Negalyod

Alors que tout son troupeau de dinosaures est foudroyé, Jarri décide de découvrir le pourquoi de ces morts violentes en se rendant à la ville. Entre maîtrise de l’eau, pouvoir autoritaire et rébellion, Vincent Perriot imagine Negalyod, un exceptionnel album de science-fiction. Magistral.

Jarri, berger de dinosaures

En pleine région désertique, Jarri Tchapalt mène son troupeau de dinosaures vers les rares pâturages et oasis des alentours. Ce jeune nomade peut compter sur Styglo, son dinosaure qui lui sert de chien de berger.

Son temps, il le passe à regarder ces centaines de bêtes paître, à voyager, à se reposer et parfois consulter des sites de rencontres pour discuter avec des femmes. Seul au monde, Jarri n’a que la compagnie de ses dinosaures.

Troupeau foudroyé

Alors qu’il tente de récupérer un jeune mâle qui a fui du groupe, il est attaqué par un T-Rex. Aidé par des chasseurs dans leurs avions qui tuent le carnivore, Jarri s’en retourne auprès de son troupeau. Mais là, stupeur ! Toutes ses bêtes ont été foudroyées et gisent mortes sur le sol.

Après un détour par son village, il laisse Stygo en gage à un ami et part vers la ville : il veut comprendre pourquoi son troupeau a été décimé et veut trouver le(s) coupable(s)…

Negalyod : renouveau de la science-fiction

Découvert avec la formidable trilogie Paci (Dargaud), Vincent Perriot s’éloigne du contemporain, du banditisme et du trafic de drogue pour délivrer un exceptionnel – l’adjectif n’est pas galvaudé – récit de science-fiction. Negalyod est une sorte de western d’anticipation aux thématiques fortes et intelligentes.

Il imagine un monde futuriste proche de nous où les terres sont quasi désertiques et où l’homme est coincé entre traditions et modernisme. En effet, Jarri et ses pairs évoluent dans un univers à l’agriculture archaïque, tandis que la grande cité semble plus moderne et technologique.

Jarri est un gardien de troupeau de dinosaures. Ces derniers seraient donc de retour sur Terre ou n’auraient jamais disparu ou bien nous sommes sur une autre planète. Mystère.

Comme le confie Vincent Perriot : « J’avais une sensation d’enfance, je voulais traduire cette énergie primaire primale, des chevaux, des grands espaces… Ce rapport à l’enfance, c’est aussi la rapport à l’évasion, je voulais donc faire des grands espaces, moi qui habite en ville. » En effet, Jarri et ses bêtes sont isolés dans ce lieu désertique. Du côté de la ville, elle est étouffante et écrasante pour ses habitants contrebalançant l’immensité des paysages naturels.

Résister

Dans Negalyod, un camion-citerne tel Mad Max parcourt ces grands espaces pour électriser le ciel et ainsi créer des nuages pour apporter la pluie. C’est ce véhicule qui a tué le troupeau de Jarri. Ce western futuriste se transforme ainsi en course-poursuite haletante entre le berger et le pilote du camion.

Dans son parcours, cette quête pour la vérité, Jarri croisera la route d’hommes prêts à se rebeller contre l’autoritarisme des gouvernants. Eux aussi vivent chichement, tandis qu’une poignée de dirigeants vit dans un certain confort. Une lutte des classes forte, une excellente dystopie.

« Negolyod raconte ça, comment dépasser les frontières, frontières intérieures, frontières de l’espace. Comment entrer dans un combat avec les idées reçues, et peut être atteindre son but. Avec combativité, résistance et grâce à l’autre, on peut arriver à un résultat. Mais le monde est très grand et l’homme tout puissant et dévastateur, on ne pourra pas tout régler d’un coup. Negalyod, c’est l’apprentissage des petits combats et des petites victoires. C’est vraiment un album de résistance. » expliquera Vincent Perriot dans une interview aux éditions Casterman.

Negalyod : un western autour de l’eau et des problématiques écologiques

Negalyod est avant tout un album pour prendre conscience de l’urgence du dérèglement climatique. Le problème de la gestion de l’eau est aussi au centre de Negalyod. Les autorités la maîtrise, donc maîtrise l’Homme. Sans eau, pas de vie.

Jarri possède aussi ce don de dialoguer avec ses dinosaures – il représente ainsi le lien séculaire entre l’Homme et l’animal – ce rapport est distendu dès lors que ses pairs n’y croient pas et qu’il pénètre dans la ville. Ainsi, Vincent Perriot utilise l’aventure et le western pour parler de problématiques écologiques.

« Ces deux dernières années, j’ai eu un éveil à une forme de conscience politique, écologique, sociale. J’étais comme Jarri dans son désert, un peu coupé du monde » révèle l’auteur de Taïga rouge (Dupuis).

En ce qui concerne la partie graphique, il suffit de regarder la couverture ou de feuilleter l’album pour être définitivement convaincu par sa très grande qualité. Comme pour Paci, Negalyod bénéficie de l’énergie de son trait. Il alterne avec intelligence des planches classiques et des illustrations pleine-page, sans oublier une séquence rythmée par un gaufrier vertigineux. Les décors naturels sont immenses et la ville tentaculaire. Pour les couleurs, c’est Florence Breton – qui fut coloriste de Moebius – qui agrémente les pages. En regardant des planches du Monde d’Edena du maître du 9e art, il a pu s’en inspirer et rendre un véritable hommage aux univers de Moebius. Les costumes et les animaux sont aussi sublimes.

Negalyod : magistral album de science-fiction, un hommage exceptionnel à Moebius, une pépite !

Article posté le mercredi 17 octobre 2018 par Damien Canteau

Negalyod de Vincent Perriot (Casterman)
  • Negalyod
  • Auteur : Vincent Perriot
  • Coloriste : Florence Breton
  • Editeur : Casterman
  • Prix : 25€
  • Parution : 05 septembre 2018
  • IBAN : 9782203152373

Résumé de l’éditeur : Un monde sillonné de tuyaux gigantesques et peuplé de dinosaures… Des villes qui flottent dans le ciel et recouvrent de leurs ombres les faubourgs grouillants d’une humanité industrieuse… Et un « réseau » omniprésent qui domine les terres et les hommes. Jarri Tchepalt est un berger du désert de Ty. Il parle aux dinosaures et maîtrise l’art des cordes. Quand un camion générateur d’orage anéantit son troupeau, Jarri décide de partir en ville – pour la première fois – afin de se venger… Mais révolte et révolution ne mènent pas toujours là où on croyait. Réunissant créatures préhistoriques, urbanisme de science-fiction et vaisseaux low-tech, Vincent Perriot développe un récit univers où la vengeance rencontre bien des surprises avant de devenir quête d’un monde meilleur.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir