Les beaux étés, tome 2 : La calanque

Après Lydie et La mondaine,  Zidrou et Jordi Lafebre proposent le nouvel album de leur série Les beaux étés. La calanque est un bel album nostalgique et très joyeux mettant en scène une famille moyenne partant en vacances dans les années 70.

LES BEAUX ÉTÉS : JUILLET 1969

Le premier album Cap au Sud présentait la sympathique famille Faldérault, composée de Pierre, auteur de bande dessinée toujours en retard sur ses planches, Mado sa femme et ses 4 enfants : Nicole, Louis, Julie et le petit dernier. La belle petite famille belge montait dans Estérel, la 4L rouge, et allait s’amuser dans le Sud de la France.

Pour ce nouvel album qui se déroule quatre années auparavant, le lecteur retrouve avec bonheur les Faldérault sans le petit dernier encore dans le ventre de Mado. Pierre tente éprouve du mal à terminer sa dernière page d’album – un western intitulé Four – et met ainsi toute la famille en retard pour les vacances. En attendant le dessinateur, Pépé Buelo – immigré espagnol chassé par les fascistes de Franco – est venu rendre visite à son fils avant le départ. Puis, c’est la délivrance Pierre a enfin fini !

Tout le monde est heureux, grimpe dans la voiture direction le Sud de la France. Armé de Perd-le-Nord, la boussole, Louis a la lourde tache d’acheminer la famille vers son lieu de villégiature. A la bonne franquette, sans but précis, les voilà parti dans de folles aventures : Estérel prend son temps, s’envole et toute la famille est aux anges. Ils prennent même un auto-stoppeur hippie en route vers Katmandou et s’arrêtent pour planter leur tente en pleine nuit, au milieu de nulle part…

« LE BONHEUR, CA NE SE RACONTE PAS »

Zidrou, bien inspiré pour une fois – comme pour L’adoption avec Arno Monin (Grand Angle) – , livre une excellente chronique familiale douce-amère, folle, joyeuse et teinté d’un très bel humour. Alors que les Faldérault auraient voulu se rendre sur la Lune, ils descendent vers le Sud, vers le Soleil.

Zidrou parle de la vie d’une famille modeste, simple – la vraie vie. « La vie – jolie – des gens qui, l’année durant travaillent dur pour se payer des vacances d’été ». Dans Les beaux étés, le scénariste de Boule à zéro (avec Ernst, Bamboo), situe sa très belle aventure familiale dans les années 70, celles de Georges Pompidou, celles d’avant la crise pétrolière, celles des Pat d’Eph, de la disco et des hippies.

En choisissant une famille moyenne, cela lui permet de toucher au cœur son lectorat (plutôt âgé donc) et jouer à fond la nostalgie. Si leurs aventures estivales pourraient paraître simples et sans intérêts, il parsème son récit de moments joyeux et parfois plus graves (le grand-père déraciné). Entre la Boussole Perd-le-nord, le hippie, le couple de retraités qui les accueille avec de la délicatesse et de l’amour, la petite bicoque dans la calanque ou les partie des pêche; le lecteur suit avec un bonheur non dissimulé, ces petits riens de la vie qui comblent de bonheur la famille.

LES BEAUX ÉTÉS : OB-LA-DI OB-LA-DA

Pour accompagner son récit touchant et plaisant, le scénariste le fait rythmer avec Ob-la-di ob-la-da des Beatles – le tube de l’année 69 – ce qui permet à la petite famille de chanter (du Gainsbourg, du Joe Dassin), d’être libre dans leurs choix et dans leurs discours (Louis qui explique la reproduction à Pépé Buelo est très amusant) et de ne se soucier de rien; cheveux au vent, sans stress. Les dialogues sont ciselés et amusants, ce qui donne ce ton léger et agréable à la série.

POUR LE TRAIT DE JORDI LAFEBRE

Le dessin rétro très Seventies de Jordi Lafebre est somptueux et très vivant. Agrémenté de couleurs pastel et aériennes, son trait vif restitue idéalement l’ambiance chaleureuse du récit, ces moments de joie et de douceur de vivre. Né en 1979, l’auteur espagnol de Barcelone a débuté son travail d’illustrateur en 1998. Avec Toni Front, il imagine Le monde de Judy qui parait dans la revue ibérique Mister K en 2001. Il publie dans Spirou et rencontre aussi Zidrou avec lequel il propose Lydie et La mondaine (les deux séries chez Dargaud).

Les beaux étés : Une formidable chronique familiale, enjoué et touchante. Ça nous rappelle de bons souvenirs, lorsque nous partions aussi en vacances, à l’aventure, de nuit, vers le soleil. Ça donne envie de partir en vacances tout de suite !

Article posté le lundi 13 juin 2016 par Damien Canteau

Très beau deuxième volet de Les beaux étés de Zidrou et Jordi Lafebre aux éditions dargaud, décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Les beaux étés, tome 2 : La calanque
  • Scénariste : Zidrou
  • Dessinateur : Jordi Lafebre
  • Editeur : Dargaud
  • Prix : 13.99€
  • Parution : 03 juin 2016

Résumé de l’éditeur : Dans ce deuxième tome des Beaux Étés, Zidrou et Lafebre remontent le temps : les Faldérault et leur 4L rouge ont quatre ans de moins. 1969, cap au Sud ! Le Sud, certes, mais le voyage sur les petites routes a aussi toute son importance : le dernier café avec Pépé Buelo avant le départ, le champagne pour les 100 000 km de Mam’zelle Estérel, les pauses pipi, les pique-niques, le camping. avant de rejoindre les calanques paradisiaques de la Méditerranée ! Des moments précieux pour lesquels il est bon de prendre son temps.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir