Baddawi, une enfance palestinienne

La création de l’état d’Israël juste après la Seconde Guerre Mondiale a beaucoup troublé le Proche-Orient, notamment la Palestine et le Liban. Leila Abdelrazaq dévoile Baddawi, une très bel album Steinkis sur ce douloureux thème.

Ahmad vit avec ses parents et ses 9 frères et sœurs dans le camp de Baddawi, au Nord du Liban. Délicat de se faire une place et de débuter sa vie lorsque l’on est Palestinien dans ce pays. D’ailleurs son père doit multiplier les courts jobs à Beyrouth, la capitale.

Ecole, amis, petit travail pour acheter une paire de chaussures de foot et raids de l’aviation rythment les journées du jeune garçon. Pas simple…

Leila Abdelrazaq met en image l’histoire vraie de Ahmad, son père. Cette vie délicate entre Liban et Palestine, de nombreuses personnes l’ont aussi vécue. L’autrice la dévoile sous forme de chapitres : la guerre, les camps mais aussi les petites joies de l’enfance . Cet hommage simple, délicat et et tendre pour son géniteur est porté par un dessin en noir et blanc très efficace.

Baddawi, une enfance palestinienne : pour comprendre un peu l’histoire de ce pays, du conflit et de ces déracinés.

  • Baddawi, une enfance palestinienne
  • Autrice : Leila Abdelrazaq
  • Editeur : Steinkis
  • Parution : 24  janvier 2018
  • Prix : 18€
  • ISBN : 9782355743221

Résumé de l’éditeur : Ahmad est un jeune garçon palestinien qui grandit à Baddawi, un camp de réfugiés dans le nord du Liban. Baddawi est bondé et dynamique, il y règne toujours une certaine agitation. Et malgré tout, la vie d’Ahmad ressemble à celles de tous les enfants… Mais la guerre civile libanaise éclate. Ahmad est séparé de sa famille et parvenir à poursuivre sa scolarité devient sa priorité. Son obstination fait écho à la détermination du peuple palestinien à retrouver un jour sa patrie. Leila Abdelrazaq explore l’enfance de son père, qui est aussi celle de milliers de réfugiés, dans les années 1960 et 1970. Elle se met, avec une infinie tendresse, à la hauteur de ce petit garçon qui voit le monde s’effondrer autour de lui et tente d’avancer en traçant son propre chemin. Son trait charbonneux – qui rappelle Marjane Satrapi, Zeina Abiracheb ou David B. – est nourri de son identité notamment par les rappels de broderie palestinienne. Leila Abdelrazaq est américaine, d’origine palestinienne. Son travail de création rejoint son engagement militant, elle explore principalement des questions liées à la diaspora, aux réfugiés, à l’histoire, à la mémoire et aux frontières. Baddawi est son premier roman graphique.

Flash Rebirth : La vitesse de l’Ombre

Flash rebirth : Le plus rapide de tous les super-héros revient en force dans ce second tome de la nouvelle ère de DC Rebirth et ne va pas manquer de faire de l’ombre à certains…

On vous a déjà présenté le tome 1 par ici avec plusieurs infos sur le Bolide Écarlate et les 2 Wally West alias Kid Flash. Dans le tome 1, un rappel pour ceux qui l’ont lus, un spoil pour les autres, de nouveaux bolides sont apparus dans tout Central City après un déchaînement de la Force Véloce. Flash leur a repris leur vitesse lors d’un combat contre GodSpeed, mais certains d’entre eux ont disparus comme s’ils étaient désintégrés. Un peu ce qui est arrivé au premier Kid Flash. Parmi eux, Meena, une jeune fille qui ne laissait pas indifférent nos deux héros.

A la suite de ça, Flash a recueilli le second Wally West et donc un nouveau Kid Flash. Mais ce dernier est très pressé de faire ses preuves et connaitre enfin la véritable identité de son professeur. Pour l’impressionner, Kid Flash n’hésite pas à sécher les cours pour parcourir la ville en courant, et affronter des méchants. Lors d’une mission pas vraiment à sa hauteur contre l’Ombre, Wally va se mettre en danger, et mettre en danger tous ceux qu’il connait…

Ce tome 2 est scénarisé par Joshua Williamson, un habitué du Bolide puisqu’il est déjà l’auteur du précédent tome mais aussi auteur du Justice League vs Suicide Squad, et dessiné par Jorge Corona, Felipe Watanabe, Davide Gianfelice et Neil Googe. La nouvelle aventure de Flash n’attend plus que vous, publiée aux éditions Urban Comics !

  • Flash Rebirth : La Vitesse de L’ombre
  • Scénariste : Joshua Williamson
  • Dessinateurs : Jorge Corona, Felipe Watanabe, Davide Gianfelice et Neil Googe
  • Editeur : Urban Comics
  • Parution : 2 février 2018
  • Prix : 14,50 €
  • ISBN : 9791026812982

Résumé de l’éditeur :
Depuis peu, Barry Allen, alias Flash, l’homme le plus rapide du monde, entraîne Wally West, le nouveau Kid Flash, dans l’intention de lui apprendre à utiliser ses pouvoirs de vitesse et à lui enseigner le code moral qui le guide Un enseignement que le jeune homme va pouvoir mettre à profit en affrontant l’Ombre, un ennemi capable de manipuler des énergies noires… Mais le jeune Wally parviendra-t-il à garder la tête froide face à un tel adversaire ?

Renato Jones saison une : les UN%

Notre avis : Renato Jones est un thriller anticapitaliste fortement explosif et rageux qui dénonce avec vigueur un monde pris en otage par la crise financière, un album à découvrir !

Les UN% détiennent plus de la moitié de la richesse mondiale. Leurs pouvoirs sont énormes, mais ils en veulent toujours plus. Que ce soit des gouvernements, des entreprises, ou même des économies toutes entières, ils n’en ont jamais assez. Il faut que cela cesse un jour pourtant, et c’est là qu’intervient… Renato Jones ! Un mystérieux justicier venu remettre les pendules à l’heure. Il va y avoir du sport !

Ce pop-justicier-vengeur est un vrai chef d’œuvre de Kaare Kyle Andrews. Cet auteur s’est déjà fait les mains sur Iron Fist ou encore Spider-Man: L’Empire. Partez en quête de vengeance contre les riches et les puissants, qui vont très vite se retrouver très… diminués ! Renato Jones Saison Une : Les UN% est à découvrir aux éditions Akileos, éditeur de La Valise ou encore Addiction.

  • Renato Jones saison Une : Les UN%
  • Auteur : Kaare Kyle Andrews
  • Editeur : Akileos
  • Parution : 14 février 2018
  • Prix : 17€
  • ISBN : 9782355743221

Résumé de l’éditeur :
Les Un % possèdent plus de la moitié de la richesse mondiale. Ils ont écrasé les économies, ont acheté des gouvernements et ont accumulé plus de pouvoir que tout autre groupe de l’histoire. Et ils n’en ont toujours pas assez. Avec ce genre de pouvoir, comment peut-on imaginer les faire payer ? Et QUI les fera payer ? Permettez-nous de vous présenter Renato Jones, un mystérieux justicier venu remettre les compteurs à zéro. Et avec son entrée en jeu, LES SUPER RICHES L’ONT SUPER DANS LE C*L.

Hillbilly

Notre avis :  La clairvoyance d’un vagabond aveugle et le travail de Eric Powell font de Hillbilly un triptyque hors du commun.

Rondel est un vagabond aveugle. Aveugle au sens traditionnel du terme, mais en réalité très clairvoyant. Armé de son hachoir géant, il est très à l’aise dans ce monde fantastique peuplée de créatures magiques et de sorcières. Il est même devenu un véritable héros du folklore, même si en réalité il n’est pas que cela… Aidé de créatures inattendues, Rondel va poursuivre son destin à travers les montagnes et les plaines de ce monde bien étrange…

Eric Powell, est un habitué des Eisner Awards et des séries comme Hillbilly à la fois sombre et drôle. Il a notamment travaillé chez Marvel ou DC Comics avant de connaître un succès fulgurant avec The Goon. Outre cet album, Eric Powell a aussi travaillé sur Chimichanga ou encore Big Man Plans, une fable urbaine violente sur la quête de vengeance d’un nain…

Hillbilly est donc un triptyque, dont les deux autres tomes sortiront en l’espace d’une année aux éditions Delcourt, éditeur de Dead Inside et de Serum.

  • Hillbilly
  • Auteur : Eric Powell
  • Editeur : Delcourt
  • Parution : 24 janvier 2018
  • Prix : 15,95 €
  • ISBN : 9782413001591

Résumé de l’éditeur :
Rondel est un vagabond aveugle, qui en réalité comprend et voit le monde bien mieux que le commun des mortels. Rondel est un solitaire, armé dun hachoir géant qui est finalement plus à laise auprès des créatures magiques et des sorcières. Il est même devenu pour beaucoup un héros de folklore pour ceux qui errent à lorée du monde des rêves. Mais Rondel est également bien plus que cela

Alice dans le Sussex

L’auteur autrichien Nicolas Mahler dévoile Alice dans le Sussex, une version très libre de Alice au pays des merveilles. Etonnant !

Lisant Frankenstein dans le Sussex assise au pied d’un arbre, Alice aperçoit un lapin blanc qui l’invite à le suivre. Il entre dans un long conduit de cheminée allant sous terre. Elle s’y glisse et fait une chute vertigineuse et interminable.

Alors que le lapin fouille dans ses cartons pour retrouver un livre, Alice mange la soupe du cygne. Des ailes lui poussent dans le dos. Elle vole et rencontre des personnes de ce pays imaginaire…

Etonnante et passionnante version de Alice au pays des merveilles, Alice dans le Sussex plait par sa singularité, son approche de l’œuvre de Lewis Carroll et son ton à la fois mélancolique et drôle. Nicolas Mahler fait rencontrer à Alice tous les personnages importants du livre paru en 1869 : le chapelier fou, le chat de Cheschire, la chenille ou le lapin blanc.

L’auteur de L’art sans madame Goldgruber (L’Association) garde l’esprit merveilleux et fantastique pour l’emmener vers un monde plus littéraire et adulte. Ainsi, il invoque les œuvres de HC Artmann (Frankenstein dans le Sussex), de Mary Shelley (Frankenstein), de Cioran (De l’inconvénient d’être né), de Herman Melville (Moby Dixk) ou de Voltaire (Candide).

De plus, Nicolas Mahler parsème son récit de notes d’humour subtiles, ce qui donne un ton original à son album. Son trait minimaliste en bichromie (noir et bleu) et géométrique convient idéalement pour délivrer sa belle version de Alice au pays des merveilles.

  • Alice dans le Sussex
  • Auteur : Nicolas Mahler
  • Editeur : L’Association
  • Parution : 09 mars2018
  • Prix : 24€
  • ISBN : 9782372872942

Résumé de l’éditeur : Nicolas Mahler poursuit ses adaptations en bande dessinée des oeuvres du patrimoine littéraire européen. Dans Alice dans le Sussex, il célèbre Lewis Carrol et H. C. Artmann (Frankenstein in Sussex, jamais traduit en français), mais aussi Mary Shelley, Jules Verne, Voltaire, Cioran… Alice suit encore le lapin blanc qui plonge cette fois-ci dans une cheminée au ras du sol dans laquelle personne ne saute jamais. Il l’entraîne dans sa nouvelle maison sous terre à la recherche d’une édition illustrée de Frankenstein dans le Sussex. Un voyage labyrinthique dans la « somptueuse maison dans le meilleur des mondes possibles » où Alice rencontre la Chenille, le Chat de Cheschire, le Chapelier fou et Frankenstein… Nicolas Mahler nous offre un collage subtil et bondissant, un condensé de textes classiques où l’économie de moyen, la ligne épurée et l’humour rencontrent la mélancolie subtile, la poésie et d’autodérision.

King of Ants tome 1 & 2

Notre avis : La nouvelle référence 100% baston King of Ants tient ses promesses et est un véritable boulet de canon !

Shirô est le caïd de son quartier. Il fait régner sa loi et l’ordre à coups de poings. Mais un jour, il apprend qu’il est le fils biologique d’un patron d’une multinationale appelée Rikudô. Mais cette nouvelle n’est pas une bonne nouvelle pour lui. Kirio et les autres héritiers ne comptent pas lui donner sa part du gâteau. Pour l’éliminer de l’équation, ils vont mettre la tête de Shirô à prix… Tout le monde se met très vite à sa poursuite, que ce soit des délinquants ou encore de gentilles mères de famille. Mais c’est bien mal connaître Shirô qui va se faire un malin plaisir de déclencher une guerre épique !

Nagahisa Tsukawaki et Ryu Ito signent cette série coup de poing et dantesque teintée de rouge et de noir. Une excellente critique de la richesse, de ses privilèges et de l’avidité des hommes, qu’ils soient pauvres, riches, de bonnes familles ou encore de mauvaise éducation. Des mangas a posséder impérativement, publiés aux éditions Komikku éditeur de Courrier des miracles et de Tokyo Therapy.

  • Kings of Ants tome 1
  • Auteurs : Nagahisa Tsukawaki et Ryu Ito
  • Editeur : Komikku
  • Parution : 25 janvier 2018
  • Prix : 7,99 €
  • ISBN : 9782372872942

Résumé de l’éditeur :
De caïd à Président d’une multinationale, il n’y a qu’un poing !
Action, humour et belles femmes dans la nouvelle référence baston !
Shirô est le caïd du quartier. Il y fait régner sa loi à coups de poing et ses ennemis sont légion ! Un jour, il apprend qu’il est le fils biologique du patron de la multinationale Rikudô. Les autres héritiers ne veulent pas que Shirô touche un centime de cette fortune et ils mettent sa tête à prix ! Mais c’est bien mal connaître ce dernier qui va déclencher une guerre sans précédent !
Les coups vont pleuvoir !

Génération Y

Génération Why, Pourquoi, Y est celle des 20-30 ans de 2018. Entrés dans l’ère du tout numérique, certains d’entre eux tardent à savoir qui ils sont, ce qu’ils feront et à se stabiliser dans tous les domaines. Mauryn Parent imagine le quotidien des quatre d’entre eux dans Génération Y.

Jérémy explique à Lise que leur relation est terminée. Il faut souligner que le jeune homme part s’installer en Australie pour y travailler et qu’il ne veut pas d’une relation à distance. En attendant, il retrouve Thomas pour aller boire des coups. De son côté, la jeune femme demande à Mathilde de passer chez elle pour parler…

Mauryn Parent connait bien cette Génération Y puisqu’elle en fait partie, elle est née en 1990. Dans son premier album, elle tente de décrire le quotidien de personnes lambda, anti-héros ordinaires dans des relations simples : métro-boulot-dodo mais aussi accomplissement de soi et loisirs. Ces quatre jeunes Belges ont les mêmes envies, idées et buts que leurs cousins Français.

La Génération Y est un groupe social de femmes et de hommes qui ont actuellement entre 20 et 30 ans. Ils sont dénommés ainsi en référence au fil de leurs écouteurs qui tombent et qui ressemblent ainsi à un Y.

Ce bel album bénéficie d’un dessin réaliste au crayon rehaussé par quelques touches de couleurs légères pour distinguer chaque personnage. Décors évanescents quasi effacés pour rendre la part belle à Lise, Jérémy, Thomas et Mathilde dans leurs relations.

  • Génération Y
  • Autrice : Mauryn Parent
  • Editeur : La Boîte à Bulles
  • Parution : 16 mars 2018
  • Prix : 16€
  • ISBN : 9782849533055

Résumé de l’éditeur : Mauryn Parent raconte au travers d’une année, le quotidien de Lise, Jérémy, Thomas, et Mathilde. Quatre personnages, aux caractères, aux parcours et aux aspirations bien différentes des unes des autres. Ils ont entre 20 et 30 ans et font parti de la génération Y. Hyper connectés, rêveurs, et dans le questionnement permanent, d’où la dénomination «Y», «Why» en anglais qui signifie pourquoi. Ils vivent à Liège, se connaissent tous, de près ou de loin et se rencontrent parfois au gré de ses rues ou de ses événements. L’auteur retranscris leurs interactions, leurs pensées, la vie telle qu’elle est. Par le biais de ces histoires, de ces destins croisés, chaque lecteurs pourra peut-être retrouver une pensée , un moment vécu ou encore un lieu connu. Le portrait juste, et lucide d’une génération de rêveurs, en quête d’un nouvel idéal de vie.

Kedamame, l’homme venu du chaos

Notre avis : Le scénario à la fois déjanté mais brillant de Yukio Tamai se marie parfaitement avec son style de virtuose et fait de Kedamame une excellente série à suivre !

Dans le Japon médiéval (en l’an 1246), Kokemaru est un bouffon qui protège une jolie danseuse nommé Mayu et sa soeur Kyara. Grimé en chat, il adore raconter des inepties. Mais c’est aussi un personnage très mystérieux, responsable de plusieurs phénomènes plutôt étranges lors de ses voyages à travers le pays dans la troupe d’artistes itinérants qu’il suit. Qui est-il vraiment ? Comment, malgré son unique bras, il arrive à être un guerrier aussi impitoyable ? Eh bien en réalité, il est Kedamame, l’homme venu du chaos… Et il n’a pas fini de vous surprendre.

Yukio Tamai est l’auteur de ce seinen qui se déroule en 4 tomes. Ce virtuose va vous emmener avec lui dans un voyage spatio-temporel en vous montrant un chemin aussi clair que celui d’une appli GPS. Kedamame, l’homme venu du chaos est une série à suivre absolument aux éditions Glénat Manga (éditeur de Dragon Ball Super ou encore de Gunnm).

  • Kedamame, l’homme venu du chaos
  • Auteur : Yukio Tamai
  • Editeur : Glénat Manga
  • Parution : 7 février 2018
  • Prix : 7,60 €
  • ISBN : 9782344026144

Résumé de l’éditeur : 1246, Japon médiéval. Kokemaru le bouffon protège la jolie danseuse Mayu et sa sœur la belle Kyara, malgré son unique bras. Grimé en chat, il passe son temps à raconter des inepties, mais il est en réalité Kedamame, l’homme venu du chaos…

Play with me

Play with me est le troisième magnifique artbook signé Nicoletta Ceccoli, publié aux éditions Soleil dans la collection Venusdea.

Cet album fascinant d’une cinquantaine d’œuvres est divisé en quatre chapitres :

  • Candyland dont les illustrations concernent les bonbons et autres douceurs,
  • la deuxième partie Wild beauties porte sur les relations entre de jeunes filles et la nature,
  • des scènes d’enfants et de jouets sont au cœur du troisième chapitre intitulé Come play with me
  • enfin la dernière partie est un très bel hommage aux contes dans Tales from Wonderland

Les dessins de Nicoletta Ceccoli est un mélange subtil entre le très beau et les pires cruautés, voire même parfois le glauque. Ils sont sensuels mais aussi troublants et étranges. Ses héroïnes, au regard mélancoliques, sont à la fois fragiles et fortes, à la fois naïves et cruelles.

La peinture de Nicoletta Ceccoli est ainsi à la fois rêveuse, mélancolique, séduisante… et parfois aussi, dérangeante et inquiétante. Elle emporte son lecteur et le submerge d’émotions vives et contradictoires qui ne peuvent le laisser de marbre. Les illustrations sont envoûtantes et hypnotisantes.

Récompensée par le Prix Andersen en 2001, puis par la médaille d’argent de The Society of Illustrators en 2006, Nicoletta Ceccoli est une artiste dont le travail s’expose dans de prestigieuses galeries à l’international.

Elle a réalisé quelques couvertures de titres de la collection Actes Noirs aux éditions Actes Sud. Mathias Malzieu, chanteur de Dionysos et écrivain, l’avait choisie pour réaliser le design des personnages pour son film d’animation La mécanique du cœur en 2014.

Venusdea avait accueilli l’artbook de Arthur de Pins : Vectorama.

  • Play with me
  • Autrice : Nicoletta Ceccoli
  • Editeur : Soleil, collection Venusdea
  • Parution : 21 mars 2018
  • Prix : 29.95€
  • ISBN : 9782302064799

Résumé de l’éditeur : Récompensée par le Prix Andersen en 2001, ainsi que par la médaille d’argent de The Society of Illustrators en 2006, Nicoletta Ceccoli est une artiste dont le travail s’expose dans de prestigieuses galeries à l’international. Elle a, entre autres, réalisé l’illustration de couverture du Prédicateur de Camilla Camilla Läckberg, ainsi que le character-design du film d’animation La Mécanique du coeur, tiré du roman éponyme de Mathias Malzieu. Le travail de Nicoletta, qui mêle mélancolie et séduction, suscite d’intenses émotions et une irrésistible nostalgie. Ce beau livre s’ouvre comme autant de fenêtres sur le temps de l’innocence : friandises, animaux, jouets et contes. Offrez-vous un voyage incontournable au doux pays de l’enfance, entre rêve et cauchemar..

Filles des oiseaux, tome 2

Florence Cestac poursuit sa plongée dans la vie Marie-Colombe et Thérèse dans le deuxième opus de Filles des oiseaux aux éditions Dargaud.

Le lecteur retrouve Marie-Colombe et Thérèse, 50 ans plus tard. Les sexagénaires se remémorent leurs souvenirs entre franche amitié et brouilles qui les ont éloignées.

Après le Pensionnat des Oiseaux où elles se sont connues, les deux adolescentes de 15/16 ans se sont retrouvées embarquées dans le tourbillon de Mai 68. C’est aussi le début de la pilule contraceptive et la loi Veil de 1975. Avec tout cela, il y a aussi leurs amoureux ! Peter l’Anglais pour Marie-Colombe (elle partira avec lui à Londres y vivre quelques années) et Benoît le vendeur de chouchous pour Thérèse…

En 56 pages, Florence Cestac déroule sous nos yeux les 50 ans de ses deux héroïnes toujours avec de la bienveillance et de l’humour. Alors que dans le premier excellent volume de la saga, l’autrice de Harry Mickson dévoilait la vie à la Pension des Oiseaux, ce deuxième opus lui permet de parler des combats féministes de ces cinq dernières décennies, ceux qu’elle-même a aussi mené.

De Mai 68 à la maternité, en passant par le travail ou leurs ex-maris, tout y passe mais toujours avec de la légèreté dans le ton. C’est ce que réussit le mieux la Grand Prix d’Angoulême en 2000 : parler de thématiques fortes, engageantes et sérieuses avec de l’humour. C’est aussi pour cela que l’on apprécie cette grande autrice ! Il y a toujours de l’optimisme, de la combativité et de la gaité malgré les obstacles dans ses albums.

Le lecteur referme ce diptyque de Filles des oiseaux avec un excellent goût en bouche. Bravo !

  • Filles des oiseaux, tome 2/2
  • Autrice : Florence Cestac
  • Editeur : Dargaud
  • Parution : 16 mars 2018
  • Prix : 13.99€
  • ISBN : 9782205076738

Résumé de l’éditeur : Après avoir passé une adolescence corsettée dans un établissement pour jeunes filles tenu par des soeurs, Marie-Colombe et Thérèse ont été happées par le tourbillon de la vie. Après Mai 68, un monde s’ouvrait à ces deux jeunes filles qui seront successivement hippies, féministes, yéyés, top model et chanteuse pour l’une, business woman et startupeuse pour l’autre. Elles se retrouvent et se remémorent 40 ans de passé commun. Des amours, des enfants, des rires et des larmes, tout ce qui fait le sel de la vie. Et toujours le lien de cette amitié indéfectible scellée dès l’adolescence par un énorme fou rire.

Deux ans de vacances, tome 1

Le célèbre roman de Jules Verne, Deux ans de vacances, est librement adapté en bande dessinée par Frédéric Brrémaud, Philippe Chanoinat et Hamo. Embarquez sur le Sloughi par une très jolie aventure jeunesse.

Nouvelle-Zélande. Onze jeunes adolescents s’embarquent sur le Sloughi, une petite goélette pour les vacances d’été : Onze enfants de 8 à 14 ans dont sept britanniques, deux français, un mousse noir et Phann un chien.

Alors qu’ils naviguent sur le Pacifique, ils sont pris dans un terrifiante tempête. Leur bateau s’échoue sur les rochers qui borde une île. Commence alors la vie en communauté dans ce lieu isolé…

Publié en 1888, Deux ans de vacances est un roman d’aventure de Jules Verne. Frédéric Brrémaud et Philippe Chanoinat en ont décliné une belle adaptation libre très réussie. Dès les premières planches, le lecteur est au cœur de la tempête, donnant un aspect très accrocheur au récit. A peine sauvés, les membres du Sloughi doivent s’organiser : habitation dans une grotte, vivres à stocker, chasser et cueillette pour manger ou exploration des lieux. Après la désignation d’un chef, les tensions se font sentir. Comment rester unis sur une île déserte ? Comment conjuguer les compétences de chacun pour survivre ?

Très bon album jeunesse, Deux ans de vacances plaît par sa narration classique, simple mais redoutablement efficace. Cette robinsonnade moderne bénéficie du talent graphique de Hamo. Le dessinateur de L’envolée sauvage ou de Le bon petit Henri réalise des planches attrayantes par un trait semi-réaliste agréable à l’oeil. Les taches ajoutées aux couleurs pastel apportent de la chaleur à l’histoire.

Prévue en trois volumes, Deux ans de vacances, cette belle aventure s’achèvera au cours de l’année 2018.

  • Deux ans de vacances tome 1/3
  • Scénaristes : Frédéric Brrémaud et Philippe Chanoinat
  • Dessinateur : Hamo
  • Editeur : Vents d’Ouest
  • Parution : 07 février 2018
  • Prix : 13.90€
  • ISBN :  9782344016428

Résumé de l’éditeur : Quatorze jeunes garçons, pensionnaires d’un collège en Nouvelle-Zélande, se retrouvent piégés sur une goélette à la dérive au large du Pacifique. Lorsque leur navire fait naufrage sur une île visiblement déserte, ils doivent apprendre à s’organiser pour vivre par eux-mêmes et chercher des secours. Mais des rivalités ne tardent pas à apparaître au sein de la petite communauté. D’autre part, en explorant les lieux, les quatorze aventuriers découvrent que l’île recèle bien des secrets… Redécouvrez un classique de la littérature d’aventure en BD ! Les auteurs ont insufflé de la modernité à la robinsonnade de Jules Verne pour en livrer une série grand public dans la lignée de Seuls ou Esteban. Une trilogie qui paraîtra intégralement dans l’année 2018.

Les noctambules de l’autre côté du bar

Ancienne barmaid, Pauline Perrolet dévoile les coulisses d’un célèbre bar de Bruxelles dans Les noctambules de l’autre côté du bar chez Delcourt.

Pauline – Popol – travaille dans un bar branché de Bruxelles. Mario, Luigi, Stanley, Gaëtan, Katerine, Javier et Carlos sont ses nombreux collègues. Complètement décalée dans sa vie, elle bosse toutes les nuits jusqu’à 8h du matin et dort le soir. Elle côtoie la faune bigarrée des clients. Entre le lourd, le dragueur, elle fait même parfois office de psy. Rapidement, elle accuse le coup et est sans cesse fatiguée. On lui propose alors plein de sortes de drogues. Avec l’alcool, cela fait des ravages mais lui permet de tenir toute la nuit…

L’album de Pauline Perrolet est avant tout très drôle. La bonne humeur, l’ambiance légère et joyeuse des nuits rejaillissent sur son récit. L’autrice belge (Je peux t’appeler Jean-Pierre, Débordée, moi ? Plus jamais) réunit des anecdotes vécues soit par elle, soit par ses collègues. Le monde de la nuit est plutôt bien dépeint. Les barmen et barmaid vont-ils s’y retrouver ? Sûrement ! En deux ans, elle en aura vu passer des clients de toutes sortes et des situations parfois rocambolesques. Restent les questions autour de l’alcool et de la drogue, omniprésentes au fil de l’album.

Pour prendre de la distance, Pauline Perrolet a décidé de représenter les humains sous la forme d’animaux. Une belle idée que l’anthropomorphisme pour cette bande dessinée. De gentils animaux, de la couleur et un dessin naïf qui tranchent avec le monde « d’adultes » de la vie noctambule.

  • Les noctambules, de l’autre du bar
  • Autrice : Pauline Perrolet
  • Editeur : Delcourt, collection Encrage
  • Parution : 07 mars 2018
  • Prix : 16.95€
  • ISBN : 9782413002673

Résumé de l’éditeur : Être barmaid, c’est cool : des potes et la bringue nonstop ! Mais c’est aussi une vie à l’envers : un travail ingrat et épuisant, des magouilles, beaucoup d’alcool, de drogue. Pauline pète les plombs et finit par changer de vie loin de ses chers noctambules. Une BD drôle et toute en finesse sur l’univers des bars de nuit, truffée d’anecdotes truculentes et de personnages hauts en couleur.