Les saveurs du béton

Après « Banana girl » son premier roman graphique autobiographique publié en 2017 chez Steinkis, Kei Lam revient avec ce nouvel album « Les saveurs du béton », chez ce même éditeur.

Kei Lam est née à Hong Kong qu’elle a quitté à l’âge de six ans. Son père voulant devenir artiste peintre, les trois membres de la famille s’installent à Paris. C’est dans son premier album, qu’elle raconte son expérience d’intégration avec ses parents dans les années 90.

« Mes parents comprennent mieux le Français qu’ils ne le parlent. Le Français ne semble toujours pas comprendre mes parents. »

C’est avec ce genre de citation pleine d’humour que l’autrice nous emmène à la découverte de sa vie.

À son arrivée en France, les parents et leur fille unique ont tout d’abord occupé une chambre de bonne. Puis ils ont partagé un appartement avec d’autres familles chinoises dans Paris intramuros. Alors quand les Lam ont l’opportunité de devenir propriétaire, ils passent le périph’ en direction de la Seine-Saint-Denis. C’est donc à Bagnolet dans le quartier de la Noue qu’ils s’installent dans un trois pièces. Pour eux le changement est radical, l’appartement est spacieux, chacun a enfin sa propre chambre.

C’est ainsi que Kei nous décrit sa nouvelle vie rythmée par l’école primaire puis l’entrée au collège, ses copines Aline et Amina, la piscine, les voisins de différentes nationalités, l’entraide, les escapades au centre commercial.

Les saveurs du béton : tendresse et humour

Mais son quotidien, c’est également le passage par la préfecture de Bobigny pour « refaire les papiers ». Un endroit où il faut se rendre très tôt le matin. La vision de cette petite fille attendant des heures sur place est terrible. Elle s’y voit tel un mouton dans un troupeau gardé par un molosse qui l’effraie.

Devenue adulte, Kei Lam  réussit, grâce à ce scénario plein d’humour et de tendresse, à nous faire partager son enfance d’une façon tellement positive. Cet album est un véritable moment de bonheur passé en compagnie de cette petite fille qui nous fait vivre, avec ses yeux d’enfants, le quartier cher à son cœur. Elle a été heureuse dans cet ilot de béton, qui s’est malheureusement dégradé par la suite. Et quand elle y retourne pour voir ses parents, c’est maintenant avec les yeux de l’architecte qu’elle est devenue, qu’elle nous le décrit.

Les dessins sont en noir et blanc, le trait est épuré et cadre parfaitement bien à l’idée qu’on peut se faire de l’enfance. Surtout en ce qui concerne les personnages, simples comme ils devaient l’être dans cette vie simple elle-aussi mais heureuse. Les grands ensembles sont parfaitement bien exécutés et le côté « architecte de profession » de l’autrice y est pour beaucoup.

« Les saveurs du béton » est une magnifique évocation mais également une déclaration à ces lieux qui ont accompagné une enfance. Ils étaient pour Kei Lam synonymes de bonheur, réussite et intégration. Un regard positif sur le passé qui fait vraiment beaucoup de bien.

Article posté le mardi 08 juin 2021 par Claire Karius

Les saveurs du béton de Kei Lam (Steinkis)
  • Les saveurs du béton
  • Autrice : Kei Lam
  • Éditeur : Steinkis
  • Prix : 20 €
  • Parution : 29 avril 2021
  • ISBN : 9782368463758

Résumé de l’éditeur : Kei a 6 ans lorsque sa famille arrive de Hong Kong pour s’installer à Paris, où son père rêve de devenir artiste peintre. De chambres de bonnes en appartements partagés avec d’autres immigrés chinois, Kei et ses parents finissent par passer de l’autre côté du périph’ pour devenir… propriétaires ! Ce nouveau déménagement coïncide avec un autre grand changement, l’adolescence. Entre collège et centre commercial, Kei vit pleinement les années 1990 et s’enrichit de ce métissage culturel. Mais la vie dans ce grand ensemble ne manque pas d’interroger l’enfant qu’elle fut autant que l’adulte qu’elle est aujourd’hui…

À propos de l'auteur de cet article

Claire Karius

Claire Karius

Passionnée d'Histoire, Claire affectionne tout particulièrement les bulles qui abordent ces thèmes, mais pas seulement. Elle aime les lectures humaines et intimes qui savent l'émouvoir et lui donnent espoir en la vie. Elle partage sa passion sur sa page Instagram @fillefan2bd.

En savoir