Shelton & Felter #3 – Billy Bowman a disparu –

Billy Bowman a tout pour devenir la recrue tant attendue dans la prestigieuse, mais déclinante, équipe des Red Sox. Dans le monde du baseball et plus particulièrement à Boston, l’effervescence autour  de cet excellent batteur bat son plein. Mais au soir d’une nouvelle victoire, Bowman ne sortira pas des toilettes du bistrot où il était venu boire une bière avec deux de ses coéquipiers. Tous les indices laissent  penser à un enlèvement. Reste à savoir qui aurait pu organiser un tel dénouement pour le jeune batteur. Pour la police, les suspects sont nombreux. Entre la mafia italienne ou tout simplement un joueur épris de jalousie, il y a une explication rationnelle à cette disparition.

Mais le tandem Shelton & Felter, fraîchement enrôlé par le club des Red Sox voit trop d’incohérences pour aboutir aux mêmes conclusions que les enquêteurs officiels. Revoilà donc nos deux héros. Après une première enquête teintée de fantastique et une autre dans le huis-clos oppressant d’un paquebot, cette nouvelle aventure va réunir les ingrédients similaires aux précédentes pour passer un très bon moment.

Jacques Lamontagne l’avait précisé dans La mort noire, premier album sorti en 2017. Ses deux héros existaient déjà depuis une dizaine d’années. L’auteur les connaît donc bien. Mais surtout il les aime et l’on sent qu’il prend plaisir à les mettre en scène. Tout en distillant quelques informations dans chacun des trois épisodes permettant de nous familiariser avec les deux héros, Lamontagne imagine une nouvelle intrigue policière aux multiples rebondissements.

Fausses pistes,  réflexion, humour, dessin semi-réaliste, l’illustrateur québécois utilise les éléments idoines pour suivre leurs aventures avec délectation. Lesquelles ne sont pas sans rappeler les romans policiers références issus des mentors du genre.

Shelton & Felter devient peu à peu une série pour laquelle on devine qu’il y aura de nombreux épisodes. En tout cas, l’inspiration du père des héros est d’une telle efficacité qu’on imagine très bien que d’autres énigmes à élucider sont à venir.  Alors, vivement les prochaines péripéties de l’ancien boxeur et de son ami libraire et hypocondriaque !

  • Shelton & Felter, Tome 3 : Billy Bowman a disparu
  • Scénariste : Jacques Lamontagne
  • Dessinateur : Jacques Lamontagne
  • Coloriste : Scarlett Smulkowski
  • Éditeur : Kennes Editions
  • Prix : 14,95 €
  • Parution : octobre 2019
  • ISBN :978-2875807939

Résumé de l’éditeur : Billy Bowman, recrue vedette du club de baseball des Red Sox de Boston, parviendra-t-il à remettre sa nouvelle équipe sur le chemin de la victoire? Au vu de son immense talent, tous les espoirs sont permis. Mais coup de théâtre ! Le jeune prodige disparaît mystérieusement. A-t-il été victime de la mafia italienne? D’un coéquipier frustré rétrogradé en équipe réserve? Ou encore d’un mari jaloux? Toutes les pistes sont envisageables. Shelton et Felter devront faire la lumière sur cette affaire et retrouver au plus vite le jeune joueur.

Tom Thomson, esquisses du printemps

C’est l’histoire de Tom Thomson, le plus grand peintre canadien du XXe siècle. Sa vie est contée de manière magistrale par Sandrine Revel chez Dargaud. Majestueux !

Il y a des biographies dessinées et il y a celles magnifiées par Sandrine Revel ! Après le magistral Glenn Gould (Prix Artémisia), elle nous enchante de nouveau avec ce récit biographique. Les deux univers d’ailleurs ne sont pas si éloignés que cela. Elle magnifie leur vie d’artiste et d’homme par une chaleur, une douceur, une grande justesse narrative et une documentation solide.

Telle une enquêtrice, l’autrice de Pygmalion remonte le fil de l’existence de ce peintre né en 1877 et mort en 1917. En effet, deux hommes se penchent sur la mort « accidentelle » de l’artiste. Le lecteur découvre alors les débuts de ce peintre qui créa des tableaux sur une très courte période de dix ans. Ces pochades sur bois ou carton et ses toiles (Boats, Algonquin Park, Early Spring, The Jack Pine…) sont autant de grands moments picturaux. Sa gloire sera posthume, secouant les passionnés, les experts et affolant les ventes aux enchères.

Sandrine Revel (Un drôle d’ange gardien) possède ce don unique de conteuse, un chose rare en bande dessinée. Elle réinterprète les peintures de Tom Thomson comme si on y était. Les étendues et les grands espaces canadiens sont là, devant nous, simples, beaux et d’une grande force. Ce récit troublant offre un écrin aux thématiques de la mémoire, de la transmission et du passé.

Tom Thomson, esquisses du printemps : merveilleuse biographie d’un peintre extraordinaire et talentueux. On aime, on recommande !

  • Tom Thomson, esquisses du printemps
  • Autrice : Sandrine Revel
  • Éditeur : Dargaud
  • Prix : 21€
  • Parution : 23 août 2019
  • ISBN : 9782205076097

Résumé de l’éditeur : Tom Thomson, dont les paysages grandioses de la nature sauvage de l’Ontario ont marqué l’entrée des arts canadiens dans la modernité, est mort jeune dans des circonstances troubles. En enquêtant sur les circonstances de la disparition précoce du peintre, au moment où il parvenait à la reconnaissance, Sandrine Revel esquisse le portrait subtil de cet artiste unique, en interrogeant la nostalgie dans l’art comme celle qui s’attache aux artistes. Un livre sur la mémoire et le passé, troublant, beau et triste comme le temps qui passe.

La vengeance de Croc-en-jambe

Quand un gang de trafiquants de stupéfiants se mesure à celui de forain, ça fait des étincelles ! Nicolas Moog et Matthias Lehmann dévoilent cette rivalité dans La vengeance de Croc-en-jambe. Surprenant !

Quelle excellente idée : Nicolas Moog et Matthias Lehmann réunis pour conter cette fable entre drame et rire ! Le premier (Agora, La favorite) s’associe au second (June, En roue libre) pour réaliser La vengeance de Croc-en-jambe à 4 mains : scénarios et dessin. Cela donne un album accrocheur et drôle.

Le lecteur suit les aventures de Nic et Matt (ça nous rappelle quelque chose !) débarquant dans cette rivalité très très virile entre trois clans (forains, trafiquants de drogues et kabyles). Les deux musiciens itinérants se retrouvent malgré eux au milieu de règlements de compte qui ne les concernent en rien.

Trahisons, complots, secrets et Roméo & Juliette sont au cœur de cet imbroglio mosellan.

La vengeance de Croc-en-jambe : C’est prenant et sympathique !

  • La vengeance de Croc-en-Jambe
  • Auteurs : Matthias Lehmann et Nicolas Moog
  • Éditeur : Fluide Glacial
  • Prix : 16.90€
  • Parution : 21 août 2019
  • ISBN : 9782378782443

Résumé de l’éditeur : Une aventure au coeur de la Moselle entre trafic de drogue, meurtre et amour adolescent digne de Roméo & Juliette. En deux mots : Nic et Matt, deux musiciens itinérants un poil alcoolique, découvrent malgré eux les coupables d’un meurtre lors d’un concert dans la vallée de la Fensch, en Lorraine. Sur fond de fête foraine, d’alcool et de guerre de gangs, suivez les aventures rocambolesques de ce duo haut en couleur ! Avec un dessin réalisé à quatre mains Moog et Lehmann vous propose de découvrir les bas-fonds de la vallée de la Fensch, bassin minier de Moselle.

Supers, tome 5

Telle une bonne Super 5, la série Supers de Frédéric Maupomé et Dawid ne ronronne pas. Mieux, elle vrombit et secoue. Enjoy !

