Sur les ailes du monde, Audubon

Des dizaines, des centaines, des milliers d’oiseaux, voilà le sujet d’étude de Jean-Jacques Audubon, français exilé au Etats-Unis au XIXe siècle. Dans le très bel album, Sur les ailes du monde Audubon, Jérémie Royer sur un scénario de Fabien Grolleau retrace la vie de ce fantasque illustrateur. Une très belle pépite graphique.

AUDUBON : DE JEAN-JACQUES A JOHN JAMES

Après une enfance nantaise, Jean-Jacques Audubon part pour les Etats-Unis en 1803 pour y rejoindre son père exilé depuis plusieurs années. Là, il développe une passion pour les oiseaux et se lance alors un défi démesuré : dessiner l’ensemble des volatiles existants sur le territoire américain.

Irrésistiblement attiré par l’ornithologie, il illustre frénétiquement tous ceux qu’il observe. Armé d’un fusil, il prélève des spécimens afin de mieux les décrire.

Père de deux enfants et marié à la douce Lucy, il quitte la petite bourgade de Henderson en 1920 pour accomplir le rêve de sa vie. Avec l’aval de son épouse, il embarque sur la Mississippi River. Il devient alors John James.

LE FLEUVE AUX MILLIERS D’OISEAUX

Accompagné de Joseph, son assistant dessinateur et Shogan son guide indien, Audubon descend le mythique fleuve. S’arrêtant pour bivouaquer ou essuyant de fortes tempêtes, il continue inlassablement de dessiner. Rien ne l’arrête, ni les animaux sauvages, ni la maladie, tant que son recensement ne sera pas terminé.

DANS LES PAS D’UN AVENTURIER FANTASQUE

Fort d’une documentation historique et scientifique solide, le récit de Fabien Grolleau berce le lecteur et le happe. Entre la douceur de l’histoire et la folie d’Audubon, Sur les ailes du monde fascine et envoute. S’il n’a pas souhaité relater « une vérité historique », l’auteur de la série Le chevalier des Sables (avec Robin Raffali, Sarbacane), il a admirablement mis en scène l’existence de son personnage. Il faut souligner, qu’à elle seule, c’est un roman. Doux rêveur, curieux et vrai scientifique, John James est un être singulier et hors-norme. Déterminé, il parcourt inlassablement les forêts d’Amérique pour son noble projet.

Le lecteur peut goûter tout le sel de l’aventure des premiers explorateurs, botanistes ou biologistes, tels Buffon le naturaliste français du 18e siècle, Darwin naturaliste anglais du 19e siècle ou encore Bougainville l’explorateur du 18e siècle et il a surtout l’impression de vivre en même temps les découvertes de John James. Il faut dire que les oiseaux sont une thématique fédératrice et hypnotique. Voler est des premiers rêves de l’Homme.

L’ŒUVRE DE SA VIE : OISEAUX D’AMERIQUE

Si Audubon a pu entreprendre son ouvrage, c’est avant tout grâce à Lucy, la femme de sa vie. Attentive au bien être de son époux, compréhensive et altruiste, elle ne fera que l’attendre toute sa vie. La relation complice de ce couple d’une grande modernité transpire dans l’album. Le lecteur sait qu’il a affaire aussi à une très belle histoire d’amour.

Les 435 planches aquarelées sont compilées dans son unique œuvre : Oiseaux d’Amérique. Le scénariste met aussi en lumière une sorte de querelle des Modernes contre les Anciens à travers la rivalité forte entre Audubon, dans le mouvement et Alexander Wilson, peintre très académique. Le héros ira jusqu’en Grande Bretagne pour demander des financements pour son ouvrage après les refus des scientifiques américains qui soutiennent son rival.

UNE FÉERIE D’OISEAUX

Si le lecteur est accroché par cette belle biographie, c’est aussi grâce à une partie graphique de haute volée. Féerie d’oiseaux et festival de couleurs sont l’œuvre de Jérémie Royer, très à l’aise dans cet exercice. L’auteur de Yesterday (avec David Blot, Manolosanctis) propose des planches où les animaux sont fascinants (ours, poissons, oiseaux…) comme les nuées d’hirondelles (pages 20-21), de pigeons migrateurs (pages 90-91), les gros plans sur les espèces, une très belle Arche de Noé (page 15), mais aussi la dernière planche ou encore la couverture foisonnante de couleurs. A souligner enfin les quelques pages muettes mettant en scène Audubon sont quasi contemplatives.

Pour accompagner Sur les ailes du monde Audubon, les auteurs proposent une biographie et une bibliographie sur le personnage mais aussi la reproduction de 4 planches d’Oiseaux d’Amérique à la fin de l’album, une excellente façon de fermer cette très belle bande dessinée.

Article posté le samedi 05 mars 2016 par Damien Canteau

Couverture de Sur les ailes du monde Audubon de Fabien Grolleau et Jérémie Royer (Dargaud)
  • Sur les ailes du monde, Audubon
  • Scénariste : Fabien Grolleau
  • Dessinateur : Jérémie Royer
  • Editeur : Dargaud
  • Prix : 21€
  • Parution : 05 février 2016

Résumé de l’éditeur : L’histoire vraie du premier scientifique américain – d’origine française et naturalisé américain, entré au Panthéon national.

En 1810, John James Audubon s’embarque sur le Mississipi pour son premier voyage d’exploration. Le but de cet homme au destin tumultueux ? Découvrir et peindre tous les oiseaux du continent. Car J.J. Audubon est un excellent peintre, mais aussi un vrai aventurier, car il veut voir les animaux dans leur environnement pour mieux représenter la vie. C’est le monde sauvage de l’Amérique du début du XIXe siècle qu’il affronte dans un vrai western naturaliste, magnifiquement dépeint par les auteurs.

Une vie tumultueuse et trépidante pour ce maître de l’ornithologie.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir