Gauguin, l’autre monde

Notre avis : Femmes de Tahiti, Jeune fille et garçon, Arearea ou encore Quelles nouvelles ? Toutes ces toiles ont été peintes par Paul Gauguin lorsqu’il était en Polynésie Française à la fin de sa vie. Fabrizio Dori met en scène le destin hors-norme du maître dans Gauguin, l’autre monde aux éditions Sarbacane.

Paul Gauguin, en exil à Tahiti, envoie quelques unes de ses toiles à Mette, sa femme. Il n’a plus d’argent et ces ventes pourraient l’aider. La danoise n’a aucune envie de faire cela : il est parti, à lui d’assumer. Les dernières années de sa vie sous les tropiques lui permettent aussi de faire le bilan de sa vie… Ainsi, l’on découvre ses parents et le Pérou, sous retour à Paris, la vie avec sa femme, ses enfants, ses débuts difficiles de peintre, ses maîtres Pissaro mais aussi Renoir qui pense qu’il n’a aucun talent et enfin ses années dans l’Archipel avec Teura.

Comment raconter de manière fluide et simple l’existence de peintre hors-norme en 144 pages ? Il est toujours délicat de mettre en image la biographie de personnages célèbres – souvent elles sont insipides comme la collection Les grands peintres chez Glénat – mais Fabrizio Dori réussit plutôt bien à nous accrocher à son histoire. Il faut dire qu’en mettant fortement l’accent sur les années en Polynésie de Paul Gauguin, c’est aussi plus aisé. Il navigue ainsi entre les époques, entre rêve-réalité et légendes polynésiennes.

L’auteur italien – dont c’est le premier album publié en France – décline ainsi ce beau moment, comme suspendu dans le temps, où Gauguin peint 70 toiles en quelques mois, très inspiré par ce qui l’entoure, les femmes, la faune et la flore, mais aussi son aller-retour en France et puis la fin de sa vie dans les Iles Marquises où il décèdera. Décliné en chapitre, l’album est porté par une très belle partie graphique agrémentée de formidables couleurs qui rendent admirablement l’ambiance chaleureuse de Tahiti.

Article posté le mardi 12 avril 2016 par Damien Canteau

  • Gauguin, l’autre monde
  • Auteur : Fabrizio Dori
  • Editeur : Sarbacane
  • Prix : 22.50€
  • Parution : 06 avril 2016

Résumé de l’éditeur : Tahiti, 1893. Dès le début du livre, nous sommes, comme Gauguin lui-même, pris par la beauté envoûtante de l’île. On plonge avec lui dans le récit d’une légende tahitienne qui intrigue et recouvre la réalité d’une patine de merveilleux. Ce roman graphique s’intéresse à la fin de vie de Gauguin, la période artistiquement parlant la plus prolifique et la plus belle de son oeuvre. L’auteur nous propose un scénario original, en juxtaposant les périodes (créant notamment des flash-backs qui renseignent sur la vie de Gauguin) et en mélangeant réalité et légendes. Le changement régulier de personnages et de décors, donne un côté imprévisible à l’ensemble qui donne envie au lecteur, sans jamais le perdre, de poursuivre sa lecture, aidé en cela par un découpage en chapitres dynamique. Et puis quel plaisir enfin, papaye sur le gâteau, d’y croiser Mallarmé, Verlaine. autres grandes figures de cette fin de siècle si féconde.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir