Miss Davis

Figure iconique du militantisme afro-américain, Angela Davis voit sa vie mise en image par Sybille Titeux de la Croix et Ameziane Hammouche dans Miss Davis aux éditions du Rocher.

Difficile de résumer la vie d’Angela Davis. C’est la tache immense qu’ont voulu accomplir Sybille Titeux de la Croix et Ameziane Hammouche. Si les faits sont tous là, il faut vraiment bien s’accrocher pour absorber cet album. La faute à une masse d’informations et une construction narrative un peu lourde parfois. Le sujet est beau – comme avait pu l’aborder Pierre Perret dans sa magnifique chanson Lily – mais le rendu nous reste un peu sur l’estomac. La faute aussi à des voix off trop présentes. Il faut attendre la page 45 pour voir les premiers dialogues !

192 pages pour raconter une vie si tumultueuse, si forte et faite de combats universalistes tellement importants, était-ce assez ? Peut-être que la scénariste dont c’est le premier album aurait-elle du se faire épauler ?

Restent des moments de grâce et d’émotions lors des événements et discours d’Angela Davis. L’album est dense mais pas insurmontable. Il fallait un jour mettre en image le destin de l’activiste. Et rien que pour cela, nous sommes reconnaissants aux deux auteurs.

Le gros point fort est la partie graphique. Ameziane Hammouche livre une prestation de haut vol. Le traitement graphique de ses planches sont très orientés comics. Et cela fonctionne à merveille pour raconter la vie d’Angela Davis. L’auteur de Bagmen utilise avec doigté les hachures, les grands aplats de couleurs et les trames.

Article posté le mercredi 08 juillet 2020 par Damien Canteau

Miss Davis de Sybille Titeux de la Croix et Ameziane Hammouche (éditions du Rocher)
  • Miss Davis, La vie et les combats de Angela Davis
  • Scénariste : Sybille Titeux de la Croix
  • Dessinateur : Ameziane Hammouche
  • Éditeur : éditions du rocher
  • Prix : 19.50 €
  • Parution : 15 janvier 2020
  • ISBN : 9782268102658

Résumé de l’éditeur : Née en 1944 à Birmingham en Alabama, où sévissent la ségrégation raciale et les attaques du Ku Klux Klan, Angela adhère au Che-Lumumba Club en 1968 puis au Black Panther Party. La chasse aux communistes ainsi que le programme Cointelpro du FBI ne laissent pas de répit aux activistes afro-américains. Tous les groupes d’opposition sont infiltrés et surveillés. En 1970, suite à l’attaque du tribunal du comté de Marin, Angela Davis deviendra « l’ennemie public numéro un » et sera emprisonnée pour être condamnée à mort. Le « comité national uni pour la libération de Angela Davis » est alors créé. Le monde entier connaîtra son histoire et demandera sa libération.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir