Jeu d’ombres, tome 1 : Gazi !

Notre avis : Cengiz, jeune turc lyonnais, se bat pour les droits des jeunes de banlieue. Grand frère, il est respecté par tous et séduit même les politiques. Pourtant la réputation de son frère aurait pu lui jouer des tours. Merwan Chabane et Loulou Dedola dévoilent le premier volume de Jeu d’ombres, une formidable chronique sociale.

Cengiz, étudiant en droit, a une vie plutôt paisible. Excellent élève, il file le parfait amour avec Viviane. Fils d’immigré turc, il est kémaliste et laïc comme son père. Parfaitement intégré, il va devenir un vrai héros auprès des jeunes de sa cité lyonnaise après avoir négocié habilement avec les forces de l’ordre.

Rapidement son parcours exemplaire, sa droiture et son intelligence vont plaire à la maire de son arrondissement. Pourtant, loin de lui, en Turquie, son frère Sayar est emprisonné…

Construit comme une très belle chronique sociale, Jeu d’ombres plait de suite. Accrocheur, vif et très intelligent, le récit de Loulou Dedola a plusieurs grille de lecture et propose de nombreuses thématiques : l’activisme, la laïcité, la religion, l’intégration, les difficultés économiques et la pauvreté en banlieue.

L’auteur de 419 African mafia est tellement juste dans ses propos que l’on pourrait presque penser à un documentaire. Cette belle fiction aux dialogues modernes est merveilleusement mise en image par Merwan Chabane. Comme pour L’or et le sang ou Pour l’empire, il montre toute l’étendue de son talent à travers des planches d’une redoutable efficacité. Son trait semi-réaliste parfait est agrémenté de couleurs à l’aquarelle extrêmement bien maîtrisées.

Article posté le jeudi 13 octobre 2016 par Nicolas Albert

  • Jeu d’ombres, tome 1 : Gazi !
  • Scénariste : Loulou Dedola
  • Dessinateur : Merwan Chabane
  • Editeur : Glénat
  • Prix : 14.95€
  • Parution : 21 septembre 2016

Résumé de l’éditeur : Fils d’immigré turc, Cengiz est un charismatique leader de la banlieue lyonnaise. Inspiré par l’humanisme de Mustapha Kemal, dit « Ataturk », il milite pour la laïcité aux côtés de Viviane dont il est amoureux. Les politiques voient en lui l’homme providentiel qui pourrait atténuer les tensions dans les banlieues depuis les récentes émeutes. Mais lorsque son frère Sayar, un gangster ultra-violent, s’évade de sa prison d’Istanbul et resurgit dans sa vie, le destin de Cengiz bascule… Avec Jeux d’Ombres, Loulou Dédola signe un captivant thriller social et politique somptueusement mis en image par le trait virtuose de Merwan (L’Or et le sang). Une aventure en deux tomes.

À propos de l'auteur de cet article

Nicolas Albert

Nicolas Albert

Nicolas Albert est journaliste à la Nouvelle République - Centre Presse à Poitiers. Auteur de plusieurs livres sur la bande dessinée (Atelier Sanzot, XIII 20 ans sans mémoire…) ou de documentaires video, il assure également différentes missions pour le festival international de la bande dessinée d'Angoulême : commissaire d’expositions (Atelier Sanzot, Capsule Cosmique, Boule et Bill, le Théâtre des merveilles, Les Légendaires…), metteur en scène des concerts de dessins, rédacteur en chef de la WebTV et membre du comité de sélection.

En savoir