On nous promettait du bon voire du très bon et nous ne sommes pas déçus ! Mieux, nous sommes supers enthousiastes !

Depuis ses débuts en 2015, Supers nous enchante. Ce récit d’enfants superhéros est un délice. Malmenant ses personnages pour rendre cette histoire très humaine, Frédéric Maupomé imagine son Superman, comme il nous l’avait confié dans un entretien.

On pensait que ce cinquième opus marquerait la fin de la saga, que nenni ! Elle repartira de plus belle dans une saison 2 digne des meilleures séries télé.

Couronnée du Prix ACBD jeunesse en 2016, Supers a même franchi l’Atlantique – c’est pas fréquent – pour être édité en langue anglaise aux Etats-Unis par la prestigieuse maison IDW Publishing (The Transformers, Dick Tracy, Tank Girl, Zombies, Angel, Ghostbusters, Locke and Key…).

Dans ce cinquième opus, les retrouvailles risquent de faire des étincelles ! Sans trop en dévoiler pour ne pas gâcher le plaisir de lecture, l’on peut dire qu’on les attendait et qu’ils sont enfin là !

Benji est toujours autant bouleversé psychologiquement par les expériences scientifiques qu’il a subi, Matt ne sait plus trop où il en est et Lili doit jouer la protectrice pour ses deux frères. Il y a aussi Lesec, l’inspecteur, qui les accueille chez lui, tel un père de substitution.

Vraiment, si vous voulez offrir une série à des enfants/ados de qualité, un récit de superhéros, une histoire humaine, une aventure à risque, n’hésitez pas : Supers à La Gouttière est le cadeau idéal ! Et en plus, les deux auteurs sont au zénith de leur art. Allez-y les yeux fermés, c’est du tout bon !

  • Supers, tome 5 : Retrouvailles
  • Scénariste : Frédéric Maupomé
  • Dessinateur : Dawid
  • Éditeur : La Gouttière
  • Prix : 18€
  • Parution : 27 septembre 2019
  • ISBN : 9791092111972

Résumé de l’éditeur : Benji a enfin retrouvé son frère et sa soeur… Hanté par de nombreux cauchemars, il a désormais du mal à accorder de nouveau sa confiance aux humains. Pourtant les pouvoirs de la fratrie seraient bien utiles car d’étranges phénomènes se produisent en ville. Serait-ce lié au retour sur Terre des parents, bien décidés à réunir leur famille ?

The Mighty Millborough – Les choses de la vie

Attention : petit joyau ! Les éditions 6 pieds sous terre dévoilent The Mighty Millborough – Les choses de la vie, un album de strips signé Christoph Mueller. Surprenant !

Après The Mighty Millborough – Les contes d’un homme de goût publié en 2013 en langue française, voici le deuxième opus autour de Millington F. Millborough et son intelligence qui dépasse la moyenne.

Cet homme entre deux âges est un personnage mystérieux et surprenant. Chapeau visé sur la tête, cigare au bec et répartie de feu, il a tout d’un dandy un peu hautain. Pourtant, il est loin de l’être et semble moins flamboyant qu’il ne le laisse paraître. Habitant d’un vieux manoir de Sassafras County, il est désespérément seul. A qui Millborough peut-il raconter sa vie ? Lui qui a mille histoires à conter. Le seul qui parfois s’inquiète de sa santé mentale, c’est Sniggleston, le vieux fermier à l’accent à couper au couteau, qui n’hésite pas à lui asséner un : « Vous êtes impayable, Millborough ».

Tel un vieil homme un peu ermite mais bien apprêté, il fait glisser son existence sur des notes de songes et de rêves où son imaginaire joue à mille à l’heure. Il s’interroge, interroge les choses autour de lui, philosophe et manipule les mots comme personne.

Pourtant, tout au long de 128 pages, le lecteur à une impression : Millborough semble attendre quelque chose, quelqu’un qui pourrait le sauver de cet ennui mélancolique.

Jeune dessinateur allemand, Christoph Mueller est un vrai passionné de la culture américaine. Cela se ressent à 100 % dans The Mighty Millborough – Les choses de la vie. Il joue avec les codes du strips à l’ancienne. Son trait qui semblerait désuet ne l’est pourtant pas. Il y a du George Herriman, du Winsor McCay, du Robert Crumb et du Bill Waterson dans ses petites saynètes de trois vignettes. L’art de la chute et de la surprise, l’auteur allemand la possède bien. Cet affichiste pour de nombreux groupes de country et de blues, met de lui dans son personnage fétiche, tel un alter ego de papier.

Chris Ware (Jimmy Corrigan, Building stories) et Robert Crumb (Fritz the cat, Mr Natural) ne s’y trompent pas. Ils encensent l’art de Christoph Mueller. Et ils ont plus que raison. C’est fort et c’est beau ! Les silences et les décors visibles ou non sont autant de mise en scène qui plaisent dans cet album. D’ailleurs, le journal de Spirou offre aussi un écrin pour les strips de Millborough. Les éditions 6 pieds sous terre ont énormément soigné cette publication : grand format à l’italienne, dos toilé et papier de belle qualité.

The Mighty Millborough – Les choses de la vie : « Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! Suspendez votre cours : Laissez-nous savourer les rapides délices, Des plus beaux de nos jours ! » a dit Lamartine. Voilà un bel adage que l’on peut aussi donné pour ce beau recueil.

  • The Mighty Millborough – Les choses de la vie
  • Auteur : Christoph Mueller
  • Editeur : 6 pieds sous terre
  • Prix : 30€
  • Parution : 07 novembre 2019
  • IBAN : 9782352121527

Résumé de l’éditeur : Ici-bas, à Sassafras County, les choses suivent sereinement leur cours. Dans les hautes branches, les cardinaux rouges chantent, la salsepareille fleurit en bouquets épineux et parfumés, et le rapide pour Green Valley arrive toujours à l’heure. Souhaitant profiter de l’allégresse ambiante, Millborough coiffe son chapeau, corrige dans le miroir l’angle du noeud papillon à sa chemise, sort de la maison et, d’un pas décidé, entreprend l’ascension de la Grande Question Existentielle. Déambulation bucolique dans un Midwest idéalisé, aux graphismes post-Crumbiens étincelants, Les choses de la vie marque le lecteur tant par son acuité aux questions existentielles que par son humour un brin désespéré. Christoph Mueller joue également la carte expérimentale, usant du format «strip» tout en longueur pour questionner les possibilités du langage de la bande dessinée, use d’anamorphoses, de séquences muettes, de plans multiples et aventureux et d’ellipses inter-strips pour créer un rythme en accord avec l’ambiance du récit. Un exercice à la fois brillant et passionnant.

Zozo Zombie #1

Qui n’a jamais eu l’envie de rencontrer un mort-vivant ? Isamu croise le chemin de Zozo, un être décharné qui veut être l’ami de tout le monde. Yasunai Nagatoshi imagine Zozo Zombie, un manga décalé et drôle chez Vega.

Pour rentrer de l’école, Isamu emprunte le parc C. Maurtelle. Tous ses amis sont convaincus que des zombies le hante. Lui n’y croit pas jusqu’à sa rencontre avec Zozo. Allongé dans le bac à sable, il sort et fait peur au petit garçon.

Pourtant ce mort-vivant n’a pas l’air dangereux. Zozo suit à la trace Isamu sans jamais vouloir ni le tuer ni lui dévorer le cerveau…

Zozo Zombie est décalé. Il est très drôle par le personnage de mort-vivant et les relations qu’il a aux autres, plus particulièrement avec Isamu. Le style kawaï renforce l’humour noir, les jeux de mots et la folie du récit de Yasunari Nagatoshi. Ce n’est pas non plus répulsif et cela fonctionne bien même chez les plus jeunes lecteur. C’est un peu gore à souhait sans faire trop peur.

Composé de petits chapitres (au nombre de 8), Zozo Zombie est un manga qui déconstruit l’image si terrible des morts-vivants, comme si on avait le droit de s’en moquer, à l’image de la saga cinématographique Zombieland, la série de bande dessinée Kids de Ducoudray et Joret ou encore Mort et déterré de Boisvert et Colpron. Ce premier opus serait comme un petit manuel du zombie où le lecteur apprend tout sur ces êtres décharnés sans cerveau.

Zozo Zombie : drôle, décalé et pour toute la famille !

  • Zozo Zombie, volume 1
  • Auteur : Yasunari Nagatashi
  • Editeur : Vega
  • Prix : 19€
  • Parution : 10 octobre 2019
  • IBAN : 9782379500404

Résumé de l’éditeur : Zozozo le zombie est un enfant zombie. Il n’est pas obsédé par dévorer le cerveau des humains, non, ce qui l’intéresse avant tout, c’est d’avoir une vie comme tous les autres enfants, d’aller à l’école et de jouer avec ses amis. Mais quand on est un zombie, cela pose néanmoins de sérieux problèmes, et on n’est jamais à l’abri de perdre une jambe lors d’un match de foot, ou d’égarer sa tête à l’occasion d’un jeu. Heureusement, il peut compter sur l’aide de ses camarades pour tenter de s’intégrer à la vie moderne

Bijou

Très belle pierre passant de main en main, un bijou voyage, prenant des formes différentes. Fred Bernard et Jacques de Loustal imaginent sa vie dans Bijou, un joyau édité par Casterman.

S’il y a bien un dessinateur dont le trait est tout de suite reconnaissable, c’est bien celui de Jacques de Loustal ! Quel bonheur de le suivre au fil de ses merveilleux albums ! De Barney et la note bleue à Black Dog, en passant pas Kid Kongo ou Les amours insolentes, tout nous plait chez cet auteur au dessin élégant et plein de charme.

Quelle belle idée que Fred Bernard a eu de s’associer à lui pour raconter l’histoire d’un bijou de son extraction en Afrique en 1908 à son montage en collier à Paris en 2009 !

Le lecteur passe ainsi d’un personnage à l’autre en suivant les pérégrinations de ce petit joyau. En choisissant ce long voyage de plus d’un siècle, Fred Bernard peut aussi égrener les périodes historiques, les mœurs et les habitudes de notre société.

Avec habileté, il fait même passer Bijou entre les mains de personnalités ayant existé ou lui fait vivre les grands événements du XXe siècle. Il y a de la malice et de l’humour dans le récit du scénariste (Himalaya Vaudou, Essence, Nungesser).

Bijou est un joyau, un pépite étincelante et brillante qui permet de voyager au fil du temps, entre fiction et réalité. Enjoy(au) !

  • Bijou
  • Scénariste : Fred Bernard
  • Dessinateur : Jacques de Loustal
  • Editeur : Casterman
  • Prix : 19€
  • Parution : 11 septembre 2019
  • IBAN : 9782203172357

Résumé de l’éditeur : Et si le XXe siècle nous était conté par le prisme d’une pierre précieuse ? Découvert en 1907 dans une mine d’Afrique du Sud, le diamant Bellaciao va traverser le siècle, filant de mains en mains, au gré des histoires d’amour, des faillites, des aventures rocambolesques, et des accidents de parcours. Du naufrage du Titanic, à la mort de Bashung, Fred Bernard et Jacques de Loustal, lancent leur bijou extraordinaire comme le dé du destin, entremêlant les petites et la grande Histoire.

 

Dragons et poisons, tome 1

Isabelle Bauthian et Rebecca Morse dévoilent le premier opus de Dragons et poisons, la nouvelle série du nouvel éditeur Drakoo.

A grand renfort de publicités, papiers en tout genre et interviews, la nouvelle maison d’édition Drakoo – rattachée à Bamboo – devait être le nouvel eldorado de l’héroïc-fantasy. Patatras ! A part Dragons et poisons, de très belle facture, les autres séries sont décevantes.

Dans Danthrakon, nous n’y reconnaissons pas le charme du trait d’Olivier Boiscommun. Quant à l’histoire de Christophe Arleston, elle est tellement tortueuse que le premier opus en est illisible. Le trop plein d’informations en si peu de planches parasite le récit. Quant à La pierre du Chaos, l’originalité n’est pas de mise.

Ce style – l’héroïc fantasy, ayant fait les beaux jours des éditions Soleil – est finalement quelque peu daté dans ces deux productions. Arleston a pressé jusqu’à la moelle le filon et son essence même (Lanfeust…), suivi de près par d’autres auteurs de l’ex-maison toulonnaise.

Reste donc Dragons et poisons, une histoire convaincante et plutôt accrocheuse. Isabelle Bauthian nous avait déjà enchanté avec son très joli diptyque Versipelle (avec Anne-Catherine Ott, Akileos). Le lecteur le sent : la scénariste aime le fantastique et sait très bien en manier les codes.

Dans ce premier volet, nous croisons de la magie, des personnages bien campés et une histoire folle; le tout mâtiné d’un humour très bien senti.

Pour Dargons et poisons, Isabelle Bauthian fait de nouveau équipage avec Rebecca Morse. Ensemble, elles avaient inventé l’univers jeunesse d’Alyssa. S’il n’en révolutionne pas le genre, l’album est sympathique. Le lecteur passe un moment très agréable en suivant les aventures de Greyson, Névo et Natch.

  • Dragons & poisons, tome 1 : Greyson, Névo et Natch
  • Scénariste : Isabelle Bauthian
  • Dessinatrice : Rebecca Morse
  • Coloriste : Aurélie F. Kaori
  • Éditeur : Drakoo
  • Prix : 14.50€
  • Parution :  12 octobre 2019
  • ISBN : 9782490735013

Résumé de l’éditeur : Savez-vous qu’il y a un dragon dans le puits aux souhaits ? C’est lui qui exauce les vœux des citoyens de Pâmoison. Enfin… ceux qui parviennent à triompher des dangers qui mènent à sa tanière : roses vénéneuses, singes venimeux et fielleuses Tricoteuses. Car, à Pâmoison, tout est empoisonné. Greyson le guerrier sans peur, Névo le médecin roublard et Natch l’ingénieure grande gueule sont les plus grands aventuriers de la cité. Ils sont aussi amis et concurrents sans pitié. Quand les premiers doublent la seconde et se lancent à l’assaut du puits, leur exploration finit en drame. Dix-neuf ans après, ce sont deux vieux losers qui repartent affronter le dragon. Leur but : réparer les imbécillités de leur « moi » du passé et accéder enfin à la gloire qu’ils méritent. Et peu importe si c’est comme ça que toutes leurs galères ont commencé, ils font confiance à leur bonne étoile ! Après tout, pourquoi s’inquiéter lorsqu’il suffit de faire un vœu ?

Empereur du Japon

Voilà un manga historique surprenant et original mais ô combien passionnant et accrocheur. Junichi Nojo et Issei Eifuku dévoilent Empereur du Japon, une adaptation de l’œuvre originale de Kazuthoshi Hando chez Delcourt/Tonkam.

Alors que le nouvel empereur Nurihito vient tout juste d’être intronisé il y a quelques jours, les éditions Delcourt/Tonkam ont eu la brillante idée de proposer Empereur du Japon, l’histoire de Hirohito, le grand-père du nouveau souverain.

Les biographies historiques sont souvent décevantes. Mais pour une fois, Empereur du Japon possède ce charme fou, cette narration simple et forte qui nous happe jusqu’à la dernière page.

Les auteurs arrivent à nous intéresser à Hirohito, l’empereur qui régna le plus longtemps sur le pays du soleil levant. Coutumes, étiquette, traditions, tournant démocratique au début du 20e siècle sont cœur de ce très bon manga.

Dans ce premier opus, le lecteur découvre le tout jeune Hirohito, dans sa bulle, encore petit, loin du tumulte de la Cour. Éloigné des intrigues du Palais, il fut éduqué par mademoiselle Adachi, institutrice, douce et bienveillante.

Appelé à régner, Hirohito est donc confié à cette femme afin de grandir à l’écart et acquérir tout le lourd protocole et la bienséance.

Nous sommes agréablement surpris par la qualité de ce manga. Nous découvrons avec délice les us très éloignés de la culture française.

Bientôt le deuxième tome. Nous avons hâte !

  • Empereur du Japon, l’histoire de l’empereur Hirohito – volume 1/6
  • Scénariste : Issei Eifuki
  • Dessinateur : Junichi Nojo
  • Oeuvre originale : Kazutoshi Hando
  • Supervision : Hidetaka Shiba
  • Editeur : Delcourt / Tonkam, collection Seinen
  • Prix : 7.99€
  • Parution : 02 octobre 2019
  • IBAN : 9782413020141

Résumé de l’éditeur : En l’an 37 de l’ère Meiji, soit en 1904, le jeune Hirohito tente de trouver sa place. De son apprentissage, sa régence, au début de son long règne, jusqu’aux événements qui ont conduit le pays du soleil levant à la seconde guerre mondiale, ce merveilleux manga, très documenté, lève le voile sur la vie et l’enfance méconnues du prince Hirohito, Shòwa Tennùo ou empereur Shòwa de son nom de règne.

Frères de terroirs (Intégrale)

Frères de terroirs c’est un bande dessinée où l’on découvre la gastronomie comme on l’aime.

Yves Camdeborde nous montre sa famille, ses amis, le savoir faire de son équipe et des artisans avec qui il travaille.

Au delà de la présentation des personnes, on découvre des régions, on apprend l’importance du respect de la terre, des saisons, du partage et de la convivialité.

Yves et ses amis nous livrent au passage quelques recettes qui nous font saliver.

Les dessins de Ferrandez sont toujours aussi bons, colorés et nous transportent avec joie dans le monde où les producteurs ont autant d’importance que les produits.

On a envie d’être celui ou celle qui accompagne le grand chef, pour manger, pour regarder, pour écouter et pour apprendre le tout avec une grande bienveillance.

Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à la BD « Les ignorants » de Davodeau.

Cette bande dessinée est une intégrale éditée chez Rue de Sèvres (le Tome 1 sorti en 2014 et le tome 2 en 2015)

  • Frères de Terroirs
  • Auteurs : Yves Camdeborde & Jacques Ferrandez
  • Dessinateur : Jacques Ferrandez
  • Editeur : Rue de Sèvres
  • Prix : 35,00 €
  • Parution : 06 Novembre 2019
  • ISBN : 9782810205240

Résumé de l’éditeur : Ils sont apiculteurs, maraîchers, vignerons, bouchers…Ce sont les fournisseurs d’Yves Camdeborde depuis des années, avec qui ils partagent le goût du bien-manger et du bien-produire. Un an de rencontres avec les producteurs favoris du chef cuisinier, mis en dessin par Jacques Ferrandez, pour aller à la découverte de chasseurs de truffes, pêcheurs de brochets et vignerons aux quatre coins de la France.

Les croques, tome 2

Après un premier volume très réussi (prix ACBD jeunesse 2018), Léa Mazé dévoile le deuxième tome de son excellente série Les croques.

Comme elle nous l’expliquait dans un entretien en 2018, Léa Mazé a eu l’idée des Croques en revenant d’un festival en bus où son trajet passait devant un cimetière.

Dans ce deuxième opus, les lecteurs continuent de suivre les pas de Céline et Colin, enfants d’un couple d’entrepreneurs de pompes funèbres. Ils sont entrés dans le caveau des Harot et ont découvert une scène horrible, enfin le pensent-ils. Alertés, leurs parents se rendent sur les lieux. Ils y découvrent un pot de peinture rouge ayant survi aux inscriptions sur le mur. Ils en sont convaincues : ce sont leurs propres enfants qui ont vandalisé le mausolée…

L’autrice de Elma, une vie d’ours (avec Ingrid Chabbert) continue de tisser un habile récit se transformant en polar-thriller, un peu angoissant, juste ce qu’il faut pour les plus jeunes lecteurs à partir de 9 ans.

Elle malmène Colin et Céline; eux qui sont déjà rejetés par leurs parents. Cette enquête est menée avec dextérité par l’autrice de Nora. Les personnages secondaires prennent de l’épaisseur et entrent dans cette danse macabre.

Le bouquet final des Croques est prévu en 2020. On a hâte !

  • Les croques, tome 2/3 : Oiseaux de malheur
  • Autrice : Léa Mazé
  • Editeur : La Gouttière
  • Parution : 27 septembre 2019
  • Prix : 13.70€
  • ISBN : 9791092111798

Résumé de l’éditeur : Céline et Colin se retrouvent de plus en plus isolés. Suite à leur macabre découverte maquillée en blague, leurs parents ne leur font plus confiance, et face à l’absence de Poussin, les soupçons se portent sur lui… Les jumeaux se lancent alors à corps perdu dans l’enquête…

Bergères guerrières 3

Après un tome 1 et un tome 2 dont nous vous disions le plus grand bien, Jonathan Garnier et Amélie Fléchais dévoilent le troisième volet de Bergères guerrières. A coup sûr, l’une des plus belles séries d’héroïc fantasy jeunesse de ces cinq dernières années.

Jonathan Garnier et Amélie Fléchais sont décidément un duo de jeunes auteurs très forts ! Le premier tisse avec habileté le canevas d’une histoire fantastique intelligente, entre aventure, magie noire et mal incontrôlable; tandis que la deuxième l’enchante avec son superbe dessin.

Comme il nous l’avait confié dans un entretien en 2018, c’est la force du groupe qui est important : « Dans Bergères guerrières, c’est très clan. Je trouvais intéressant que cette fille soit portée par ce clan de femmes. »

Encore une fois, c’est ce groupe de Bergères guerrières qui part tenter de percer le mystère de ce mal fantastique qui ronge les humains. Il tente aussi de retrouver les hommes partis au front.

L’aventure est toujours au cœur de ce troisième opus. Les pleurs et les désillusions mais aussi l’espoir sont là, comme une fable enfantine, belle et superbement écrite. Amélie Fléchais est au zénith de son art. Son dessin est toujours aussi chaleureux malgré la part sombre du récit.

Il est noté « à suivre » sur la dernière page. On attend donc avec impatience la suite de cette excellente saga jeunesse !

  • Bergères guerrières, tome 3 : Le périple
  • Scénariste : Jonathan Garnier
  • Dessinatrice : Amélie Fléchais
  • Editeur : Glénat, Tchô la collec
  • Prix : 14.95€
  • Parution : 02 octobre 2019
  • IBAN : 9782344034231

Résumé de l’éditeur :  Un danger en chasse l’autre La Malbête et la sorcière qui la contrôlait ont été maîtrisées mais c’est une victoire amère… Molly a été grièvement blessée et, bien qu’elle ait repris connaissance, un mal étrange la ronge toujours. Les Bergères Guerrières prennent une décision importante : se rendre en Terres Mortes pour trouver et comprendre l’origine du mal qui les a frappés et condamne maintenant Molly et Liam. Dans cette mission se cache aussi leur dernier espoir de retrouver les hommes du village, partis au front il y a plus de dix ans. Une délégation est alors constituée dont Sarah, la jeune sorcière aux oiseaux, fait partie. Un long périple les attend dans les terres hostiles du Nord…Des personnages attachants, un monde merveilleux empreint de magie et des dessins somptueux : tous ces éléments font de Bergères guerrières le nouvel incontournable de « Tchô! » au délicieux parfum d’aventure !