Dressing

Notre avis : Après Lose, En toute simplicité et La fourmilière, les éditions Atrabile poursuivent la publication de l’œuvre de Michael DeForge avec Dressing, un recueil d’histoires courtes de l’auteur canadien.

A travers les 124 pages et 14 mini-récits, Michael DeForge déploie tout son talent dans différents styles graphiques. Parmi ces derniers, il y a :

  • Mars est mon dernier espoir. Sur un planète inconnue, trois créatures casquées se posent des questions sur leur existence. Ils décident d’aller explorer Mars, découvrent de la vie mais perdent leur langage…
  • Point com. 1998, Silicon Valley. Terry et sa petite amie imaginent adopteunesirene.com, un site autour de ces créatures fantastiques…
  • Sites web. Un jeune homme se retrouve sans le sou car ses comptes bancaires ont été interdits. Il aurait consulté des sites signalés. Cet événement va en faire découler d’autres encore plus étranges : l’usine où il travail ne l’accepte plus, les portiques de la bibliothèque sonnent dès qu’il passe…
  • Dîner de Noël. Lors du fameux repas célébrant Noël, un adolescent raconte la bagarre entre son père et son oncle et les conséquences sur ses proches…
  • Un homme contemple la mer et attendant que le poisson-charmeur sorte de l’eau. A ses côtés, une jeune femme. Ensemble, ils récupèrent le fameux poisson pour le mettre dans un bocal trônant dans le salon…

Cette belle plongée dans l’univers de Michael DeForge est un très beau voyage graphique (les histoires ont été imaginées à plusieurs époques de son existence) et scénaristique. Toujours étonnantes, intrigantes voire dérangeantes, les histoires sont d’une rare intelligence. Des lieux différents, des personnages prisonniers de leur existence, tout est singulier chez l’auteur canadien. Exigeant, l’album conviendra aux lecteurs curieux d’univers psychédéliques et originaux.

Article posté le mercredi 17 février 2016 par Damien Canteau

  • Dressing
  • Auteur : Michael DeForge
  • Editeur : Atrabile
  • Prix : 18€
  • Parution : 12 février 2016
  • Résumé de l’éditeur : On aurait sans doute tort de considérer Michael DeForge comme un dessinateur purement dévoué au  bizarre, un obsédé du glauque et un apôtre du malsain. Certes certes certes, le prodige canadien s’aventure souvent dans des recoins bien sombres, et n’a pas peur de jouer avec les aspects les plus monstrueux de l’être humain; mais ce qui fait que le travail de DeForge est parfois dérangeant tient moins d’une volonté superficielle de se complaire dans le «trash» que d’une certaine faculté à toucher là où ça fait mal, là où gît une vérité peu agréable à entendre. Cette vision du monde, parfois peu amène, parvient au lecteur dans une forme sans cesse renouvelée, le trait s’adaptant au sujet et aux ambitions de chaque histoire. DeForge n’est pourtant pas qu’un pur formaliste, et il faut souligner son travail sur la narration, son vrai talent d’écriture et son attachement aux mots. Toutes ces qualités, on les retrouve dans Dressing.  A l’image de certains écrivains orfèvres de la nouvelle plutôt que du roman fleuve, DeForge excelle dans les histoires dites courtes, des récits de quelques pages aux situations souvent kafkaïennes, traversés de personnages victimes des circonstances, ignorant jusqu’au bout le pourquoi de leur destin; des histoires courtes aux décors changeant – Mars, le Pôle Nord, une chambre d’hôtel, l’intérieur d’une tête, une jungle emplie d’animaux armés – mais qui disent bien plus qu’il n’y pourrait paraître toutes les blessures et les perversions de l’âme humaine.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir