Gone with the wind

Adapter Autant en emporte le vent en bande dessinée, quand on sait ô combien cette œuvre est culte en roman ou en version cinématographique, voilà le défi que s’est lancé Pierre Alary avec ce Gone with the Wind édité chez Rue de Sèvres.

Un travail de longue haleine pour une série en deux tomes qui ne devrait pas tarder à rencontrer son public. Celui des inconditionnels de cette histoire et ceux qui vont la découvrir grâce à cette nouvelle version.

Gone with the Wind, un roman et un film

Si le titre Gone with the wind ne vous dit rien, alors sa traduction en français, Autant en emporte le vent, ne peut que vous parler. En effet, ce film culte détenteur de huit Oscars figure parmi les films les plus connus du cinéma mondial.

Autant en emporte le vent en DVD : Autant en emporte le vent - Édition Prestige - AlloCiné

Mais à l’origine de cette histoire,sur fond de Guerre de Sécession (1861-1865), il y a un roman écrit en 1936 par Margaret Mitchell (1900-1949). Cette dernière reçut d’ailleurs le fameux Prix Pulitzer l’année suivante.

Même si ce roman retrace, avec un état d’esprit sudiste, celui de Margaret Mitchell, une période et une vision de l’esclavage auxquelles on ne peut adhérer, ce récit n’en reste pas moins intéressant. La romancière originaire de Géorgie, comme son héroïne Scarlett O’Hara, voulait donner sa version de l’histoire du Sud des États-Unis, celle de ses aïeux appartenant au camp des Confédérés.

C’est ainsi que le fond historique se trouve présent à chaque page, que ce soit du roman ou de cette adaptation graphique. Mais également à chaque scène du film réalisé par Victor Fleming et sorti en 1939, avec Vivien Leigh et Clark Gable, dans les rôles phares. Il est à noter que le film n’avait pas pu sortir l’année suivante sur les écrans français, en raison de la Seconde Guerre mondiale. Les spectateurs français durent attendre jusqu’en 1950 pour découvrir ce film qui dure près de quatre heures et pour lequel un entracte était prévu.

Une histoire de sentiments

Le récit débute au printemps 1861 alors que la Géorgie est devenue un État confédéré en quittant l’Union. Scarlett O’Hara est la fille d’un riche planteur de coton et vit confortablement à Tara, une magnifique propriété, entourée de ses parents et de ses sœurs.

Vivien Leigh – Scarlett O’Hara

La seule préoccupation de la jeune femme, âgée de seize ans, concerne son avenir qu’elle n’imagine qu’aux côtés d’Ashley Wilkes, dont elle est amoureuse depuis son plus jeune âge. Mais elle a appris, au détour d’une conversation, que ce dernier avait décidé d’annoncer ses fiançailles avec sa cousine, Melanie Hamilton. Une tradition, comme pour faire perdurer les plantations de coton entre les familles qui les détiennent.

Alors que pendant la soirée, Scarlett, déterminée, a décidé d’abattre sa dernière carte en avouant son amour à Ashley, elle est surprise, pendant sa déclaration, par un des invités, Rhett Butler.
Ce dernier ironise sur le sort de cette pauvre “dame du monde” et provoque l’ire de Scarlett, qui décide d’ignorer cet odieux personnage, dont la réputation auprès des dames n’est plus à faire.

Mais un fond historique très présent

Quelques mois plus tard, les Yankees sont aux portes d’Atlanta. Scarlett, après un mariage sans amour avec Charles Hamilton, le cousin de Mélanie,  s’est réfugiée dans la capitale de l’état de Géorgie. Elle est rapidement devenue veuve de guerre, après le décès de Charles au front. Mais elle est devenue mère d’un petit garçon prénommé Wade.

Gone with the Wind : Mitchell, Margaret: Amazon.fr: Livres

C’est alors qu’elle occupe ses journées à soigner les blessés sudistes, en compagnie de Mélanie désormais mariée à Ashley, que le hasard met sur sa route Rhett Butler.  Celui-ci est devenu capitaine d’un navire de contrebande, qui a forcé un blocus dans le port de Charleston, afin de ravitailler les états du sud.
La guerre, les morts, la peur, le manque, la faim vont rapprocher ces deux personnages que tout oppose alors que la ville d’Atlanta est sur le point de tomber aux mains des soldats de l’Union.

Gone with the Wind, une très belle adaptation graphique

Réaliser une adaptation graphique de ce roman fleuve (plus de 1500 pages en version poche) était une véritable gageure.

Pierre Alary s’y est attelé et cet album est une réussite. L’objet livre en lui-même est véritablement très qualitatif. Et cela se constate dès la magnifique couverture sur laquelle le titre est écrit en lettres d’or. Le dos a été garni d’une toile bordeaux, ce qui est du plus bel effet quand l’album est rangé sur l’étagère d’une bibliothèque.

Le scénario semble avoir été adapté le plus fidèlement possible. Mais comment pouvait-il en être autrement quand on s’attaque à un monument de la littérature, tel que ce roman ! Bien sûr tout ne pourra figurer dans les deux tomes prévus pour cette série. Mais l’essentiel est présent et le ressenti concernant ce scénario est plutôt très favorable.

Couverture Gone with the wind tome 1 + ex-libris offert

Quant au dessin de Pierre Alary, précédemment rencontré dans Mon Traitre ou Don Vega, il nous met parfaitement dans l’ambiance à la fois joyeuse et insouciante des fêtes d’avant-guerre. Mais également dans celle plus terrible de la Guerre de Sécession et des conséquences qu’elle aura sur les protagonistes de cette histoire.

Comment, dans ces conditions, ne pas attendre, avec une grande impatience, le deuxième tome de l’histoire de Scarlett O’Hara. Pierre Alary a su, tout en étant fidèle au fond, moderniser la forme, afin de rendre encore plus accessible à un plus grand nombre de lecteurs. Et cela pour notre plus grand plaisir.

Article posté le samedi 08 avril 2023 par Claire Karius

Gone with the Wind tome 1 de Pierre Alary chez Rue de Sèvres
  • Gone with the wind tome 1
  • Auteur : Pierre Alary
  • Editeur : Rue de Sèvres
  • Prix : 25,00 €
  • Parution : 05 avril 2023
  • ISBN : 9782810202195

Résumé de l’éditeur : Scarlett O’Hara, jeune fille d’une riche famille d’Atlanta au sud des Etats-Unis, connait une vie douce et confortable, menée au rythme de son caractère déterminé et audacieux. Lorsque la Guerre de Sécession débute en 1861, ses repères s’écroulent, et de lourdes responsabilités s’imposent à elle. Au milieu de la destruction et de la mort, Scarlett rêve pourtant d’amour : celui pour Ashley Wilkes, pourtant promis à une autre, et qu’elle porte secrètement depuis toujours. L’arrivée de Rhett Butler, homme sans foi ni loi, aussi immoral que séduisant, rebattra de nouveau les cartes dont la jeune fille dispose pour atteindre le bonheur. Avec son adaptation du célèbre roman de Margaret Mitchell et la formidable mise en images de ses personnages cultes, Pierre Alary signe une oeuvre prenante et magnifie ce récit intemporel.

À propos de l'auteur de cet article

Claire Karius

Passionnée d'Histoire, Claire affectionne tout particulièrement les albums qui abordent cette thématique, mais pas seulement. Elle aime également les lectures qui savent l'émouvoir et lui donnent espoir en l'Homme et en la vie. Elle partage sa passion de la bande dessinée dans l'émission Bulles Zégomm sur Radio Tou'Caen et sur sa page Instagram @fillefan2bd.

En savoir