Monstrophobie

Monstrophobie relate l’histoire d’Arashiro, lycéen harcelé puis lycéen harceleur. Kazuki Minamoto raconte mille et une façon de blesser les autres, et de se blesser soi-même. L’auteur dépeint un tableau de relations humaines à travers une histoire fantaisiste touchante. 

Le garçon qui vient du sud 

10 mois plus tôt, Arashiro terminait le collège dans le sud. Puis sa famille déménage à Tokyo. Brusquement, il se retrouve être leur seul garçon à la peau mate dans un lycée où tous ses camarades ont la peau claire. Parce que la discrimination n’a pas besoin de grande raison, cette différence suffit pour qu’Arashiro devienne le souffre-douleur des racailles du lycée. Isolé, son seul réconfort est la gentillesse de M. Kuroda, un professeur un peu benêt. 

En fait, Arashiro a même le béguin pour ce professeur. Jusqu’au jour où il surprend une conversation. M. Kuroda trouve les homosexuels dégoûtants. Pour le jeune homme, c’est la douche froide. La seule personne qui le soulageait de son quotidien infernal est homophobe. Comme si tout ce qui le retenait venait de s’effondrer, Arashiro souhaite de tout son être mourir ou ne plus être gay. 

Harcelé harceleur

Aussitôt ce souhait formulé, Arashiro se transforme. Sa tête enfle, se couvre d’écailles, sa bouche s’élargit, ses dents se fendent en pointes. Le lycéen a maintenant une tête de monstre. Comble de l’ironie, la seule personne qui le reconnaît ainsi est M. Kuroda. Mais loin de s’affoler, Arashiro voit sa nouvelle tête comme un outil de revanche. Même si ses harceleurs trouvent deux raisons de plus de lui faire du mal, être un monstre et être gay, l’adolescent semble détaché de tout. Sa tête monstrueuse devient un bouclier effrayant. 

Mais petit à petit, le jeune homme s’enfonce dans la vengeance. Blessant ceux qui l’ont blessé, il dépasse une à une les limites et devient à son tour un harceleur impitoyable. Et l’une de ses premières victimes est Junpei, le chef de bande de ses harceleurs. Pourquoi diable Junpei fait une fixette sur Arashiro ? 

Vous vous en doutez, la réponse n’a rien à voir avec la couleur de peau du garçon du sud. 

Monstrophobie

A travers ces transformations en monstre, Kazuki Minamoto raconte comment une multitude de situations peuvent profondément blesser un individu. Ne pas être accepté comme l’on est par ceux qui importent à nos yeux laisse une blessure profonde parfois impossible à soigner. Une réalité racontée ici par un jeune garçon rejeté par la personne qu’il aime, mais valable dans tous les cas de figure. 

Dans ce récit où les personnages incarnent des points de vue très divers, Kazuki Minamoto aborde l’homophobie, mais aussi l’acceptation de soi, les complexes et le fait de refouler son homosexualité. La multitude des points de vue peint un tableau douloureux et complexe très justement raconté. L’auteur mène d’une main de maître les émotions de ses personnages. Monstrophobie est d’un réalisme poignant sous les métaphores de la monstruosité. Ce qui rend les personnages très attachants. 

Avec Monstrophie aux éditions Akata, Kazuki Minamoto nous livre rien de moins qu’un petit guide de survie face à la connerie et une petite ode à l’estime de soi. Voici donc un manga essentiel pour remettre – toutes – les pendules à l’heure. 

Article posté le mercredi 04 octobre 2023 par Marie Lonni

Monstrophobie - Kazuki Minamoto - Editions Akata
  • Monstrophobie
  • Auteur : Kazuki Minamoto
  • Traducteur : Alexandre Goy
  • Editeur : Editions Akata
  • Prix : 8,25 €
  • Sortie : 7 septembre 2023
  • ISBN : 9782382126930

Résumé de l’éditeur : Parce qu’il a le teint plus foncé que la plupart des Japonais, Arashiro est harcelé au lycée. Dans l’enfer quotidien qu’il vit, son seul soutien est M. Kuroda, un professeur qui l’encourage. Mais un jour, l’adolescent entend son enseignant dire à une collègue que les gays le dégoûtent. Profondément choqué, car étant lui-même homosexuel, le lycéen ne sait plus comment se comporter. Désespéré, il tente de mettre fin à ses jours, mais un étrange phénomène se produit : il se change en monstre ! Dès lors, il se sent invincible, prêt à rendre la pareille à tous ceux qui l’ont blessé et à dénoncer l’hypocrisie des adultes. Cependant, une question subsiste : pourra-t-il redevenir humain ? Et de toute façon, le souhaite-t-il vraiment ?

Avec Monstrophobie, découvrez le talent de Kazuki Minamoto ! Entre homophobie et harcèlement, confiance en soi et amour, les thématiques qu’il aborde dans ce récit sont aussi nombreuses qu’importantes.

À propos de l'auteur de cet article

Marie Lonni

"C'est fou ce qu'on peut raconter avec un dessin". Voilà comment les arts graphiques ont englouti Marie. Depuis, elle revient de temps en temps nous parler de ses lectures, surtout quand ils viennent du pays du soleil levant. En espérant vous faire découvrir des petites pépites à savourer ou à dévorer tout cru !

En savoir