Tout le plaisir est pour moi

Scénarisée par Olivier Mau et illustrée par Fred Druart pour les éditions Glénat, la bande dessinée  « Tout le plaisir est pour moi » se veut à la croisée de plusieurs genres : le western sauvage et le polar psychologique.

UNE ÉPOQUE PLEINE DE SAUVAGERIE

L’action se passe à la fin du XIXe siècle dans le Dakota et l’heure est aux dernières guerres indiennes, avec notamment le tristement célèbre épisode de Wounded Knee, qu’on évoque dans l’album. Les deux peuples — Blancs et Indiens — sont incapables de cohabiter et mènent une lutte à mort.

UNE ATMOSPHÈRE DIGNE DE CORBUCCI

Dans cette ambiance délétère, on suit un officier français et son guide indien. Les deux hommes sont à la poursuite d’un tueur sioux qui massacre tous ceux qu’ils rencontrent au milieu de paysages enneigés, dignes du cultissime film de Sergio Corbucci, Le Grand Silence.

Ce n’est d’ailleurs pas le seul point commun avec les westerns spaghettis de la grande époque. Dans cet album sombre, cru et cruel, les scènes d’action sont pleines de sang et d’une extrême violence, comme autant de témoignage de la rudesse de l’époque. Les dialogues sont  des uppercuts qui vous claquent à la figure, semblables à des balles de Winchester.

Les personnages sont travaillés et fouillés, à commencer par cet officier français, humaniste candide, fan de Balzac et adepte de la savate. Quant aux deux Indiens, un mystérieux lien semble les unir… Tout au long du récit, on croise également quelques figures imposées du western qui, grâce au talent des deux auteurs, ne tombent jamais dans le cliché : l’officier tueur d’Indien, le marchand ambulant de remèdes miracles, …

Tout le plaisir est pour moi : UN DESSIN ET UN SCENARIO COMPLÉMENTAIRES

Le dessin réaliste, en noir et blanc, de Fred Druart colle parfaitement à l’ambiance minérale de l’histoire, annonçant la fin d’un monde. Celui des Indiens. Et l’astucieux scénario d’Olivier Mau nous réserve quelques bonnes surprises, notamment l’ouverture de l’album et sa chute bien trouvée…

Une belle réussite.

Article posté le vendredi 19 octobre 2018 par Medionok

Tout le plaisir est pour moi de Fred Druard et Olivier Mau (Glénat)
  • Tout le plaisir est pour moi
  • Scénariste : Olivier Mau
  • Dessinateur : Fred Druart
  • Editeur : Glénat
  • Parution : 05 septembre 2018
  • Prix : 22.50€
  • ISBN : 9782723477017
Résumé de l’éditeur : L’abjection n’a pas de nation… Dakota, 1890. Il est bien loin, le temps glorieux des explorateurs. Les dernières poches de résistance indienne se battent farouchement contre l’armée américaine, mais la guerre est aussi psychologique et les pires bassesses sont commises dans les deux camps. Sitting Bull, ultime symbole du fier peuple indien, vient d’être assassiné au coeur de la réserve de Standing Rock. Son dernier compagnon de route se lance alors dans une errance sanglante, et massacre tous ceux qu’il trouve sur son chemin, militaires comme civils, jugés au même titre responsables de la mort de son idole, de son peuple, d’une certaine idée de l’Homme… Un jeune capitaine français pétri d’idées humanistes est mis sur sa trace, se retrouvant le témoin impuissant d’une lutte à mort entre deux peuples incapables de se comprendre. Cette histoire humaine, engagée et ambitieuse a la puissance et la précision d’un roman historique, même si c’est une fiction. À mi-chemin entre le polar et le western sauvage façon The Revenant, Olivier Mau et Fred Druart appuient là où ça fait mal, et peignent la société américaine dans une période qu’elle a préféré oublier. Un album sombre, cru et cruel, jusqu’au rebondissement final en forme de coup de poing.

À propos de l'auteur de cet article

Medionok

Medionok

Né la même année que le festival d'Angoulême, Medionok a toujours aimé la BD et comme il adore écrire, c'est tout naturellement qu'il rédige des chroniques.

En savoir