Camp Poutine #1

Il y a quelques mois, nous avions eu la chance d’avoir entre nos mains une édition spéciale de Camp Poutine. Anlor ayant terminé l’encrage de ce premier tome à la fin de l’été 2018, la librairie Bulle du Mans est à l’initiative de ce beau tirage en noir et blanc. À l’occasion de la sortie en version colorisée, le moment est venu de parler de ce nouveau titre emmené par un duo que l’on affectionne particulièrement. Aurélien Ducoudray & Anlor s’offrent un camp d’été un peu spécial, dans lequel est organisé un concours où le premier prix l’est tout autant.

LES JOLIES COLONIES DE VACANCES

« J’veux un mec comme Poutine… » le refrain repris en chœur dans ce bus rempli d’enfants, ne fait l’unanimité qu’auprès des adolescentes. Les garçons préférant le rappeur russe à la mode, Rem Digga. C’est dans cette ferveur musicale que se déroule le trajet dont le terminus laissera les vacanciers pantois.

Livrés à eux-mêmes, les adolescents et enfants comprendront rapidement que le camp qu’ils vont suivre n’aura rien d’une partie de plaisir. Parmi eux, une jeune fille le sait déjà. Katyusha revient pour la seconde fois dans le Camp Poutine. Ce qui impressionne Ryabkhov, commandant en chef qui voue un respect non dissimulé à celle qui avait vaincu son fils Anton, l’année passée. Elle allait remporter un prix exceptionnel.

APPROCHER L’INAPPROCHABLE

En effet, baptiser le camp du nom du chef du Kremlin n’a rien d’étonnant quand on sait que sa résidence secondaire est basée à quelques kilomètres du site. Ainsi, celui ou celle qui finira en tête à l’issue des épreuves organisées se verra offrir le privilège de passer un peu de temps avec l’actuel président de la Russie.

Malgré sa victoire, Katyusha n’a pas pu bénéficié de cette rencontre. Son abnégation et ses compétences physiques suffiront pour qu’elle soit la première à remettre son titre en jeu. Elle doit le voir. Pour son père…

CAMP POUTINE, UNE AIRE DE JEUX OÙ S’AMUSE DUCOUDRAY

Pour ce premier tome de Camp Poutine, Aurélien Ducoudray et Anlor s’associent de nouveau en proposant leurs ingrédients habituels qui font de leurs titres de riches et belles aventures humaines. Le territoire russe est leur terrain de jeu. Les personnages qui le remplisse ont tous leur rôle à jouer. Dans Camp Poutine, autour de l’héroïne se distinguent plusieurs autres protagonistes primordiaux dans le déroulement de l’intrigue. Le scénariste de À coucher dehors accorde toujours de l’importance à cette colonne vertébrale humaine pour donner de l’épaisseur à ses fictions. On lui connaît ce talent pour donner à ses héros de jolies joutes verbales. Là encore, il ne déroge pas à la règle. Camp Poutine offre, à son tour, des scènes aux dialogues savoureux.

ANLOR ET SES BELLES ÉMOTIONS

Nous avions adoré la version en noir et blanc d’Amère Russie sortie en 2015. Et c’est le même sentiment qui se dégage avec cette édition qui met en exergue son trait si personnel et accrocheur. Espérons qu’elle n’imagine pas que nous délaissons sa mise en couleur (nous l’avions trouvée remarquable dans À coucher dehors), mais le dessin d’Anlor est encore une fois saisissant de réalisme. Tantôt doux, tantôt plus agressif, il retranscrit parfaitement les multiples émotions qui émanent de ce premier opus. La dessinatrice est dotée d’une belle sensibilité qu’elle nous fait partager avec talent.

Après les rixes entre russes et tchétchènes. Après le rêve d’un garçon trisomique qui veut être Youri Gagarine. C’est le conflit entre l’Ukraine et la Russie qui sera le fil rouge de Camp Poutine. Mais c’est surtout la façon dont ces enfants vont réagir face à ce climat tendu qui sera captivante. Le camp qui leur met des œillères en leur martelant la « gloire de leur pays » conditionnera-t-il cette jeunesse soviétique à des convictions extrémistes ? Tout dépendra des bons éléments qui devront impulser l’union et la solidarité pour apaiser ces tensions palpables. Quant à Katyusha, la dernière planche laisse supposer qu’elle va devoir attendre pour réaliser son rêve. Jusqu’à ce que son périple ne la mène peut-être vers une Datcha providentielle…

Article posté le jeudi 25 avril 2019 par Mikey Martin

Camp Poutine de Ducoudray & Anlor (Bamboo / Grand Angle) 1er tome décrypté par Comixtrip, le site BD de référence
  • Camp Poutine #1
  • Scénario : Aurélien Ducoudray
  • Dessin : Anlor
  • Éditeur : Bamboo (Grand Angle)
  • Prix : 14,90 €
  • Parution : 24 avril 2019
  • ISBN : 9782818967027

Résumé de l’éditeur : Un seul jeu, une seule règle : défendre les intérêts de la Russie. Chaque été, des enfants de toute la Russie viennent en séjour au camp Poutine. Au programme, vie en groupe et activités militaires, dans le seul but de les entraîner à devenir de vrais défenseurs de la grande Russie contre ses ennemis de toutes parts : Européens, Tchétchène, Ukrainiens, mais surtout les armées de Daesh. Pour Katyusha, jeune fille un peu secrète, c’est le deuxième passage par le camp. Elle compte bien de nouveau gagner toutes les épreuves du concours pour remporter la rencontre en tête à tête avec Vladimir Poutine.

À propos de l'auteur de cet article

Mikey Martin

Mikey Martin

Mikey, dont les géniteurs ont tout de suite compris qu'il était sensé (!) a toujours été bercé par la bande dessinée. Passionné par le talent de ces scénaristes, dessinateur.ice.s ou coloristes, il n'a qu'une envie, vous parler de leurs créations. Et quand il a la chance de les rencontrer, il vous dit tout !

En savoir