Le bonheur occidental

Notre avis : Suite de petites histoires courtes quasi-autobiographiques, Le bonheur occidental est un recueil signé Charles Berbérian édité par Fluide glacial.

Cet album de 96 pages est composé de courtes histoires déjà parues dans différents revues comme Le Tigre, Lapin, lemonde.fr, New-Yorker, Impossible, Télérama ou encore Les Inrocks. Charles Berbérian se met donc en scène dans l’ensemble de ces mini-récits, entouré de personnages plus loufoques et décalés les uns que les autres. Il tourne en ridicule toutes ses élites auto-proclamées, qui font de l’entre-soi et qui se congratulent. Ceux sont les marchands d’art, les éditeurs, les politiciens ou les gens de la finance.

Duo inséparable de Philippe Dupuy avec lequel il a imaginé de merveilleuses histoires Le journal d’Henriette, Monsieur Jean ou Journal d’un album et Grand Prix du Festival d’Angoulême en 2008, Charles Berbérian a choisi de continuer seul sa carrière, comme son ancien comparse. Ainsi, avec Le bonheur occidental, il peut donner la pleine mesure de son talent notamment graphique. Parce que si le dessin est toujours aussi intéressant, aérien, d’une grande fluidité, dans la veine de la ligne claire (François Avril, Chaland, Philippe Petit-Roulet, Daniel Torres ou Serge Clerc), les scénarios ne sont parfois pas à la hauteur. Alors qu’ils devraient nous faire rire – ou en tout cas sourire – certains tombent à plat.

S’il s’égratigne, par une belle auto-dérision, on referme cet album avec une pointe de déception, restant sur notre faim. Dommage, on attendait plus de ce formidable auteur !

Article posté le mercredi 18 mai 2016 par Damien Canteau

Le bonheur occidental de Charles Berberian, décrypté par Comixtrip le site Bd de référence
  • Le bonheur occidental
  • Auteur : Charles Berbérian
  • Editeur : Fluide Glacial
  • Prix : 17€
  • Parution : 18 mai 2016

Résumé de l’éditeur : Comme une suite à Boboland qu’il aurait menée sans son compère Dupuy, afin, on le comprend à la lecture, de plonger plus profondément dans sa propre histoire (Berberian a grandi en Irak et au Liban). Charles se met en scène en auteur Bobo un peu désabusé, malmené par son éditeur qui lui demande de produire « mainstream ». Il s’agit-là d’un patchwork ou plutôt d’une vue calidéoscopique alternant autofiction, illustrations pleines page totalement bluffantes, « nouvelles du monde », mais aussi des apparitions surréalistes de nos dirigeants impuissants, dépassés par les événements. Berberian parle depuis le centre du monde, à savoir le Canal St Martin. Il s’agit d’une vision du monde bobocentrée désabusée et ironique. Le livre se termine sur les attentats de novembre 2015. C’est un ouvrage ultra-personnel, inclassable, riche, drôle, triste… magnifique et majeur.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée). Il est le rédacteur en chef du site Comixtrip.

En savoir