Sérum

Un produit qui empêche de mentir est injecté à Kader afin de le rendre plus docile, depuis qu’il a été séparé de sa femme et de sa fille. Cyril Pedrosa et Nicolas Gaignard dévoilent Sérum, une thriller psychologique aux éditions Delcourt.

Cyril Pedrosa est un auteur que nous apprécions particulièrement à Comixtrip. Après les merveilleux Trois Ombres, Portugal, Auto-bio ou Equinoxes, il imagine un formidable scénario mis en image par Nicolas Gaignard.

Relations conflictuelles dans son ancien couple, éloignement de sa fille, rendez-vous chez la psychologue et travail peu valorisant sont les particularités de la vie de Kader. Afin de contenir ses excès, un produit lui est régulièrement injecté, le rendant très (trop?) zen et l’empêchant de mentir ; délicat lorsque l’on doit ne pas froisser les autres.

Si cette histoire très intimiste est très juste dans le ton, Cyril Pedrosa la rend encore plus accrocheuse par la toile de fond qu’il y imprime. Très politique (dans un futur très proche), cette dystopie plait parce que le gouvernement restreint les libertés individuelles et que la colère commence à grandir chez les citoyens.

Sérum bénéficie d’un dessin de très grande qualité de Nicolas Gaignard dont c’est le premier album. Ayant fait ses armes dans le graphisme, il a aussi publié des récits courts dans Fluide Glacial ou Alimentation Générale. Ses planches au trait réaliste sont glaçantes de justesse. Par l’expression des visages de ses personnages et ses couleurs très froides, il renforce l’ambiance thriller du récit. Excellent !

Article posté le mercredi 20 décembre 2017 par Damien Canteau

Sérum de Cyril Pedrosa et Nicolas Gaignard (Delcourt) décrypté par Comixtrip
  • Sérum
  • Scénariste : Cyril Pedrosa
  • Dessinateur : Nicolas Gaignard
  • Editeur : Delcourt, collection Hors Collection
  • Parution : 18 octobre 2017
  • Prix : 18.95€
  • ISBN : 9782756065915

Résumé de l’éditeur : Un homme condamné à dire la vérité peut-il encore vivre ? Cyril Pedrosa signe un scénario taillé sur mesure pour l’élégance du trait de Nicolas Gaignard. Ensemble, ils donnent corps à un surprenant récit d’anticipation politique. Paris, 2050. Depuis les purges qui ont suivi le changement de régime, les tensions sont loin d’être apaisées. Une organisation clandestine semble préparer une action spectaculaire. Reclus dans son minuscule appartement, Kader vit seul. Il ne parle à personne. Une injection de « Sérum », un produit psychoactif, l’empêche de mentir. Qu’il le veuille ou non, il ne peut dire que la vérité. Rien que la vérité. Toute la vérité. Cette malédiction fait de sa vie un enfer.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir