Le chant des souliers rouges, volume 1

Notre avis : Deux lycéens aux passions contrariées vont réussir à s’épanouir dans le domaine qui leur tient à cœur. Mizu Sahara dévoile le premier volume de sa série Le chant des souliers rouges, aux éditions Kazé.

Kimitaka est un lycéen très particulier. Malgré une grande distance et deux heures de transport par jour pour rejoindre son établissement, il préférè cela à un plus proche de chez lui.

Son grand-père lui offre une paire de chaussures de sport rouges pour qu’il puisse pratiquer son sport favori, le basket. Mais un jour qu’il est défié par un autre lycéen, il le bouscule fortement et ce dernier doit être hospitaliser.

Enervé, il décide de jeter par dessus le pont ses baskets toutes neuves. A ce moment-là, il croise la route d’une jeune fille qui elle aussi tente de jeter ses souliers rouges de flamenco par-dessus le pont…

Quelques années plus tard, Kimitaka découvre qu’elle pratique le basket, qu’elle aime ce sport, lui qui lui avait offert sa paire de chaussures de sport. Dans le même temps, elle lui avait échangé ses souliers de flamenco. Malgré une envie de s’entrainer à cette danse, il n’avait jusqu’alors jamais franchi le pas…

Prépublié dans la revue Gessan des éditions Shôgakukan au Japon depuis 2011, Le chant des souliers rouges est un très bon petit seinen. Mizu Sahara a imaginé un récit d’une très grande originalité, peu entrevue en manga. Elle met en scène deux lycéens – Kimitaka et Takahara – qui malgré quelques différences, se ressemblent. Ils sont mal dans leur peau, ne pouvant pas vraiment faire ce qu’ils veulent de leur vie. Chacun de son côté, ils ne peuvent pas pratiquer leur passion.

Le jeune lycéen est introverti et se referme sur lui depuis l’incident au basket. Il ne veut plus rien faire, ni sport ni activité. De l’autre, Takahara, très grande, avec de grands pieds et qui ne veut plus danser le flamenco. Sans le vouloir, l’adolescent bouleverse sa vie en lui donnant sa paire de baskets.

Titre court de 6 volumes, Le chant des souliers rouges dépeint avec justesse ces deux mondes qui s’opposent : celui du lycéen qui s’éteint et de l’autre celui de la lycéenne qui s’illumine. Même s’il faut attendre la fin du premier volume pour voir enfin Kimitaka chausser les souliers rouges, le manga se lit avec grand plaisir.

Le trait de la mangaka (A l’unisson chez Taifu ou Un bus passe) est d’une grande délicatesse et élégance, tout en retenue et pudeur.

Article posté le mercredi 21 juin 2017 par Damien Canteau

Le chant des souliers rouges 1 de Mizu Sahara (Kazé) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Le chant des souliers rouges, volume 1
  • Auteure : Mizu Sahara
  • Editeur : Kazé
  • Prix : 8.30€
  • Parution : 08 mai 2017
  • ISBN :9782820328403

Résumé de l’éditeur : Deux collégiens aux passions contrariées. Le hasard d’une rencontre. Des chaussures rouges échangées. Devenu lycéen, Kimitaka découvre que suite à ses encouragements, Takara, la fille à qui il a confié ses baskets, s’épanouit le ballon à la main. Inspiré, il décide à son tour de ressortir les souliers rouges pour se lancer dans le flamenco… et, peut-être, se trouver lui-même.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir