Spinning

La patinage pour Tillie, c’est toute sa vie. Elle se lève tôt tous les matins et passe des heures aux entrainements. Mais voilà, quelque chose de nouveau vient perturber son cœur d’adolescente. Tillie Walden raconte sa vie dans Spinning, une autobiographie douce-amère aux éditions Gallimard.

Etre debout à 4h du matin !

New Jersey. Jeune adolescente, Tillie devait se lever tous les matins à 4h pour aller à son entrainement de patinage artistique. Elle se préparait et attend la mère d’une de ses camarades pour rejoindre la patinoire.

Il faisait nuit et il faisait froid, mais c’est toujours le même rituel : mettre sa tenue, quelques allers-retours seule sur la glace (elle aime être la première à y glisser), la même chanson pour s’échauffer et les dizaines d’enchainements à connaître. Le plus compliqué pour elle, c’était de glisser en rythme et suivre les autres, parce qu’elle pratiquait le patinage synchronisé. Un groupe de filles, ce n’est pas une sinécure : beaucoup ne s’entendaient pas mais il faut faire avec pour le bien de l’équipe.

UN DÉMÉNAGEMENT INATTENDU

A la maison, tout allait pourtant bien – Tillie s’entendait bien John son petit frère – jusqu’au jour où leurs parents leur apprennent qu’ils allaient déménager à Austin au Texas.

Avec ce départ inattendu, il y avait aussi le changement d’entraîneure (Caitlin) et de patinoire. Elle fit connaissance avec ses nouvelles camarades : Michaela, Rosalind, Dasha ou Jennifer. Faire connaissance étant un bien grand mot, puisque aucune d’elles ne lui adressaient la parole ! Le patinage était vraiment différent de ce qu’elle avait connu dans le New Jersey, il y avait moins de pression et la patinoire se trouvait dans un centre commercial. Ses journées étaient rythmées par les entraînements : le matin des cours seule et l’après-midi les cours de synchro.

Le collège à Austin était aussi différent : les camarades de sa classe étaient plus agréables et elle ne subissait plus de brimades. Et puis, il y avait Rae, une belle jeune fille brune…

SPINNING : UNE TRÈS BELLE AUTOBIOGRAPHIE

Une chose frappe lorsque le lecteur découvre Spinning, c’est la grande justesse de ton de l’album. Malgré les 400 pages, l’on est happé par l’histoire de cette adolescente en plein doutes et se posant des centaines de questions sur sa place dans sa famille, dans cette nouvelle vie et dans sa sexualité.

A l’image de l’excellent Allo Dr Laura de Nicole J. Georges (Cambourakis), Tillie Walden découvre qu’elle est attirée par les autres filles. Ce long cheminement est décrit avec douceur, tout en délicatesse et dans une temporalité étirée. En effet, il faudra beaucoup de temps et d’interrogations pour que la jeune femme s’affirme.

Cette belle autobiographie de Tillie Walden est forte et d’une maturité rare puisque l’autrice n’a que 21 ans. Il en faut du recul sur soi pour pouvoir déjà parler de toutes ces thématiques. Diplômée du Center for Cartoon Studies, elle avait déjà publié un premier roman graphique il y a deux ans : The end of summer. Ses travaux ont aussi été nommés aux célèbres Eisner Awards et ont reçu deux Ignatz (prix remis pendant la Small press expo à San Francisco).

LE PATINAGE : L’ÉCOLE DE l’exigence

Univers inédit en bande dessinée, le patinage est aussi excellemment dépeint dans Spinning. Ecole de l’exigence, elle peut broyer les corps et les esprits de ces filles qui ont débuté très tôt dans leur enfance. Les nombreuses tensions entre elles (beaucoup tentent de tirer la couverture à elle, pensent être les meilleures…), les entraîneures froides et dures ou les entraînements qui font mal au petit matin, ainsi que les compétitions de haut niveau, tout cela participe de l’ambiance du récit.

« Avec ce livre, il n’était pas question de partager des souvenirs, mais un sentiment. Peu importe en quelle année telle ou telle compétition a eu lieu ou quelle robe je portais en réalité. Ce qui m’intéressait, c’est ce que ça me faisait d’être là-bas, ce que ça me faisait de gagner » souligne Tillie Walden dans la post-face de l’album et de répondre à la question De quoi parle ce livre ? par : « Je suis le genre d’auteur qui se contente de faire des livres sans avoir toutes les réponses ».

Il est toujours délicat de mettre en image le sport. Pourtant dans Spinning, Tillie Walden y arrive avec beaucoup de facilité. Les mouvements du patinage sont plutôt très bien restitués. Son dessin fait d’un simple trait y contribue pour beaucoup. Elle a agrémente ses cases d’aplats de couleur noir et de gris teinté de violet pour le plus belle effet.

Spinning : une autobiographie au ton d’une grande justesse sur le patinage artistique et sur l’affirmation de soi. Une belle réussite !

Article posté le mardi 19 décembre 2017 par Damien Canteau

Spinning de Tillie Walden (Gallimard) décrypté par Comixtrip
  • Spinning
  • Autrice : Tillie Walden
  • Éditeur : Gallimard
  • Prix : 24€
  • Parution : 02 novembre 2017
  • ISBN : 9782075092616

Résumé de l’éditeur : À douze ans, Tillie pratique le patinage artistique à un haut niveau. Sa vie est rythmée par des entraînements, tôt le matin et le soir après l’école. La plupart de ses week-ends sont consacrés à la compétition. En grandissant, cette vie devient de plus en plus pesante. Et il est si difficile pour elle d’assumer ouvertement son homosexualité dans une discipline sportive véritablement conservatrice. Au fil des épreuves qu’elle traverse à la maison, à l’école ou sur la patinoire, se dessine le portrait d’une jeune adolescente qui affirme son identité et crie sa liberté

 

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir