Vann Nath

Peintre sous la terreur des Kmers rouges, Vann Nath se battra toute sa vie pour que leurs crimes soient reconnus. Matteo Mastragostino et Paolo Castaldi relate son existence dans un très bel album aux éditions La Boîte à Bulles.

Cambodge 1970, Vann Nath est peintre et quand les Khmers rouges prennent le pouvoir, ils l’enferment dans la tristement célèbre prison « S-21 » à Phnom Penh où des milliers de personnes sont mortes. Il n’a pas le choix, pour survivre il doit peindre.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Dès 1979, ce peintre s’est battu pour que les crimes ne restent pas impunis. Ceci est son histoire.

Cette biographie nous met dans l’ambiance dès la couverture et j’aime quand on ressent les choses dès la première vision. Là, on voit le peintre le dos, en sang, un homme le surveille avec une mitraillette et une ombre géante se trouve derrière lui… Le ton est donné. Tout le long du récit, on retrouve cette atmosphère terrible, on ressent le poids de ce que cet homme a pu vivre et ressentir, on voit les barbares et les exactions. Terrible, horrible à chaque niveau. Lors des procès, les bourreaux se défendent en disant qu’ils ne faisaient qu’obéir… À la fin du livre, on découvre le combat de Vann Nath pour que les crimes ne restent pas sans coupable.

Cette lecture brasse mais elle est utile. J’en ai encore la chair de poule. Une bande dessinée que je ne suis pas prêt d’oublier. À lire pour comprendre, à partager pour ne pas oublier et pour combattre tous ces types de violences.

Article posté le samedi 06 février 2021 par Yoann

Vann Nath de Matteo Mastragostino et Paolo Castaldi (La boite à bulles)
  • Vann Nath
  • Scénariste : Matteo Mastragostino
  • Dessinateur : Paolo Castaldi
  • Editeur : La Boîte à Bulles
  • Prix : 22 €
  • Parution : 04 novembre 2020
  • ISBN : 9782849533796

Résumé de l’éditeur : En 1978, alors qu’il est encore un tout jeune peintre, Vann Nath est arrêté par les Khmers rouges. Accusé de violation du code moral, il est enfermé à la tristement célèbre prison de Tuol Seng à Phnom Penh, plus connue sous le nom de S-21. Dès lors, sa peinture deviendra sa planche de salut puisqu’il sera contraint, comme bon nombre d’artistes et artisans cambodgiens, de mettre son talent au service de la dictature. A travers ce récit, on découvre les racines de l’art de Vann Nath, pour qui peindre est devenu, à sa libération, un devoir de mémoire et d’hommage aux victimes du régime de Pol Pot. Au-delà de sa portée biographique, cet ouvrage présente le combat mené par le peintre pour que les crimes de ses bourreaux ne sombrent pas dans l’oubli. Un album aussi passionnant que percutant…

À propos de l'auteur de cet article

Yoann

Yoann

Yoann Debiais est un amoureux de la bande dessinée depuis de nombreuses années. Le temps et les rencontres lui ont permis de s'ouvrir à des lectures plus humaines et plus profondes. Il partage sa passion sur Instagram sous le compte @livressedesbulles. N'hésitez pas à découvrir son univers fait de partages.

En savoir