Konshoku melancholic

Notre avis : Nishimura, un excellent athlète et son ami Miyashita, dessinateur, vont vivre une belle histoire d’amour dans le nouveau yaoi Taifu, Konshoku melancholic signé Ringo Yuki.

Dans ce manga yaoi, il y a plusieurs histoires courtes, dont notamment :

  • Couleur mélancolie (deux épisodes) : Miyashita est un lycéen artiste plutôt doué pour le dessin. Introverti et d’une grande timidité, il n’arrive pas à exprimer les sentiments qu’il éprouve pour Nishimura, l’un des meilleurs athlètes du lycée. La seule chose qu’il puisse faire c’est le dessiner en secret, dans toute sa splendeur et sa beauté. Après avoir trébuché en se chamaillant avec son meilleur ami, ce dernier découvre stupéfait les images croquées de lui. S’il pensait que Nishimura serait en colère, il n’en est rien… Il tombe même amoureux de lui.
  • Hygiène extrême (deux chapitres) : Masaru est un très bel étudiant toujours célibataire. Il faut dire que son obsession pour le ménage l’éloigne en fait des autres. Etre maniaque pour lui c’est entre autre : porter un masque et des gants pour discuter ou toucher une tierce personne, ne pas toucher les rampes du métro, être éloigné des autres de plus de 2m dans la classe… Pourtant Takahiro vient bousculer ses habitudes et lui ouvrir les yeux sur son amour.
  • Mensonge révélateur : Shunsuke est un beau parleur ! Il se pavane avec les filles, fait croire qu’il a couché avec nombre d’entre elles et qu’il a les oreilles percées pour les faire craquer. Pourtant, il n’en est rien. D’ailleurs Isokawa le découvre et lui fait comprendre dans les toilettes…

Prépublié dans la revue Be X Boy en 2013 au Japon, Konshuku melancholic est un recueil plutôt réussi d’histoires entre jeunes hommes de Ringo Yuki. Le point commun à ces récits tendres et sensibles est la timidité et l’introversion de l’un des deux protagonistes. En effet, l’extrême discrétion  de l’un et l’exubérance de l’autre donnent des situations cocasses mais agréables à la lecture. C’est d’ailleurs ce dernier qui donnera des ailes au premier et fera s’ouvrir aux autres et à l’amour. Des scènes de sexe, elles sont très rares et plutôt sobres, mais la fraîcheur des histoires et le romantisme compensent tout cela.

Le tout est porté par une partie graphique classique mais d’une belle efficacité. Sensibles et tendres, ses planches raviront les amateurs de yaoi légers, romantiques et sans prétention.

Article posté le vendredi 25 mars 2016 par Damien Canteau

Beau recueil yaoi Konshoku melancholic est signé Ringo Yuki aux éditions Taifu Comics, décrytpé par Comixtrip le site BD de référence
  • Konshoku melancholic
  • Auteure : Ringo Yuki
  • Editeur : Taifu Comics
  • Prix : 8.99€
  • Parution : 13 mars 2016

Résumé de l’éditeur : Miyashita est un lycéen passionné par la peinture. A cause de son complexe d’infériorité, il passe ses journées isolé dans la salle d’art pour y peindre. Intrigué par ce dernier, Nishimura qui est plutôt du genre extraverti, décide de pénétrer dans son antre pour apprendre à le connaître, et l’aider à s’ouvrir au monde petit à petit.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir