Je préférerais ne pas

Renvoyé de son job, Butt, trentenaire vivant à Hong-Kong, met en place un solide programme d’inactivité et de questions existentielles. Je préférerais ne pas est son journal de bord.

Se retrouver sans travail apparaît pour Butt être une véritable aubaine. Quinze ans qu’il se sent enchaîné à un bureau, voilà qu’il va enfin pouvoir faire la masse mat’, « ne rien glander comme un ouf », « se balader comme un ouf », « faire du sport comme un ouf »… chercher un job comme un ouf ? Non, car c’est toute la question posée par Je préfererais ne pas, comme par les défenseurs du revenu universel aujourd’hui : le travail doit-il être une fin en soi, et le moteur de notre vie ?

Pour trouver des éléments de réponse, notre héros explorera plusieurs formes d’occupations. D’abord, être en « non emploi », est-ce être oisif ? Pour occuper ses journées, Butt alterne périodes de glandouille et activités saugrenues. Le voyage lui réussit moyennement, aussi le retrouve-t-on réalisateur de films de fourmis, cosplayer du quotidien, et même ingénieur urbaniste ! Avec beaucoup d’autodérision, Butt procrastine à temps plein. Et cette langueur imposée lui permet parfois de faire de grandes découvertes, comme celle de son système pileux, ou de l’utilité des raccourcis clavier dans la vie.

Quant à Justin Wong, l’auteur cette épopée intérieure humoristique, il saisit l’occasion pour aborder l’un des grands enjeux actuels. Alors que l’intelligence artificielle et l’automatisation risquent de jeter des centaines de milliers de personnes aux chômage, et si la société cessait d’évaluer les citoyens à l’aune de leur emploi ?

Dans un style très infographique, et à grand renfort de mini-cases, le personnage de Justin Wong balance entre tentation de la flemme et sentiment d’inutilité. L’auteur oblige d’ailleurs ses lecteurs à ralentir le rythme aussi, en changeant fréquemment le sens de lecture de ses doubles-pages. L’œil est obligé de se réadapter à chaque page tournée, trompant ainsi  un éventuel ennui à lire l’histoire de quelqu’un qui ne fait… rien ? A vous de voir.

Article posté le vendredi 18 mai 2018 par Elisabeth Eon

Je préférerais ne pas - Justin Wong - Rue de l'échiquier - Couverture
  • Je préférerais ne pas
  • Auteur : Justin Wong
  • Editeur : Rue de l’échiquier
  • Parution : 22 mars 2018
  • Prix : 19,90€
  • ISBN : 9782374251035

Résumé de l’éditeur : Soudainement renvoyé de son emploi, Butt, trentenaire, réexamine une à une toutes ses habitudes, toutes ses valeurs. Jusqu’à se confronter à une idée vertigineuse : et si travailler, après tout, cessait d’être l’horizon de nos vies ?

À propos de l'auteur de cet article

Elisabeth Eon

Elisabeth Eon

En savoir