Théodore Poussin : Le dernier voyage de l’Amok

Treize longues années se sont écoulées depuis Les jalousies en 2005 mais Théodore Poussin est tel que Frank Le Gall, son auteur, l’a laissé : fringant et déterminé à récupérer son île accaparée par le Capitaine Crabb. De l’aventure de haut vol dans ce 13e opus de cette merveilleuse série : Le dernier voyage de l’Amok.

Le destin de Théodore Poussin

Théodore Poussin est né dans le magazine Spirou en 1984. Son auteur Frank Le Gall en fait un jeune marin dunkerquois né en 1902 qui part à l’aventure sur les mers du monde entre les deux guerres mondiales. Dans ses premières histoires, le tout-jeune adolescent part sur les traces de Charles Steen, son oncle disparu depuis 1916 à Haïphong.

Rapidement, Théodore vit des aventures étonnantes et doit déjouer des obstacles placés sur sa route allant de Saïgon à Singapour.

Poussin est un héros reconnaissable au premier coup d’œil par son crâne chauve, son gros nez rond, ses lunettes, habillé parfois d’un pull à col roulé bleu arborant une ancre et d’un pantalon blanc.

Le dernier voyage sur l’Amok

Mars 1934, archipel des Riau Islands non loin de la Malaisie et de Singapour. Une île ignorée de tous et surtout des marins aguerris de ces mers du Pacifique est le théâtre d’un événement inquiétant : le capitaine Crabb reçoit la visite Pelham Steadman, un colporteur arrivant avec un paquet dans ses mains, une colombe gisante dans le fond de la boîte.

Repaire des pires hommes, cette île fut accaparée et volée à Théodore Poussin par Crabb. Y aurait-il une soif de vengeance de la part du propriétaire spolié ? Peu importe, le capitaine tue froidement le colporteur de mauvaises nouvelles.

Singapour. Théodore Poussin et Novembre attablés attendent la visite de M. Buck qui doit prêter de l’argent au marin pour acheter un nouveau bateau. Après l’embauche de membres d’équipage et après avoir rebaptisé le navire en Amok, Poussin prend le large, direction l’île tenue par Crabb

Aventure, aventure

Et dire qu’il a fallu attendre treize ans pour connaître la suite de Les jalousies. Tant de temps mais quel bonheur de retrouver Théodore Poussin là où Frank Le Gall l’avait laissé, pantois et enragé d’avoir perdu sa chère Ile de la Tortue confisquée par Crabb. Entre la prépublication dans le journal de Spirou ou dans les quatre Cahiers Théodore Poussin, les lecteurs pouvaient attendre patiemment cette nouvelle aventure. Ils le savaient, ce treizième volume était excellent, encore plus quand il est publié en noir et blanc : une merveille !

Il faut souligner qu’entre temps, l’auteur natif de Rouen fut pas mal occupé par d’autres projets : Les marais du temps, une formidable aventure de Spirou et Fantasio ou encore l’écriture de Là où vont les fourmis, le dernier album dessiné par le regretté Michel Plessix.

Mais quand l’appel du large le reprend, Frank Le Gall ne peut y résister. Encore une fois, il fait des merveilles avec ce nouvel opus de Théodore Poussin : de l’aventure, de l’action, des complots et de la vengeance.

De la vengeance comme moteur

Frank Le Gall ne laisse vraiment rien au hasard, tout est méticuleusement pesé et calculé. De la force de la personnalité de ses personnages comme des manigances entre Chandelle et Novembre. Il glisse aussi une sublime femme Aro Satoe dans les pattes de son héros ou une peuplade prête à l’aider contre l’infâme Crabb.

Ce nouveau tome est mu par un esprit de vengeance fort que l’on ne connaissait pas vraiment chez Théodore Poussin, qui jusqu’à présent se laissait porter par les rencontres et les trajets. Son île est à l’abandon et remplie d’hommes peu fréquentables. C’est d’ailleurs dans l’optique d’une féroce bataille que le marin à lunettes choisira son équipage sur l’Amok : des repris de justice qui n’ont peur de rien.

Enfin de nouveau véritablement capitaine, le héros peut regarder son passé et envisager le futur avec sérénité. Il y a aussi de l’émotion et de grosses doses de sentiments dans les relations entre les personnages. Le grand large n’enlève rien à l’intimité de l’histoire.

Dans la veine des récits de Blaise Cendras ou de Hugo Pratt, Le dernier voyage de l’Amok tient aussi de l’aventure en mer. L’achat du bateau, les bars malfamés de Singapour, les membres de l’équipage ou le voyage vers l’île de la Tortue, voici des moments que Corto Maltese n’aurait pas renié.

Du côté du dessin : c’est un chef-d’œuvre ! Classiques mais d’une redoutable efficacité, les planches sont somptueuses invitant vraiment au voyage et à l’aventure. Le trait n’a que peu changé en plus de 30 ans et 13 albums. Le découpage est la narration sont d’une grande lisibilité mettant en lumière le propos et les personnages.

Théodore Poussin : une si longue attente pour un 13e opus, merveilleux.

Article posté le mercredi 11 avril 2018 par Damien Canteau

Théodore Poussin 13 de Frank Le Gall (Dupuis) décrypté par Comixtrip
  • Les aventures de Théodore Poussin, tome 13 : Le dernier voyage de l’Amok
  • Auteur : Frank Le Gall
  • Coloriste : Robin Le Gall
  • Editeur : Dupuis
  • Prix : 14.70€
  • Parution : 06 avril 2018
  • ISBN: 9782800167572

Résumé de l’album : Dépossédé de son ancienne cocoteraie florissante désormais entre les pinces du capitaine Crabb, Théodore Poussin nourrit son infortune avec Novembre dans les bas quartiers de Singapour. Bien qu’ils semblent n’être plus que l’ombre des fiers marins qu’ils étaient, leur volonté reste d’acier et leur intransigeante acuité dans les négociations n’a d’égale que la sage détermination qu’ils ont à acheter un navire, à engager un nouvel équipage et à reprendre la mer. Pour ce qui sera peut-être leur dernier voyage… Plus de dix ans après « Les jalousies », Frank Le Gall remet enfin les voiles dans ce nouveau tome aux airs d’apothéose. Parues par extraits en noir et blanc dans « Les Cahiers Théodore Poussin », ces planches tant attendues entraînent le lecteur dans le sillage du Quangle Wangle, rebaptisé L’Amok, comme pour souligner la folie qui paraît s’être emparée de son capitaine. Là-bas sur les rivages d’un archipel sauvage se joue peut-être l’ultime bataille du capitaine Poussin !

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir