Bons baisers d’Iran

Notre avis : Le régime des ayatollahs a décidé d’ouvrir partiellement ses frontières aux touristes; c’est comme cela que Lénaïc Vilain et son épouse se sont retrouvés à visiter le pays pendant 15 jours. L’auteur de RAS (Makaka) raconte ce voyage inattendu mais ô combien exotique en Iran. Si les premiers jours à Téhéran ne leur conviennent pas réellement (la capitale n’est pas très belle et il y a très peu de monuments à visiter), ils se dirigent alors vers le Sud, Ispahan et Chiraz, joyaux de l’ancienne Perse.

Pays méconnu, renfermé sur lui-même et qui vit en quasi autarcie, la République Islamique d’Iran ne convient pas vraiment aux touristes. Police des mœurs et militaires à toutes les rues ne permettent pas de passer des vacances si tranquilles. Restent les iraniens, souvent plus libres chez eux (alcool, fêtes ou rencontres amoureuses près des monuments) que dans la rue, asservis par un régime théocratique fort.

Ce que l’on retient de Bons baisers d’Iran, c’est un pays aux multiples facettes, riche d’une culture persane à l’apogée dans le Bas Moyen-Age, mais dont les monuments n’intéressent pas Khamenei (guide suprême de la Révolution) et les hauts dirigeants (ce qui fut construit avant la naissance du Prophète Muhamed est impie); ainsi que les habitants chaleureux et qui souhaitent encore plus d’ouverture sur le monde. En effet, l’embargo sur le pays a appauvri plus le petit peuple que les hauts dignitaires religieux.

Cet album permet Lénaïc Vilain d’aborder quelques thèmes chers aux occidentaux : le couple, la condition féminine mais il n’évite pas quelques fois les pièges tendus par les clichés (l’homosexualité, les rencontres amoureuses furtives ou les guides qui ne chercheraient que l’argent des touristes).

 

Article posté le mardi 10 novembre 2015 par Damien Canteau

  • Bons baisers d’Iran
  • Auteur : Lénaïc Vilain
  • Editeur: Vraoum !
  • Parution: 04 novembre 2015
  • Prix: 20€

Résumé de l’éditeur : 2014, Lénaïc et sa compagne partent en voyage dans un pays qui vient juste d’ouvrir ses portes au tourisme : l’Iran.

De Téhéran à Chiraz en passant par Ispahan, Lénaïc nous emporte dans un récit plein d’humour et de rencontres, en tordant le cou à de nombreux clichés

On découvre la civilisation perse, ses ruines et son passé, mais aussi la culture contemporaine d’une population partagée entre conservatisme et ouverture.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir