Le vendredi 13 de Zep

Zep, le dessinateur suisse le plus populaire de ces dernière années, a réagit en dessin aux attentats de Paris.

Les hommages artistiques ne cessent de se multiplier sur internet, suite aux drames du vendredi 13 novembre à Paris. Témoignages de soutien, messages de paix, ou condamnations morale, tous les sentiments sont représentés. Mais lundi 15 novembre, la sphère culturelle avait les yeux braqués sur Zep, l’auteur de Titeuf, qui ne s’était pas encore exprimé sur les attentats.

Toujours présent pour répondre à sa manière aux exactions de la société, Zep nous livre aujourd’hui une nouvelle planche hybride entre catharsis, message d’unité nationale, et cris de colère. Au total, 6 cases retracent les événements, dont la première est une fusillade sur la terrasse d’un café restaurant. S’en suivent les différentes actions que l’on a pu observer dans les médias, tel que les dons de sang, les réactions de musulmans modérés, les recueillements à la bougie, et les rassemblements sur la place publique. Ce n’est pas un Zep abattu qui prend la parole pour conclure cette planche, mais un artiste engagé.

vendredi 13

Avant cela, la dernière planche engagée de l’artiste remontait au 8 septembre 2015, quelques jours après  la mort du petit Aylan Kurdi en Turquie, en réponse aux Français tenant de violents propos à l’encontre des réfugiés. L’auteur de Titeuf tirait sur la corde sensible des lecteurs puisque son héros à mèche blonde y était mis en scène dans un contexte de guerre, perdant ses proches les uns après les autres, et tentant de fuir vers une terre plus accueillante. Toutes les productions de Zep sont à retrouver sur son blog Zepworld.

Article posté le mercredi 18 novembre 2015 par Hugo Noirtault

Aller plus loin

À propos de l'auteur de cet article

Hugo Noirtault

Hugo Noirtault

Intro: "C'est pas moi qu'explique mal, c'est les autres qui sont cons !" - Perceval de GallesRien ne me prédestinait à tomber amoureux du 9e art... C'était sans compter sur le génie d'Hiromu Arakawa. Les aventures des frères Elric dans Full Metal Alchemist m'ont tenu en haleine dix ans durant, avant de laisser place aux comics américains. Une passion inaliénable malgré les années, et qui m'a poussé à imaginer un avenir en tant que journaliste. Etudiant à l'Ecole Publique de Journalisme de Tours (EPJT), je me suis lancé comme défi de rendre cet art accessible à tous, n'en déplaise aux fanatiques. Ecrit, radio, web, tv/vidéo... j'aspire à devenir polyvalent afin de réaliser les plus beaux sujets possible pour Comixtrip !Conclusion: "La canne (à pêche) ? ça sert à rien… Du coup ça nous renvoie à notre propre utilité : l’Homme face à l’Absurde !" - Perceval de Galles

En savoir