obsédée par la peur que sa maman retourne au Japon pour ne plus jamais revenir.

À propos de l'auteur de cet article

Yoann

Yoann

Yoann Debiais est un amoureux de la bande dessinée depuis de nombreuses années. Le temps et les rencontres lui ont permis de s'ouvrir à des lectures plus humaines et plus profondes. Il partage sa passion sur Instagram sous le compte @livressedesbulles. N'hésitez pas à découvrir son univers fait de partages.

En savoir