Mamie Denis, évadée de la maison de retraite

Notre avis : Une grand-mère très raciste se retrouve en maison de retraite après une chute. Ses voisins qu’elle déteste viennent la secourir. Edimo et Adjim Danngar dévoilent Mamie Denis, évadée de la maison de retraite aux éditions L’Harmattan.

Paris, 9e arrondissement. Mamie Denis – catholique blanche, fumant le cigare – n’en croit pas ses yeux : elle a l’impression que son quartier change et est « envahi par des coloniaux ». Pire, une nouvelle famille vient d’emménager dans son immeuble : la guerre est déclarée entre la vieille dame raciste et ses voisins « de couleur ».

Elle tente d’avoir de l’aide du curé de l’Eglise de la Sainte-Trinité ou des employés de la mairie. En vain… Alors qu’elle décide de faire appel à son neveu pour dégager ses imposteurs, c’est elle qui glisse dans les escaliers. Les secours arrivent et Mamie Denis demande que ce soit sa voisine qu’elle honnit de l’accompagner à l’hôpital. C’est le début du rapprochement. Surtout qu’ils échafaudent un plan pour la faire sortir…

Le récit de Edimo (scénariste également de Les tribulations d’Alphonse Madiba dit Daudet avec Al’Mata) est à la fois amusant et sombre. Si le début de l’histoire est forte, dure et peu agréable du fait de son personnage principal – Mamie Denis – acariâtre, raciste, ultra- catholique et ultra-droitière; rapidement le lecteur comprend qu’elle est ainsi parce qu’elle est seule et a peur de ce qu’elle ne connait pas.

Racisme et rejet de l’autre sont au cœur de Mamie Denis mais seront balayés par la relation que la jeune femme entretient avec ses nouveaux voisins. Autant Français qu’elle, ils vont petit à petit à l’ouvrir aux autres. Le récit est donc plus optimiste qu’on ne le pense et surtout très drôle par la caricature que Edimo fait de la grand-mère irascible et les situations cocasses sur sa route. Pour pimenter son histoire, l’auteur y ajoute un neveu qui veut toucher le pactole d’un potentiel décès de Mamie Denis.

Pour l’aider dans son projet, Edimo a fait appel à Adjim Danngar dont c’est le premier album pour le dessin. L’auteur tchadien livre de belles planches très équilibrées.

L’Harmattan BD est une collection originale dirigée par Christophe Cassiau-Haurie qui a pour but de faire connaître des auteurs africains en France.

Article posté le mardi 14 mars 2017 par Damien Canteau

Mamie Denis évadée de la maison de retraite de Edimo et Adjim Danngar (L'Harmattan) décrypté par Comxitrip le site BD de référence
  • Mamie Denis, évadée de la maison de retraite
  • Scénariste : Edimo
  • Dessinateur : Adjim Danngar
  • Editeur : L’Harmattan BD
  • Prix : 14.99€
  • Parution : 25 janvier 2017

Résumé de l’éditeur : Mamie Denis, évadée de la maison de retraite. Cet ouvrage conte le périple de Mamie DENIS, vieille parisienne procédurière, contestataire et raciste qui choisit de finir sa vie en Afrique, après avoir fugué de la maison de retraite qui l’héberge. L’histoire de Mamie Denis, de son neveu Pat, des voisins africains et des services sociaux est abordée sous l’angle comique, le seul que connaissent les auteurs ACHOU et EDIMO. Qu’on aime sa mamie ou pas, que celle-ci soit capricieuse, acariâtre, avare, méchante, endettée ou pas, chacun est concerné. Par ailleurs la France possède en son sein des millions de mamies qui rêvent peut-être de révolutionner le rapport au grand âge de la société, ou alors qui préparent en secret leur évasion vers l’Afrique, les Bahamas ou Katmandou.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir