Blue Lock

Le foot comme on l’a jamais vu. Un manga de sport comme on en a jamais vu non plus. Voilà ce qu’est Blue Lock, édité chez Pika Edition, par les plumes de Muneyuki Kaneshiro et Yusuke Nomura.

Coup d’envoi

Yoichi Isagi est attaquant dans une équipe lycéenne. Dernier match avant le tournoi national. Isagi a le ballon. Il trace. Le but est droit devant.  Il ne reste plus que quelques secondes. La Qualif. Pour la Qualif ! Mais Tada se démarque, s’il tire, il est sûr de l’avoir. Isagi le sait. Le foot, c’est 11 joueurs. Isagi fait la passe. Interception par Kira ! Tada loupe la balle. Kira remonte le terrain…. C’est fini. 2-0. Isagi a perdu.

Yoichi rêvait de l’équipe nationale, Noël Noa comme idole, il se voyait déjà au sommet. Il est en première et il ne lui reste plus qu’un an pour se consacrer au foot. Mais là, il a perdu. Et s’il avait été plus égoïste ? Et s’il avait joué solo et tiré lui-même ? Il est dégoûté. Mais après tout, Isagi n’est qu’un attaquant anonyme parmi une multitude d’autres. Insignifiant et pas au niveau.

Mais ce soir-là, il reçoit une convocation pour un stage national de formation intensive. Il se retrouve alors au côté de 299 autres attaquants venant de tout le pays. Face au type le plus cinglé de l’univers : Jinpachi Ego. Entraîneur chargé de dégoter le diamant brut qui fera gagner la Coupe du monde au Japon.

Juste une question d’Ego

Depuis des années, le Japon est – en foot – un pays de seconde zone (Soit dit en passant, l’équipe féminine a remporté la coupe du monde en 2011). Ego pense ceci : le Japon est faible parce qu’il pense en équipe. Sauf qu’au foot, la victoire se gagne grâce à un joueur d’exception. Un buteur qui débarque de nul part et domine totalement le terrain. Noa, Cantona, Pelé… Toujours la même rengaine :

Si on me demande de désigner le meilleur attaquant, le meilleur milieu, le meilleur défenseur et le meilleur gardien… Je réponds sans hésiter que c’est moi – Pelé

Un ego pour les dominer tous.

Le cadavre et le sommet de la montagne

Ego galvanise les 300 jeunes rassemblés sous ses yeux. A ceux qui veulent devenir le meilleur attaquant du monde : Blue Lock créera le héros qui se tiendra au sommet de 299 cadavres.

Toute sa vie Isagi a appris l’esprit d’équipe. Et Ego piétine tout en une seconde. L’attaquant, perdant hier, s’embarque pour le Blue Lock. Le centre d’entraînement le plus high-tech du monde entièrement dédié au foot. Commence alors un entraînement survolté, vitaminé, défoncé à l’esprit de compétition le plus agressif du monde.

Le Blue Lock est un centre d’entraînement ultra-moderne conçu pour pousser à bout les 300 gamins qui se retrouvent là. A chaque instant, chaque jeu perdu, chaque match soldé par un échec, c’est l’expulsion assurée. Mais pas simplement du centre. Échouer, c’est perdre toutes ses chances d’atteindre l’équipe nationale un jour.

Isagi sait cela. Mais entre ne jamais être à niveau et n’avoir qu’Une seule chance de l’atteindre, il a fait son choix. Il se bat, s’acharne. Lui qui est plutôt effacé, quitte à s’écraser au profit d’un autre, sa personnalité en prend un coup. Isagi veut gagner et pour cela il est prêt à se détruire, se reconstruire, détruire les autres encore et encore, jusqu’à atteindre le sommet.

Blue Lock : Shot d’adrénaline

Blue Lock est jouissif. Tellement jouissif car le goût de la victoire est contagieux. Et addictif. Plongé dans Blue Lock, c’est plongé dans un huis-clos de compétition mordante, qui galvanise notre propre soif d’affrontement.

C’est aussi un manga d’une frustration absolue. Car qui dit compétition, dit aussi échec. Encore, et encore, et encore. Ce récit mixe ensemble des émotions fortes. Il nous entraîne avec lui dans un bouillonnement d’adrénaline.

Un pour Un et tous contre Un

Je ne dirais pas que les 300 (+ 2, comptant les « adultes » de la série) sont tous sympathiques. On ne les connaît pas tous. Mais tout ceux que l’on connaît sont de sacrés cas. Des tarés, des givrés, des têtes brûlés. Tous différents, variés, singuliers.

Blue Lock est puissant parce-que Kaneshiro et Nomura arrivent à équilibrer l’ensemble de leur relation. C’est un peu le point névralgique de ce manga : les sports d’équipe reposent sur l’équilibre des forces entre les adversaires mais aussi entre alliés. Les personnages de Kaneshiro et Nomura incarnent cela à chacune de leur interaction.

Un autre regard

Les mangas de sport nous ont habitué à encourager l’esprit d’équipe. Même lorsqu’il s’agit de sport individuel. Les 1er et 2e tomes de Blue Lock tranchent avec ce code inaltérable. L’égo et le désir de dominer est au centre du terrain.

Pourtant, pas sûr que Blue Lock n’ait que cela à dire. Le manga de Kaneshiro et Nomura s’annonce tortueux, imprévisible, porté par des évolutions radicales et des personnages dantesques. Une belle sortie Shônen qui donne du poil de la bête.

Article posté le jeudi 03 juin 2021 par Ma Lo Torikō

Blue Lock - Kaneshiro - Nomura - Pika édition
  • Blue Lock
  • Auteur : Muneyuki Kaneshiro
  • Dessinateur : Yusuke Nomura
  • Traducteur : Lilian Lebrun
  • Editeur : Pika Edition
  • Prix : 7,20 €
  • Parution : 2 juin 2021
  • ISBN : 9782811650254

Résumé de l’éditeur : En dépit des critiques enflammées du grand public et des médias, le projet Blue Lock a finalement été lancé. Bien que très décrié, son concept inédit a cependant su susciter l’intérêt de Sae Itoshi, le génie du football nippon… Ayant survécu au premier écrémage, Yoichi Isagi se retrouve dans l’équipe Z, formée exclusivement d’attaquants. Avec elle, il devra lutter dans une poule de cinq équipes où seules les deux meilleures resteront en lice. Après un premier match difficile, l’équipe Z n’aura qu’un seul moyen de survie : découvrir une arme capable de faire éclore l’égo de chacun !

À propos de l'auteur de cet article

Ma Lo Torikō

Ma Lo Torikō

"C'est fou ce qu'on peut raconter avec un dessin". Voilà comment les arts graphiques ont englouti Ma Lo. Depuis, elle revient de temps en temps nous parler de ses lectures, surtout quand ils viennent du pays du soleil levant. En espérant vous faire découvrir des petites pépites à savourer ou à dévorer tout cru !

En savoir