Archangel, et si le futur se jouait dans le passé ?

Archangel est le tout premier comics de William Gibson, auteur de science-fiction. Entre uchronie apocalyptique et thriller militaire, le comics est une critique de l’humanité entière et des conséquences du mauvais traitement de son environnement.

Archangel, un avenir dans le passé

Nous sommes en l’an 2016. La planète est devenue un véritable enfer radioactif. Des conséquences de mauvaises décisions de ses dirigeants, mais aussi de l’humanité dans son ensemble. Le dernier espoir réside… Dans le passé. Des scientifiques ont conçus une machine à remonter le temps appelée le Splitter. Mais ce n’est pas exactement notre passé. En réalité, il existe plusieurs réalités, et il fut choisi d’en altérer une pour sauver l’humanité. Cela part d’une bonne intention, sauf que lorsque ce sont des militaires peu recommandables qui sont chargés d’une telle mission, les conséquences des paradoxes temporels n’en sont que médiocres.

Un combat en 2016 et en 1945

Le choix s’est porté sur l’année 1945. Les lendemains d’après-guerre sont souvent considérés comme un point de départ essentiel dans l’Histoire. Seulement une machine aussi puissante attise les convoitises, et une lutte de pouvoir s’immisce pour le contrôle du Splitter en 2016. Mais c’est aussi un combat en 1945. Naomi Givens, agent du renseignement de la Royal Air Force enquête sur des faits troublants et leurs répercussions sur cette réalité. Effectivement, nos militaires ne sont pas vraiment discrets dans leur manière d’agir, et cela n’échappe pas à Naomi.

Archangel est un album très complet. Tout d’abord, ce scénario de science-fiction est très bien ficelé, et les paradoxes temporels sont très bien gérés. Mais c’est aussi un récit apocalyptique avec une Terre aux abois, une thématique plutôt actuelle même si plus pessimiste. Et enfin, c’est un thriller entre militaires virulent et brûlant. Ce petit bijou est une oeuvre de l’auteur William Gibson, qui a écrit des livres comme La Trilogie de Conurb ou encore la Trilogie du pont. Il est accompagné au dessin par Jackson « Butch » Guice, dessinateur de The New Mutants et de Ruse, ainsi que par Alejandro Barrionuevo dessinateur de Infinity et Stormwatch. Archangel est à retrouver aux éditions Glénat Comics éditeur de Ballistic et de La Dynastie de Donald Duck.

Article posté le samedi 21 avril 2018 par Damien Duarte

Archangel aux éditions Glénat Comics décrypté sur Comixtrip, le site BD de référence
  • Archangel
  • Scénariste : William Gibson
  • Dessinateurs : Butch Guice et Alejandro Barrionuevo
  • Editeur : Glénat Comics
  • Parution : 4 avril 2018
  • Prix : 19,95 €
  • ISBN : 9782344026410

Résumé de l’éditeur : 2016. Suite aux mauvaises décisions de ses dirigeants, la planète entière est devenue un enfer radioactif. Le dernier espoir de l’humanité a un nom : le Splitter, une colossale machine à remonter le temps conçue pour changer le cours de l’histoire. À moins que les paradoxes temporels qu’elle risque de produire n’aboutissent à un désastre plus terrible encore… Alors qu’une lutte de pouvoir s’immisce pour le contrôle du Splitter dans le présent, en 1945, l’agent du renseignement de la Royal Air Force Naomi Givens enquête sur des faits troublants et leurs répercussions sur sa réalité…

À propos de l'auteur de cet article

Damien Duarte

Damien Duarte

Passionné par l'univers de la bande dessinée depuis toujours, ses plus grands héros sont divers et variés comme Ric Hochet, Spider-Man, Batman, Astérix...

En savoir