Cosmobacchus, première partie : Lucifer

Quand un viticulteur rencontre un auteur de bande dessinée et décide de l’emmener faire le « tour » des vignerons, cela donne Cosmobacchus, un joli album signé Jean-Benoît Meybeck aux éditions Eidola.

Sud de la France. Jean-Benoît, auteur de bandes dessinées, pousse la porte du Bris’soif, une cave à vin. Là, il rencontre un drôle de viticulteur à la mine débonnaire et ressemblant comme deux gouttes d’eau à Obélix, le menhir sur le dos en moins. Il propose alors au dessinateur de le suivre chez les vignerons pendant un an et de raconter son métier en bande dessinée. Après réflexion, Jean-Benoît accepte.

Les voilà tous les deux arpentant les routes de France pour aller à la rencontre de ces femmes et ces hommes dont le métier s’articule autour du vin. Après une halte dans un hôtel, ils décident d’aller visiter les chais d’un viticulteur utilisant la méthode de la biodynamie. Ils s’inscrivent même à une formation autour des préceptes de Rudolf Steiner

Très joli road-trip à travers les routes françaises, Cosmobacchus plait dès les premières pages par la vitalité des actions, par la personnalité du viticulteur et du dessinateur. Si le sujet est passionnant, parfois sombre, Jean-Benoît Meybeck le rend plus attrayant par un bel humour. Les relations entre les deux bons vivants, les bouteilles descendues très vite ou la bonhomie du vigneron participent à l’atmosphère détendue de la bande dessinée.

Si la thématique du vin en bande dessinée est très fournie (voir notre Top 10) Cosmobacchus possède ce petit plus qui attire le lecteur. Il faut souligner qu’au-delà des dégustations et de leur bonne humeur, l’auteur de Koko au pays des toutous (Des ronds dans l’o) met en lumière la nébuleuse de la méthode Steiner, dite de biodynamie dans la veine du courant ésotérique de l’anthroposophie.

Alors que Etienne Davodeau dans Les ignorants mettait surtout en avant la relation amicale entre lui et Richard Leroy le viticulteur utilisant cette méthode, Jean-Benoît Meybeck tente de la décrypter. Solidement documenté (voir les sources à la fin de l’album), le récit possède ce double sentiment : la joie des deux protagonistes mais surtout la méfiance qu’engendre la biodynamie. Il faut souligner qu’elle repose non pas sur de la science et de l’agronomie pures mais sur des croyances mêlées d’ésotérisme et d’astrologie. Ce concept de forces cosmiques et de forces terrestres fut développé par Rudolf Steiner (à partir de 1924) apparemment après la lecture de La métamorphose des plantes de Goethe.

Rapidement, l’auteur de CRA se rend compte que tout cela ressemble parfois à des pensées sectaires (la MIVILUDES ayant un œil sur les écoles Steiner-Waldorf). Il faut souligner que Meybeck a eu le déclic lorsqu’il a lu le blog de Grégoire Perra ancien anthroposophe qui a bien expliqué les rouages de la méthode.

Teinté de rouge comme le vin, Cosmobacchus bénéficie du trait vif et nerveux de Meybeck apportant là de l’humour, là de la consternation avec les traits de Steiner en Lucifer. L’encre de Chine et le rouge se marient parfaitement pour réaliser des planches efficaces.

Article posté le samedi 17 mars 2018 par Damien Canteau

Cosmobacchus 1 de Jean-Benoit Meybeck (Eidola) décrypté par Comixtrip
  • Cosmobacchus, livre 1 : Lucifer
  • Auteur : Jean-Benoit Meybeck
  • Editeur : Eidola
  • Parution : 02 février 2018
  • Prix : 15€
  • ISBN : 9791090093225

Résumé de l’éditeur : Un caviste et un auteur de bandes dessinées nous embarquent dans un road trip à la découverte des domaines viticoles, et nous font partager leurs découvertes stupéfiantes. La biodynamie est à la mode dans la viticulture et certains vignerons se révèlent de fervents adeptes de la pensée « steinerienne », l’anthroposophie, aux pratiques ritualisées, parfois étranges et inattendues, souvent occultes. Mais nos deux compères abasourdis par leurs explorations, n’en perdent pas pour autant de vue leurs multiples dégustations !

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir