Kilomètre Zéro

Quand une histoire de famille se mêle à l’Histoire d’une région. Stéphane Piatzszek au scénario et Florent Bossard nous brossent le portrait de la famille Koechlin et de son patriarche Nicolas.  Cet homme, le plus riche d’Alsace, décida un jour de construire la première ligne de chemin de fer de sa région. Kilomètre Zéro, édité chez Grand Angle dresse un état des lieux de la société, industrielle et ouvrière, en cette première moitié du XIXe siècle.

Une riche famille alsacienne

Né en 1781, Nicolas Koechlin, fils et petit-fils d’industriels alsaciens dans le textile, crée à l’âge de 21 ans sa première filature. Deux autres suivront pour étoffer ce patrimoine familial. Fidèle de Napoléon, il sera élu député du Haut Rhin pendant la période de la Monarchie de Juillet (1830-1848 ), Louis-Philippe devenant le roi des Français .

Le tome 1 de ce triptyque se situe en 1836 quand Nicolas Koechlin décide de passer le flambeau à son fils aîné Ferdinand. Il veut se lancer dans une nouvelle aventure, construire une ligne de chemin de fer entre Mulhouse et Thann. C’est en compagnie de son frère Théodore et de son autre fils Léo qu’il réalisera ce projet. Son but ultime est de relier Strasbourg à Bâle en Suisse grâce à cette première ligne internationale au monde.

Un projet un peu fou : 20,3 km de voies ferrées.

Pour réaliser son rêve, l’industriel dispose des millions nécessaires à l’achat des terres se trouvant sur le tracé de la ligne.

Il va faire appel à son cousin André Koechlin, industriel dans la mécanique pour fabriquer des locomotives à vapeur. Les locomotives précédemment créées par l’anglais George Stephenson (créateur de The rocket en 1829) et le français Marc Seguin (inventeur de la première locomotive à vapeur avec chaudière tubulaire en 1829) lui serviront de modèles.

Aidé par deux ingénieurs, Nicolas Koechlin fera construire toute l’infrastructure nécessaire pour ce parcours. Rails, ponts, viaducs verront circuler la première locomotive, la Napoléon, le 1er septembre 1839. Il faudra dorénavant 30 minutes, à une vitesse de 65km/h, pour relier Mulhouse et Thann.

Un état des lieux du monde ouvrier.

L’intérêt de cet album est de mettre en lumière les conditions de vie de la classe ouvrière trimant dans les grandes filatures. Les enfants travaillent 15 heures par jour et les femmes sitôt accouchées doivent retourner à leur poste.

Les patrons n’indexent pas les salaires en fonction du prix du pain, qui quand il augmente, plonge les familles dans une misère terrible.

Salomé Koechlin, une féministe à l’écoute.

Dans ce milieu marqué par le patriarcat, une femme ose sortir du rang. Il s’agit de Salomé, la fille de Nicolas Koechlin, qui désire échapper à son destin de future maîtresse de maison. Devant épouser son cousin pour des raisons financières, elle préfère se rendre utile en instruisant les enfants qui travaillent à l’usine. Elle n’hésite pas non plus à rendre visite aux familles dans les taudis qui leur servent d’habitation. Cela lui permet de se rendre compte par elle-même des conditions de vie de la classe ouvrière.

Et c’est par l’intermédiaire de sa plume, en écrivant des articles dans un journal, qu’elle va dénoncer cet état de fait. Elle se rebelle également contre l’oppression que subissent les femmes, surtout les ouvrières appelées « la prolétaire du prolétaire ».

Un scénario digne des grandes sagas familiales.

Kilomètre Zéro est une série prévue en trois tomes dont le deuxième tome est sorti en mars 2021. Le scénario écrit par Stéphane Piatzszek, auteur également de « La cour des miracles » et « Le vieux docteur » décrit parfaitement la société de ce début de XIXe siècle. Il  montre les clivages qui existent entre la classe ouvrière qui se bat pour nourrir ses enfants et le milieu de la grande bourgeoisie industrielle. Cette dernière, naviguant sur la vague de l’industrialisation à outrance, fait passer la recherche du profit avant tout.

Cet album dépeint d’une manière très intéressante une famille protestante alsacienne dans toute sa rigueur et la volonté de réussite qu’on se transmet de père en fils.

Des dessins qu’on pourrait croire d’époque.

Florent Bossard, en charge des dessins et des couleurs, a merveilleusement su donner un air d’époque à ses dessins. Il a retranscrit la misère, la dureté et la saleté dans lesquelles vivent les ouvriers de la filature. Le noir et l’ocre orangé sont les couleurs dominantes comme celles du charbon utilisé dans les machineries, le noir devenant incandescent sous l’effet de la chaleur.

La rigidité des personnages est bien rendue, que ce soit en raison du travail harassant des ouvriers ou bien de la rigueur de la famille Koechlin, qui fait passer le travail et le succès avant tout.

Un dossier documentaire avec des gravures d’époque figure à la fin du premier tome afin de mieux s’immerger dans cette aventure industrielle dédiée au transport des marchandises à destination des industries mais également des passagers.

Kilomètre Zéro, une belle série à découvrir.

Quel plaisir quand Histoire et histoire ne font qu’une, ici celle d’une famille, qui en créant une ligne ferroviaire de 140 km entre Strasbourg et Bâle, en fera la première ligne internationale d’Europe, inaugurée en 1841.

Kilomètre Zéro : Une très belle découverte historique et visuelle.

Article posté le samedi 13 mars 2021 par Claire Karius

Kilomètre zéro #1 de Stephane Piatzszek & Florent Bossard (Grand Angle)
  • Kilomètre Zéro 1. Une épopée ferroviaire
  • Auteur : Stéphane Piatzszek
  • Dessinateur : Florent Bossard
  • Coloriste : Florent Bossard
  • Editeur : Grand Angle
  • Prix : 14,90 €
  • Parution : 04 mars 2020
  • ISBN : 9782818968024

Résumé de l’éditeur :  Mulhouse 1830, le rêve fou d’un pionnier du rail, l’histoire vraie de la création de la première ligne internationale de chemin de fer. Une saga industrielle… Nicolas Koechlin, l’homme le plus riche d’Alsace, se lance dans un projet fou : la construction de la plus grande ligne de train internationale de l’époque : le Strasbourg/Bâle. En ces années 1830, le train n’en est qu’à ses balbutiements. Nicolas va relever ce défi avec son courage, sa générosité, mais aussi sa rouerie et sa folie. Cette grande aventure ferroviaire bouleversera le destin des Koechlin, mais aussi celui de toute la ville de Mulhouse où chacun poursuit ses rêves, mais joue aussi sa survie dans cet impitoyable XIXe siècle industriel.

Kilomètre zéro #2 de Stephane Piatzszek & Florent Bossard (Grand Angle)
  • Kilomètre Zéro 2. Les Koechlin, une saga familiale
  • Auteur : Stéphane Piatzszek
  • Dessinateur : Florent Bossard
  • Coloriste : Florent Bossard
  • Editeur : Grand Angle
  • Prix : 14,90 €
  • Parution : 03 mars 2021
  • ISBN : 9782818978634

Résumé de l’éditeur :  Nicolas Koechlin, l’homme le plus riche d’Alsace, se lance dans un projet fou : la construction de la plus grande ligne de train internationale de l’époque : le Strasbourg/Bâle. En ces années 1830, le train n’en est qu’à ses balbutiements. Nicolas va relever ce défi avec son courage, sa générosité, mais aussi sa rouerie et sa folie. Cette grande aventure ferroviaire bouleversera le destin des Koechlin, mais aussi celui de toute la ville de Mulhouse et d’une région, l’Alsace où chacun poursuit ses rêves, mais joue aussi sa survie dans cet impitoyable XIXe siècle industriel.

Tous les albums

Kilomètre zéro #1 de Stephane Piatzszek & Florent Bossard (Grand Angle)
Kilomètre zéro #2 de Stephane Piatzszek & Florent Bossard (Grand Angle)

À propos de l'auteur de cet article

Claire Karius

Claire Karius

Passionnée d'Histoire, Claire affectionne tout particulièrement les bulles qui abordent ces thèmes, mais pas seulement. Elle aime les lectures humaines et intimes qui savent l'émouvoir et lui donnent espoir en la vie. Elle partage sa passion sur sa page Instagram @fillefan2bd.

En savoir