La fille du quai

Les éditions Glénat dévoilent le premier opus de La fille du quai, la nouvelle série d’Alexine et Fabrice Meddour. Un très joli conte universel.

Sur un pont, quelque part, une calèche est arrêtée par des pillards.

Le cocher résiste, blesse un des voleurs, mais ne peut empêcher le cheval de bondir dans l’eau qui gronde. A l’intérieur, père et fils sombrent…

L’enfant, seul survivant, est recueilli par un groupe de Gitans. Haurel, c’est son nom, devient un enfant joyeux, léger et fort, qui court, vole littéralement, de morceaux de bois en pierres, sans jamais toucher le sol.
Un jour, alors qu’il est perché sur les épaules d’Herdal, Haurel aperçoit sur le quai une belle dame sous une ombrelle. Instantanément, il tombe en syncope…

 

Un conte sombre et romantique

Pour son deuxième scénario (après Bianca, dans la collection Sorcières) Alexine adapte un conte, une histoire de belle dame qui jette un sort à l’insensé qui s’intéresse à elle. L’homme devient “sa proie” et le prix à payer est la mort…

Elle attend sur le quai sans bouger

Une dame, Le quai

Une dame avec une belle robe

Elle est belle, tellement belle

Elle me sourit sous son ombrelle

Elle a de grands yeux.

Exploitant cette base folklorique, Alexine tisse une histoire d’amour malheureux et sombre, qui emprunte autant au folklore de nos campagnes maritimes qu’à la littérature romanesque. On suit ainsi l’histoire d’Aurel, orphelin marqué par la mort par noyade de son père. Sa rencontre avec La Fille du Quai , enfant, puis en tant qu’homme, va le poursuivre sa vie durant. Cette fille de l’eau, sorte d’Ondine, ou de Sirène déterminera sa triste et dramatique vie amoureuse…

Dessin sensuel et sombre

C’est le dessin en couleur directe de Fabrice Medours qui accompagne ce conte romantique et sensuel. J’avais beaucoup apprécié son John Arthur Livingstone – Le roi des signes avec Bonifay au scénario. J’y retrouve tout son talent pour croquer les gueules déformées et caricaturales du petit peuple, mais aussi, pour sublimer les courbes des belles dames. Cette Fille du quai donne à Fabrice Meddour l’occasion de sortir de belles planches légèrement érotiques quand la dame se donne à Aurel. Son amour des courbes féminines transparaît dans son dessin extrêmement sensuel, ou les lavis en couleur directe (colorisation postérieure en numérique) donne un rendu tout en nuance.

Alors, envie de sombrer dans les bras d’une Ondine ? Éviter La Fille du Quai, mais pas son adaptation en album BD. 

Article posté le vendredi 13 août 2021 par jacques

  • La Fille du Quai
  • Scénariste : Alexine
  • Dessinateur : Fabrice Meddour
  • Editeur : Glénat
  • Prix : 15,50 €
  • Parution : 15 juillet 2021
  • ISBN : 9782344009024

Résumé de l’éditeur :Celui qui voit la fille du quai y reste à jamais enchainée. Haurel a 8 ans quand son destin est bouleversé par la fille du quai. D’apparence humaine, cette créature qu’on aperçoit toujours près des points d’eau commet les pires méfaits sans y voir le moindre mal. Pourtant, elle s’attache mystérieusement à Haurel et souhaite s’accaparer son amour. Mais la jalousie maladive et poussive dont elle fait preuve devient la pire des malédictions pour le jeune homme. Tout au long de son existence, il ne pourra jamais offrir son affection à quiconque sans que la fille du quai ne vienne se venger. Conte fantastique et halluciné, La fille du quai est aussi une histoire d’amour qui touche à l’horreur, l’érotisme et le thriller.

À propos de l'auteur de cet article

jacques

jacques

Designer Digital, je lis et collectionne les BD depuis belle lurette. Ex Rédacteur en chef d’Un Amour de BD, j’aime partager ma passion pour ce média, et faire découvrir les pépites que je croise. Passionné par la narration sous toutes ses formes, je suis persuadé qu’une bonne BD a autant de qualités qu’un autre produit culturel (film, livre, disque…) et me fais fort de vous l’expliquer.

En savoir