L’aigle et la salamandre #1

Notre avis : 64 après J-C, le grand incendie de Rome ravage la ville éternelle. Parmi les victime le père de Gaius Atius Mus; lui réussit à en échapper. Il hérite alors de l’affaire paternelle : l’assurance contre les incendies. Alessio Lapo et Giuseppe Quattrocchi, sur un scénario de Stéphane Piatzsezek, proposent le premier volume de L’aigle et la salamandre, un album des éditions Soleil.

Gaius, un ancien esclave affranchi, devient donc assureur par la volonté des choses. Lui qui ne connait que la poésie, la philosophie et les courses de chars court aux devants de grands problèmes. Orphelin de mère, sa vie bascule à la mort de son père adoptif. Il sera aidé par Afer, son domestique dans toutes les taches du quotidien et les contrats avec ses clients.

Son existence vacille avec les manigances du pouvoir en place : Tigellin est accusé d’avoir fomenter l’incendie et les « mignons » de l’Empereur se battent pour sa succession. Il découvre alors des « cadavres dans le placard » et ne peut finalement faire confiance à personne. Ajouter à cela des pillards venus récupérer de l’argent des assurances et le lecteur se retrouve au cœur d’un drôle de polar historique, plutôt bien mené par le scénariste.

Les deux dessinateurs italiens se sont partagés le travail sur la partie graphique : Alessio Lapo s’est occupé du story board tandis que Guiseppe Quattrocchi des dessins. Cela donne des planches efficaces et plutôt lisibles.

Article posté le mardi 19 janvier 2016 par Damien Canteau

  • L’aigle et la salamandre, tome 1 : Naissance dans le brasier
  • Scénariste : Stéphane Piatzszek
  • Dessinateurs : Alessio Lapo et Guiseppe Quattrocchi
  • Editeur : Soleil, collection Quadrants
  • Prix : 14.50€
  • Sortie : 20 janvier 2016

Résumé de l’éditeur :  Le grand incendie de Rome + la folie meurtrière de Néron + la chasse aux premiers Chrétiens = Un cadre historique haut en couleurs pour ce polar antique plein d’esprit.

Le grand incendie de Rome lui a pris son père, et telle une salamandre, Gaius Atius Mus survit aux flammes. Pour ce noble fils d’assureur dont la fortune s’est bâtie sur des contrats incendie dans une ville qui en compte trois par jour, c’est la ruine. Pourra-t-il survivre aux sourdes manigances du préfet du prétoire, et à la folie ravageuse de l’Aigle de Rome ?

 

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir