The Fixer

Après Gorazde et Palestine, les éditions Rackham poursuivent leurs rééditions anniversaire des oeuvres de Joe Sacco.

Lors de son premier voyage à Sarajevo en 1995, Joe Sacco fait la connaissance de Neven – un jeune serbo-bosniaque – qui devient bientôt son fixer attitré. Par ce terme (parfois traduit en français par le mot fixeur) on désigne le guide-interprète-chauffeur-négociateur devenu l’auxiliaire indispensable de tout journaliste de terrain qui couvre un conflit majeur.

Fils d’une musulmane et d’un serbe, Neven a été élevé par son père et a servi dans l’Armée Nationale Yougoslave. Au début du siège de Sarajevo, il s’est enrôlé du côté bosniaque, « par loyauté », intégrant une des formations paramilitaires qui ont participé à la défense de la ville. Blessé pendant les combats, Neven a ensuite été exclu de l’armée bosniaque à cause de ses origines serbes et a survécu en racolant les journalistes étrangers pour leur offrir ses services.

Relations humaines

Entre Sacco et Neven s’établit bientôt une relation intense, rythmée par des demandes d’argent, des élans d’amitié sincère et, surtout, par de longs monologues où l’ancien baroudeur livre au reporter fraîchement débarqué sa vérité sur une guerre qui va bientôt s’achever.

Les récits de Neven offrent ainsi à Sacco l’opportunité d’enquêter sur les chefs des bandes paramilitaires, ces seigneurs de la guerre dont le courage fanatique a certainement empêché la chute de Sarajevo mais qui ont été inévitablement corrompus par le pouvoir et la soif de vengeance, obsédés par leurs paranoïas partisanes. Reconnus pour leurs hauts faits d’armes tout autant que pour leurs responsabilités dans les pires crimes et exactions, ces hommes incarnent la complexité ainsi que certaines ambiguïtés du conflit bosniaque dont Joe Sacco met à jour les revers les plus sombres avec la rigueur et l’objectivité qui sont les siennes.

Un éclairage complet sur l’oeuvre

Mais The Fixer est avant tout un livre sur Neven et sur sa vision du monde. Ses contrevérités et ses omissions sont le point de départ d’une analyse des réactions de la société bosniaque face au traumatismes de la guerre et, plus encore, face à l’après-guerre qui se prépare ; Joe Sacco ajoute ainsi une dimension supplémentaire à son remarquable travail d’investigation sur la guerre en ex-Yougoslavie et achève, comme l’a écrit Edward Saïd, un « véritable travail politique et esthétique d’une extraordinaire originalité ».

À l’instar des éditions anniversaire de Goražde et Palestine, cette édition de The Fixer est précédée d’un texte de Joe Sacco qui commente ses notes de terrain et est suivie d’une interview inédite de Neven par l’auteur. Les notes de Sacco, enrichies de dessins et de photographies, contribuent à fournir au lecteur un éclairage complet sur son œuvre et les circonstances de sa création.

Article posté le jeudi 15 novembre 2012 par Nicolas Albert

  • The Fixer, édition anniversaire
  • Auteur : Joe Sacco
  • Editeur : Rackham
  • Prix : 21 €
  • Sortie : le 15 novembre 2012

À propos de l'auteur de cet article

Nicolas Albert

Nicolas Albert

Nicolas Albert est journaliste à la Nouvelle République - Centre Presse à Poitiers. Auteur de plusieurs livres sur la bande dessinée (Atelier Sanzot, XIII 20 ans sans mémoire…) ou de documentaires video, il assure également différentes missions pour le festival international de la bande dessinée d'Angoulême : commissaire d’expositions (Atelier Sanzot, Capsule Cosmique, Boule et Bill, le Théâtre des merveilles, Les Légendaires…), metteur en scène des concerts de dessins, rédacteur en chef de la WebTV et membre du comité de sélection.

En savoir