Capa, l’étoile filante

Notre avis : L’un des photographes les plus connus au monde, Robert Capa a eu une vie romanesque. Florent Silloray propose de suivre les exploits de celui qui sera le pionnier du photojournalisme, à travers son album Capa l’étoile filante aux éditions Casterman.

Après l’excellent album Omaha Beach 6 juin 1944 (de Jean-David Morvan et Dominique Bertail, Dupuis & Magnum), la bande dessinée se prend d’amour pour Robert Capa. Si le premier album se concentrait avant tout sur les préparatifs, le photographe sur le théâtre du front en Normandie, les 6 célèbres photos et leur publication, le récit de Florent Silloray s’attache à une période plus longue de la vie de celui qui naîtra en 1913 en Hongrie sous le nom de Endre Friedmann (il prendra le pseudonyme de Capa en référence à Franck Capra); puisque l’auteur du Carnet de Roger démarre son histoire en 1936, juste avant que le futur grand photographe parte pour l’Espagne et le conflit entre les Républicains et les Franquistes.

Solidement documenté, le récit retrace donc son existence alors qu’il est déjà adulte, soit les 20 dernières années de sa vie. Le lecteur croise ainsi Gerda sa femme,  fondatrice de l’agence Capa. Il retrouve Capa en Espagne, en Normandie et bien sûr au Vietnam où il trouve la mort en 1954 en sautant sur une mine à Dien -Bien-Phu. De manière très (trop ?) classique, Florent Silloray mène à bien son projet, intéressant, bien écrit mais qui ne fait pas ressentir toute la fougue de l’aventure liée aux moments intenses de l’existence de Capa. Son trait réaliste est quant à lui bien trop figé pour apporter du rythme et de la vie à ses planches.

Article posté le samedi 05 mars 2016 par Damien Canteau

Couverture de Capa l'étoile filante de Florent Silloray (Casterman)
  • Capa, l’étoile filante
  • Auteur : Florent Silloray
  • Editeur : Casterman
  • Prix : 17€
  • Parution : 13 février 2016

Résumé de l’éditeur : Robert Capa dresse le bilan d’une vie passée à couvrir les champs de bataille du monde entier. Loin de l’image de tête brûlée qui lui colle à la peau et qui a fait de lui une légende du photojournalisme, il se raconte sans fard et dévoile la blessure originelle qui a décidé de toute son existence…

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée). Il est le rédacteur en chef du site Comixtrip.

En savoir