Senso

Nous attendions avec impatience la publication de Senso après avoir découvert avec délice les premières planches de l’album cet été à La cité internationale de la bande dessinée d’Angoulême. Encore un merveilleux album du talentueux Alfred. Une très jolie comédie romantique entre amour et humour.

Une chambre non confirmée

Sud de l’Italie, en été. Germano descend du train. Il est pris dans le tourbillon de cette foule agacée par les trois heures de retard du trajet. Ici pour voir une exposition avec des amis, il doit pourtant se débrouiller seul pour rejoindre l’hôtel Zia Piera. Mouchoir noué sur la tête pour éviter les coups de chaud, il emprunte un chemin arboré.

Après une marche harassante, il se rend dans le hall de l’établissement. Il est dépité : sa chambre réservée n’a pas été confirmée. Le maître d’hôtel est désolé, il ne lui reste plus de chambre à cause du mariage qui se tient ce week-end là.

« Si ça ne tenait qu’à moi… »

Répétant cette phrase à chaque fois qu’il ouvre la bouche, le majordome agace légèrement Germano. Il  n’a pas le choix, il va devoir attendre au cas où des convives de la cérémonie soient absents.

Drôle d’endroit pour une rencontre

Germano tombe alors nez à nez avec Elena, invitée au mariage. Leur rencontre est électrique : il marche sur sa capeline. Mais elle n’en fait rien, elle est même contente des traces de pas laissées dessus.

Après avoir papillonné dans le jardin, Germano tente d’en savoir plus concernant une éventuelle chambre libre. Il croise alors sur Vico, le patron de l’hôtel. C’est lui qui se marie ! Les retrouvailles ne plaisent pas vraiment à notre sans-chambre-fixe.

Plus tard dans la soirée, il retrouve Elena. Il est attiré par cette très belle femme…

Senso, comédie romantique

Six ans après le bouleversant et magistral Come Prima, Alfred est de retour avec Senso, une comédie romantique virevoltante et dépaysante.

L’auteur de Pourquoi j’ai tué Pierre (Prix essentiel et du public à Angoulême 2007) met en scène l’attirance et les joies de l’amour entre Germano et Elena. D’un côté, il y a cet homme un peu maladroit, malchanceux mais ô combien attachant. Il n’a pas de chance dans sa vie professionnelle (c’est un agriculteur bio ruiné), dans sa vie sentimentale (il est célibataire) ni ce jour-là (il doit faire des kilomètres à pied et sa chambre n’a pas été réservée correctement). Ainsi, Alfred peut s’amuser de ce bon bougre, loser magnifique mais pour lequel on peut s’identifier. Il le confie lui-même, l’auteur de Je mourrai pas gibier a mis un tout petit peu de lui dans son personnage.

De l’autre, il y a Elena. Belle, virevoltante et d’une grande liberté. Ex-femme de Vico, elle ne se sent pas à l’aise lors du troisième mariage de son ex-conjoint.

Cette rencontre, à l’image d’une pièce de théâtre est drôle, tendre et emplie de libertés, celles que l’on s’autorise lorsque l’on est adolescent mais beaucoup moins après. Les deux protagonistes vivent avec volupté le moment présent, sans en rajouter, sans rien se promettre. Et c’est ce qui est beau dans Senso. Cette fragilité et ce bonheur d’être à deux.

Alfred y ajoute un troisième personnage important mais quasi mutique, le petit garçon. Son alter ego de papier à cinq ans est rêveur, explorateur et un peu sauvage.

Senso, tout le charme de l’Italie

Comme il l’expliquait dans la superbe exposition tenue cet été à la Cité internationale de la bande dessinée d’Angoulême, Alfred eut une mésaventure quasi similaire – mais moins dramatique – lorsqu’il fut invité à un festival en Italie. Sa chambre n’était pas réservée. Après quelques minutes tout rentra dans l’ordre. Ce point de départ est celui de Senso.

L’auteur de Capitaine Fripouille (avec Olivier Ka) installe de nouveau son histoire en Italie, lui l’amoureux de ce pays. Loin du road-trip tragique de Come Prima, il préfère la magie du Sud de la botte italienne pour cette comédie sentimentale. Amateur de films italiens, Alfred imagine Senso, un très bel hommage aux réalisateurs transalpins.

De parcs en jardins

Comme dans le très bel art-book La belle saison, Alfred utilise les parcs et les jardins pour Senso. Ces lieux servent alors de décor à cette rencontre entre Germano et Elena.

Pour cela, il puise dans ses souvenirs pour les composer. Si son Italie est théâtralisée et fantasmée, elle repose sur des endroits existants comme les jardins botaniques de Rome et de Naples mais aussi un petit parc caché de Venise ou encore la Villa Rocca dans la ville de Chiavari, d’où est originaire sa famille.

Les décors luxuriants de ces jardins sont magnifiés par ses aquarelles et des aplats numériques qui rehaussent ses splendides dessins. Il suffit de prendre le temps de regarder les trois double-pages qui se succèdent à partir de la page 104 pour se laisser emporter dans une magie graphique exceptionnelle.

« – Il est incroyable, ce parc… Je ne sais plus où on est.

– Personne ne s’en occupe jamais. Il est complètement… autonome

–  On dirait qu’il avance à mesure qu’on s’y promène. En même temps que nous…

– Il n’avance pas, non… il danse. »

Senso : un voyage dépaysant au pays de l’amour. Encore un joyau d’Alfred ! Somptueux et délicieux…

Article posté le jeudi 31 octobre 2019 par Damien Canteau

Senso d'Alfred (Delcourt)
  • Senso
  • Auteur : Alfred
  • Editeur : Delcourt, collection Mirages
  • Prix : 19.99€
  • Parution : 23 octobre 2019
  • IBAN : 9782756082844

Résumé de l’éditeur : Il n’était pas convié. Elle ne voulait pas venir. Les voilà pourtant réunis à cette fête de mariage, dans un vieil hôtel du sud de l’Italie, entouré d’un parc immense. Leur rencontre, inattendue, est celle de deux personnages un peu à la dérive au milieu d’une fête qui ne les concerne pas. Germano et Elena s’accrochent alors l’un à l’autre et se laissent guider par leur désir mutuel de donner, le temps d’une nuit, un sens à leur vie.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir