Grass Kings

« En raison de l’augmentation du prix des munitions, il n’y aura pas de tir de sommation. » Bienvenu dans le Grass Kingdom, le royaume où l’herbe est moins verte qu’ailleurs… Grass Kings est un polar exceptionnel, sombre et envoutant écrit par Matt Kindt et dessiné par Tyler Jenkins, paru chez Futuropolis.

NO COUNTRY FOR GRASS KINGS

C’est un étrange royaume que le Grass Kingdom

A sa tête, trois frères : Ashur, le jeune, Bruce, le shérif et Robert, le roi. Ils sont les Grass Kings.

En lieu et place d’un château, ils ne sont à la tête que d’un amas de Mobil-homes et de cabanes faites de bois et de tôle rouillée.

Pour tout trésor, ils n’ont que leur passé torturé et leurs secrets qu’ils souhaitent enterrés à tout jamais.

Ancrés dans leur médiocrité les habitants de ce piteux territoire semblent voués à sombrer les uns après les autres.

Pourtant, un soir, une jeune femme sort des eaux gelées du lac de Cargill, ce qui va sortir la communauté de sa torpeur…

BLOOD SIMPLE

Matt Kindt a plus d’une corde à son arc, et s’il est vrai que ses dernières parutions font les beaux jours de l’univers Valiant (Unity, Divinity, The Valiant, parus en France chez Bliss Comics), le scénariste américain est aussi l’auteur de polars aussi déroutants que mémorables (Dept H, Du sang sur les mains) ; Grass Kings est de la même veine.

Une disparition inexpliquée, une rivalité virile et violente, l’histoire semble reposer sur des éléments simples. Il n’en est rien, car Matt Kindt parvient, avec une maîtrise incroyable, à développer la psychologie de ses personnages au fur et à mesure que les secrets refont surface.

Cette œuvre magnifique s’inscrit dans l’Amérique des oubliés, de ceux qui ont quitté la civilisation pour tirer un trait sur leur passé.

Véritable havre de désolation, le royaume de Grass semble voué à plonger dans le malheur quiconque y posera le pied.

Les auteurs illustrent judicieusement cette malédiction en débutant chaque chapitre par un retour dans le passé du royaume : indiens, gangsters, soldats, hippies, vikings… Tous sont entrés à leurs dépens dans le Grass Kingdom, beaucoup y ont vu le sang couler et peu en sont ressortis.

UN COUP DE PINCEAUX

Il convient de souligner le travail remarquable réalisé par Tyler Jenkins ; en parfaite cohérence avec l’ambiance qui émane de l’œuvre.

Ses incroyables dessins rappellent parfois ceux que réalise Jeff Lemire sur des œuvres fortes et bouleversantes comme Winter Road ou Royal City.

De fait, les deux dessinateurs ont un point commun : ils ont un style unique et immédiatement identifiable qui touche le lecteur de manière difficilement explicable.

Très loin de la recherche du beau, ces artistes ont compris l’essentiel : nous transporter dans un univers.

Le découpage cinématographique permet de varier les plans pour attirer l’attention et attiser la curiosité.

Simple mais maîtrisé, le trait touche à l’essentiel pour créer une ambiance crasseuse, faite de rouille et de sang.

Tous ces éléments sont magnifiés par une colorisation à l’aquarelle qui sublime à la perfection cet univers ocre et délavé, donnant vie et âme au royaume damné de Grass.

Saluons d’ailleurs le très beau travail des éditions Futuropolis qui permettent d’apprécier pleinement cette magnifique œuvre en trois tomes.

Plébiscité par la presse outre-Atlantique, Grass kings est une œuvre d’exception qui figure à juste titre dans la prestigieuse Sélection polar du festival d’Angoulême 2020.

Article posté le dimanche 19 janvier 2020 par Victor Benelbaz

Grass Kings de Matt Kings et Tyler Jenkins (Futuropolis)
  • Grass Kings, volume 1/3
  • Scénariste : Matt Kindt
  • Dessinateur : Tyler Jenkins
  • Éditeur : Futuropolis
  • Prix : 22 €
  • Parution : 16 janvier 2019
  • ISBN : 9782754825092

Résumé de l’éditeur : Un bien étrange royaume dominé par trois frères, Bruce, le shérif au passé tumultueux, Ashur, le plus jeune et surtout Robert. Robert est devenu alcoolique à la suite de la disparition de sa fille des années auparavant. Depuis sa femme l’a quitté, et il est devenu asocial. Ce petit village cache de lourds secrets. Les morts violentes sont omniprésentes depuis la nuit des temps. L’arrivée de la femme en fuite du shérif du comté voisin, Humbert Jr, ravive les tensions. Robert voit en elle sa fille devenue adulte. Mais pour beaucoup, elle a été victime d’un tueur en série, peut-être un membre de la communauté. C’est ce que voudrait démontrer Humbert Jr.

 

À propos de l'auteur de cet article

Victor Benelbaz

Victor Benelbaz

Tombé dans la marmite de la bande dessinée depuis tout petit, Victor est un vrai amateur éclairé. Comics ou récits jeunesse sont les deux genres préférés de ce professeur de français.

En savoir