L’anniversaire de Kim Jong-Il

En Corée du Nord, les habitants ne fêtent jamais leur propre anniversaire. Le seul qui doit être célébré avec les honneurs c’est celui de Kim Jong-Il, le dirigeant suprême. Jun Sang, 8 ans, est né le même jour que le cher leader et lui voue un culte sans borne. Accompagné aux dessins par Mélanie Allag, Aurélien Ducoudray brosse le portrait d’un des pays les plus fermés du monde à travers les yeux de ce petit garçon dans l’excellent L’anniversaire de Kim Jong-Il aux éditions Delcourt.

ADMIRATION SANS BORNE AU « COMMANDANT INVAINCU A LA VOLONTE DE FER »

Chef des jeunesses patriotiques de son quartier, Jun Sang est un petit Coréen du Nord de 8 ans. Il est heureux parce qu’il est né le même jour que Kim Jong-Il, le leader suprême du pays. Alors qu’aucun des habitants ne fêtent son anniversaire, le sien est célébré en grande pompe tous les ans. Son bonheur se lit dans ses yeux, il peut fêter un peu le sien à travers celui du « Commandant invaincu à la volonté de fer ».

A l’école comme dans tous les foyers, le plus haut dignitaire et son père Kim Il-sung, le guide de la révolution socialiste sont mis en scène et un culte leur est voué. Leurs photos sont partout : dans les classes, dans la rue, dans les usines ou même chez les gens.

FANTOCHES DU SUD

Le grand leader veille en bon père sur son peuple et les comités de quartier sont là pour surveiller tous les débordements voire les paroles néfastes envers Kim Jong-Il et son père. Jung Sang, lui, est un vrai petit patriote, il fait respecter les lois. Même si parfois, il dessine « L’étoile brillante du mont Paektu » alors qu’il n’en a pas le droit, il lit les aventures du Soldat Weng – le héros national – mais aussi Le monde est malade – une bande dessinée qui explique la vie des Sud-Coréens, – et rêve surtout de s’engager dans l’armée révolutionnaire pour mettre la fessée à ses fantoches du Sud et leurs alliés américains.

LA FAMINE GUETTE

Mais les temps sont très durs en Corée du Nord, la famine s’invite à la fête. La malnutrition guette les habitants qui meurent par centaines. Du côté de Jung Sang, le fléau ne le touche pas encore. Son père travaille dans une mine de charbon – ce qui permet à la petite famille de ne jamais avoir froid même lorsqu’il y a des rationnements – et sa mère travaille dans une usine de confection d’uniformes – ce qui permet à la petite famille de ne jamais avoir froid l’hiver parce qu’elle coud des couverture.

Kyung Soon, l’aînée de la famille, étudie la comptabilité mais rêve de devenir chanteuse. Après des essais pour intégrer le service personnel du cher leader, elle est recalée au grand désespoir de son petit frère qui aurait bien voulu rencontrer le dirigeant.

Malgré les petites rapines avec ses amis Kim Hong et Chol Su, le quotidien devient de plus en plus délicats pour le garçon de 8 ans, obligeant les famille à fuir vers la Corée du Sud, via la Chine. Un crève-cœur pour Jun Sang. Dans le même temps, il apprend un terrible secret sur ses grands-parents paternels…

LA CORÉE DU NORD A TRAVERS LES YEUX D’UN PETIT GARÇON

Avec une belle intelligence, Aurélien Ducoudray brosse le portait de la Corée du Nord. Pour cela, il imagine une fiction contée par un petit garçon de huit ans. S’il est bon patriote, bien embrigadé par les milices du régime, il semble avoir néanmoins un caractère fort, parfois rebelle. Ce jeune enfant est attachant, comme ses parents, parfois en rupture de ban face au la cruauté de la dictature.

Ainsi, le scénariste des remarquables Bots (avec Steve Baker, Ankama), Amère Russie (avec Anlor, Bamboo) The Grocery (avec Guillaume Singelin, Ankama), Clichés de Bosnie (avec François Ravard, Futuropolis) ou du nouveau Bob Morane (avec Luc Brunschwig et Dimitri Armand, Le Lombard) dépeint ce pays fermé au monde, celui de la peur, de la famine, de la mort, un pays sur-armée et où les libertés individuelles n’existent pas. Il ne fait d’ailleurs pas bon s’opposer au régime (les prisons regorgent de ces rebelles et les peines de mort sont nombreuses). Tout est verrouillé par les soldats, la radio et la télévision d’état. Seule la Chine, son allié peut parfois influer sur sa gouvernance.

A travers les yeux du petit garçon, l’histoire ainsi racontée n’est pas lourde, pas donneuse de leçon, touchante, profonde et résolument optimiste. Vouloir être un homme libre, tel pourrait être le but de Jun Sang.

A l’instar de Pyongyang de Guy Delisle (Delcourt), La faute une vie en Corée du Nord de Michael Sztanke et Alexis Chabert (Delcourt) ou Mission Pyongyang de Oh Yeong Jin (FLBLB), tous les aspects du quotidien sont abordés; un quotidien fondé sur la survie pour les quelques 24 millions d’habitants. L’anniversaire de Kim Jong-Il va sûrement faire date dans la publication des ouvrages sur la Corée du Nord.

UNE TRÈS BELLE PARTIE GRAPHIQUE AUX CRAYON DE COULEURS

Pour soutenir le propos de L’anniversaire de Kim Jong-Il, Aurélien Ducoudray a fait appel à Mélanie Allag, jeune dessinatrice qui a effectué ses études aux Beaux-Arts d’Angoulême. Illustratrice, elle a notamment travaillé pour pour presse (J’aime lire, Dlire, Astrapi, Moi je lis, J’apprends à lire) et pour l’édition jeunesse (Lito, Milan, Nathan, Fleurus).

Son premier album de bande dessinée est une véritable réussite. Elle utilise à merveille les crayons de couleurs pour proposer de très belles planches. La délicatesse et la sensibilité de cette technique lui permet de trancher avec le propos parfois sombre du récit. Idéal pour les scènes entre enfants, elle peut s’assombrir dans les décors des camps. Une grande  force pour déployer une palette d’émotions, tout cela à hauteur de petit garçon.

Article posté le samedi 27 août 2016 par Damien Canteau

Très bel album L'anniversaire de Kim Jong-Il est signé Aurélien Ducoudray et Mélanie Allag (Delcourt), décrytpé par Comixtrip le site BD de référence
  • L’anniversaire de Kim Jong-Il
  • Scénariste : Aurélien Ducoudray
  • Dessinatrice : Mélanie Allag
  • Éditeur : Delcourt, collection Mirages
  • Prix : 16.95€
  • Parution : 24 août 2016

Résumé de l’éditeur : Jun Sang, né un 16 février tout comme son cher dirigeant Kim Jong-il, est un petit garçon de Corée du Nord comme tant d’autres. Très fier de son anniversaire, il vit comme on lui apprend à l’école : le grand leader veille sur lui, lui désigne ce qu’il doit faire et ceux qu’il doit haïr de toutes ses forces. Mais ce paradis et la foi indéfectible de Jun Sang en Kim Jong-il va être de courte durée…

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir