La bibliothécaire d’Auschwitz

Huit livres à protéger, c’est la mission de Dita, jeune fille, la bibliothécaire d’Auschwitz. Salva Rubio et Loreto Aroca adaptent le roman d’Antonio G. Iturbe. Un très bel album, émouvant.

Sa vie ce sont les livres

Elle s’appelle Edita Adlerova et sa vie, ce sont les livres. Elle habite à Prague et sa seule peur, c’est de manquer de temps pour lire, l’occupation favorite dans cette famille érudite. L’enfance de la jeune fille est heureuse. Mais rapidement des nuages s’amoncellent au-dessus de son ciel protecteur.

Des bottes qui battent le pavé, des uniformes vert-de-gris, des chars, des drapeaux à croix gammée. Il en est fini de l’enfance de celle qu’on surnomme Dita. Le 15 mars 1939, les troupes nazies envahissent la Tchécoslovaquie. Son père perd son travail, elle n’a plus le droit d’aller à l’école. Alors cette dernière se fera à la maison, au milieu de ses livres.

Voyage vers la mort ?

Les interdictions apparaissent et le port de l’étoile jaune devient obligatoire. Puis arrive l’obligation de quitter Prague avec uniquement une valise par personne. Comment glisser à l’intérieur tous les livres qui tiennent à cœur à Dita ? Ils n’ont pas leur place pour ce voyage, il faut leur préférer les vêtements. Là où ils iront, sa mère pense qu’ils en trouveront d’autres…

Quand elle descend du train, c’est Arbeit macht frei (Le travail rend libre) que Dita peut lire à l’entrée du camp d’Auschwitz. L’inimaginable devient alors son quotidien et son nom devient un numéro indélébile gravé dans sa peau.

Dans le bloc BIIb, les familles gardent leurs vêtements personnels et n’ont pas le crâne rasé. Ce qui n’empêche pas la discipline et la violence des kapos ou des SS de régner.

La bibliothécaire d’Auschwitz, passeuse de savoirs

Dita fait la connaissance de Fredy Hirsch, qui décide de lui confier une mission. Elle sera, au péril de sa vie, la bibliothécaire d’Auschwitz et aura la charge du fonds : huit précieux livres sur lesquels elle devra veiller. Car qu’y a-t-il de plus subversif qu’un livre aux yeux des nazis !

Il y des albums qui se passent de commentaire. Tout est dit dans ce récit, tout est visible dans les dessins.

Alors lisez La bibliothécaire d’Auschwitz, l’adaptation graphique du roman éponyme d’Antonio G. Iturbe, librement inspiré du destin incroyable de celle qui s’appelle Edita Polachova Kraus.
Elle a aujourd’hui 93 ans.

Article posté le mardi 01 novembre 2022 par Claire Karius

La bibliothécaire d’Auschwitz de Salva Rubio et Loreto Aroca d'après Antonio G. Iturbe (Rue de Sèvres)
  • La bibliothécaire d’Auschwitz
  • Scénariste : Salva Rubio, d’après le roman d’Antonio G. Iturbe
  • Dessinateur : Loreto Aroca
  • Éditeur : Rue de Sèvres
  • Prix : 22 €
  • Parution : 31 août 2022
  • ISBN :9782810201259

Résumé de l’éditeur : À quatorze ans, Dita Adlerova vit dans le ghetto de Terezín, à Prague. Déportée avec sa famille dans le camp de concentration le plus meurtrier de la Seconde Guerre mondiale : Auschwitz, elle rencontre Fredy Hirsch, éducateur juif qui lui propose de devenir la « Bibliothécaire d’Auschwitz ». Risquant sa vie pour que petits et grands puissent s’évader, Dita accepte de cacher et protéger les huit précieux volumes que les prisonniers ont réussi à dissimuler aux gardiens du camp. Mais elle doit faire preuve d’une extrême prudence car le docteur Mengele, célèbre pour ses atrocités, la surveille de très près.

À propos de l'auteur de cet article

Claire Karius

Passionnée d'Histoire, Claire affectionne tout particulièrement les bulles qui abordent ces thèmes, mais pas seulement. Elle aime les lectures humaines et intimes qui savent l'émouvoir et lui donnent espoir en la vie. Elle partage sa passion sur sa page Instagram @fillefan2bd.

En savoir