Symphonie à Bombay

Notre avis : Les éditions Ici Même rééditent Symphonie à Bombay, un étonnant voyage entre l’Inde, la Turquie et la Russie signé Igort.

Inde, 1949. Le pays est depuis peu devenu indépendant après plusieurs décennies sous le joug du Royaume-Uni. Hélios, jeune pratiquant du yoga, est un étudiant en écritures sacrées. Convoqué par ses supérieurs qui lui confient une mission, il part pour Bombay, la capitale. En effet, il doit retrouver Aparna Tagore, une jeune femme mystérieusement disparue. Après un long voyage en train, il est accueilli par le sultan Othmar Babula qui aurait déjà rencontré Aparna…

Grâce à une édition de belle facture (reliure cartonnée, dos toilé), le lecteur est embarqué dans cette aventure étonnante et passionnante. Il faut souligner que Symphonie à Bombay fut prépublié la première fois dans Alter Alter, une revue italienne en juillet 1983. Il confie d’ailleurs dans la post-face : « Pendant 30 ans, j’ai attendu de republier cette histoire, de la rendre lisible, imprimée comme il faut, croyant que c’était encore une belle petite chose que j’avais faite. Voilà, à présent, elle renaît, à présent elle dit ce qu’elle avait à dire. »

C’est en 1982, que l’auteur italien découvrit l’histoire incroyable de Elissa Rhaïs dans le quotidien La Repubblica. Cette femme qui fut enfermée 17 ans dans un harem, de force et qui fut libérée à la mort de son geôlier par son neveu. « J’y ai perçu un jeu de miroirs déformants et un labyrinthe de passions qui m’a beaucoup intrigué » poursuit-il.

D’une grande intelligence narrative, n’ayant pas pris une ride, encore très moderne dans ses thématiques (l’enfermement, les mariages forcés, la religion, la place de l’islam minoritaire en Inde), le récit très fort de Igort, fascine, envoute et tient en haleine les lecteurs. Cet aventure écrite comme un polar (par petits chapitres) met aussi en scène, une belle histoire d’amour.

Le point fort de Symphonie à Bombay est sa partie graphique, très dans l’air du temps de l’époque; proche du cubisme comme les dessins de Serge Clerc, Daniel Torrès ou Yves Chaland alors à leur zénith dans les années 80 (ils développèrent la ligne claire). Les teintes restituent parfaitement l’atmosphère chaudes de la Turquie et de l’Inde. Dans ce travail de jeunesse, on perçoit déjà les prémices d’un grand dessinateur, de son style si original et très beau qu l’on pourra entrevoir dans 5 est le numéro parfait (Casterman) ou Les cahiers russes et Les cahiers ukrainiens (Futuropolis).

Article posté le vendredi 14 octobre 2016 par Damien Canteau

Symphonie à Bombay de Igort (Ici Même) décrypté par Comixtrip le site Bd de référence
  • Symphonie à Bombay
  • Auteur : Igort
  • Editeur : Ici Même
  • Prix : 22€
  • Sortie : 26 août 2016

Résumé de l’éditeur : En Inde, et en rêve, le jeune Helios est convoqué par les Mères sacrées du temple d’Orissa pour se voir confier une mission : aller à Bombay, y retrouver la trace d’une jeune fille disparue. La route d’Helios croisera celle du riche sultan Othmar Babula, qui le mènera à la rencontre de la belle et mystérieuse Aparna Tagore, elle-même éperdument amoureuse du fantôme du célèbre danseur Nijinsky. C’est une histoire d’amour et de captivité. Un récit de destins croisés à Bombay, la ville des souvenirs infinis et des passions qui ne veulent pas mourir. Ce livre fut inspiré à son auteur par l’histoire vraie d’Elissa Rhais, une danseuse enlevée par son prétendant et enfermée dans un harem pendant 17 années. Rendu fou de rage par son amour non partagé, le sultan tout-puissant se vengera sur la belle en la gavant telle une bête, déformant à dessein le corps désiré et inaccessible. Igort se livre ici au jeu de boîtes chinoises qui lui est cher, offrant une déambulation entre Inde, Turquie et Russie. De longs voyages, colorés et mystérieux, en quête de quoi ? D’une identité qui se dérobe. D’un amour qui confine à l’enfermement.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée). Il est le rédacteur en chef du site Comixtrip.

En savoir