Le Bus 2

Notre avis : Les éditions Tanibis proposent le deuxième opus de Le bus, un recueil de mini-histoires muettes signé Paul Kirchner. L’auteur imagine un univers autour de la télé très singulier. Après la fermeture des studios qui produisaient Le bus en pleine crise économique en 1985, en 2012 des amateurs plus jeunes de la série font le forcing pour son retour. Le fils du héros principal Harvey P. Farquhar reprit alors son rôle.

Toutes les scènes de ce recueil au format à l’italienne ont pour décor un bus de ville de type américain. A l’intérieur, le nouveau héros (quasiment chauve, lunettes, embonpoint et gabardine) se confronte avec les autres passagers. Pour chaque planche, l’auteur utilise habilement le découpage en gaufrier (de 6 à 8 vignettes) pour délivrer un message proche de l’absurde, du non-sense et de l’extravagance. Entre onirisme, Paul Kirchner fait voyager son lectorat dans des recoins insoupçonnés. Son trait en noir et blanc renforce une ambiance entre admiration et parfois répulsion.

Article posté le jeudi 03 décembre 2015 par Damien Canteau

  • Le bus
  • Auteur : Paul Kirchner
  • Editeur : Tanibis
  • Prix : 12€
  • Parution : 14 novembre 2015

Résumé de l’éditeur : Les strips de the bus furent initialement publiés entre 1979 et 1985, oubliés, puis réédités en album par Tanibis en 2012. 30 ans après sa mise au dépôt, alors que le tour semblait bouclé, le bus reprend du service. Dépoussiéré, huilé, le véhicule sort du garage, l’homme à l’imperméable se poste à l’arrêt. C’est reparti pour un tour ! Les failles spatio-temporelles et les incursions incongrues du fantastique parasitent de nouveau avec brio et inventivité ce trajet routinier vers l’inconnu. Le bus 2 est plus que jamais une porte vers tous les possibles : à son approche la réalité vacille, les dimensions s’entremêlent, les rôles s’inversent… Si le bus en lui-même est toujours le même, quelques détails, comme les téléphones « intelligents » et le look des passagers, ancrent ces histoires dans le XXIe siècle. Mais on saisit surtout que l’humour absurde de Paul Kirchner est d’une vitalité indémodable. L’artiste se joue des époques, ajoutant à ses strips une pointe de mélancolie qui les rend encore plus percutants. Son univers, sous l’incidence croisée des tableaux de Magritte, de la série télévisée La Quatrième Dimension ou encore des pastiches de Mad Magazine, n’a pas pris une ride. Le bus avait été retenu dans la sélection Patrimoine du festival d’Angoulême en 2013. Ces nouveaux strips ont été partiellement prépubliés dans divers magazines : Aaarg! en France, Le Vif en Belgique et Tin House Magazine aux États-Unis.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir