Le rapport de Brodeck, tome 2 : L’indicible

Très inspiré par le roman éponyme de Philippe Claudel, le dessinateur Manu Larcenet livre le second tome du Rapport de Brodeck. Attention, album magistral. 

LA PEUR DE L’AUTRE

 » Je m’appelle Brodeck et je n’y suis pour rien. Je tiens à le dire. Il faut que tout le monde le sache. Moi je n’ai rien fait, et lorsque j’ai su ce qui venait de se passer, j’aurais aimé ne jamais en parler […] Ainsi débute Le rapport de Brodeck, roman-événement de Philippe Claudel paru en 2007.

Une histoire, une fable formidablement écrite dans laquelle s’est glissé avec élégance Manu Larcenet, après les non moins formidables Blast (2009-2014 ) les Peu de gens savent et Nombreux sont ceux qui ignorent…

De retour chez lui après la guerre et deux ans de déportation , Brodeck se voit confier une drôle de mission par les villageois : rédiger un rapport sur le crime collectif qu’ils ont commis contre un étranger de passage, « un homme de peu de mots « , l’Anderer, l’autre…

UNE TENSION CONSTANTE

L’histoire se déroule aux confins d’un pays de froidure et de neige, sans doute dans un village frontalier aux lendemains d’une guerre qui ressemble à la seconde guerre mondiale. Brodeck, homme simple, sert de révélateur. C’est à travers lui que l’horreur et l’indicible vont se faire jour. Il va découvrir ce qui s’est tramé en son absence, comment par exemple sa femme Emelia, a été violée et est devenue folle…

Tout se déroule dans une tension permanente, entre chien et loup, entre tempêtes de neige, dans un hiver permanent, entre blizzard et nappes de brume, dans un pays où les trognes incroyables de villageois rustres et isolés du monde côtoient un jour la barbarie de soldats dont on ne voit jamais les têtes, pourtant « hideuses « ,  » en peau de steak haché « , sinon des dents et des mâchoires impressionnantes…

DESSINER L’INDICIBLE

Parabole sur l’altérité et la différence, fable apocalyptique, analyse des foules, Le rapport de Brodeck est tout cela à la fois. Formidablement porté par le dessin de Larcenet, l’oeuvre, disons-le, frise le chef d’œuvre.

Beauté et grandeur des paysages, noirceur des regards, tension des visages évoluant dans de longues séquences muettes, tout est formidablement rendu à travers un jeu subtil d’encres, de larges aplats, de cartes à gratter.

L’auteur du roman, Philippe Claudel, n’hésite pas à comparer les planches de Larcenet à « des bois gravés « , les dessins  » à la finesse d’eaux fortes et de pointes sèches. On va de Rembrandt à kirchner, et la violence des noirs peut aussi laisser apparaître des contrastes pleins de douceur et de sensibilité. » On ne saurait mieux dire…

Article posté le jeudi 16 juin 2016 par Jean-Michel Gouin

Deuxième remarquable album de la série Le rapport de Brodeck de Manu Larcenet d'après Claudel aux éditions Dargaud, décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Le rapport de Brodeck,  Tome 2/2 : L’indicible
  • Auteur : Manu Larcenet, d’après le roman de Philippe Claudel
  • Editeur : Dargaud
  • Prix : 22, 50 €
  • Parution : 17 juin 2016

Résumé de l’éditeur : Manu Larcenet se confronte à une adaptation, celle du chef-d’oeuvre de Philippe Claudel, Le Rapport de Brodeck. Mais lorsque l’auteur de Blast et du Combat ordinaire s’empare du texte, c’est pour le faire sien, et lui donner une nouvelle vie éclatante, sombre et tragique. Des pages d’une beauté stupéfiante, magnifiant la nature sauvage et la confrontant à la petitesse des hommes, une plongée dans les abîmes, servie par un noir et blanc sublime et violent. Un très grand livre.

À propos de l'auteur de cet article

Jean-Michel Gouin

Jean-Michel Gouin

Passionné par l'écrit, notamment l'histoire, la littérature policière et la bande dessinée, Jean-Michel Gouin est journaliste à Poitiers.

En savoir