Le Château

Après Campagne présidentielle, dans les pas du candidat François Hollande, Mathieu Sapin revient avec Le Château,véritable reportage dessiné qui nous fait voyager dans les coulisses de l’Elysée.

Le dessinateur « embeddé »

Tel un reporter de guerre, Mathieu Sapin endosse avec cette nouvelle BD consacrée aux coulisses du pouvoir l’uniforme de l’artiste en milieu hostile. Hostile ? Pas tant que cela. Après avoir fait le siège du palais de l’ Elysée pour finalement obtenir l’autorisation de s’y incruster pendant plusieurs mois et sans doute encouragé par le succès de Campagne présidentielle, son précédent album, revoilà ce familier du reportage dessiné ( Journal d’un journal, Delcourt 2011) qui s’est mis en tête de nous faire découvrir le siège du pouvoir, des salons lambrissés aux sous-sols et du quotidien de son locataire, le président de la République.

Encombrant protocole

« Quand on y est, c’est un endroit si impressionnant qu’on ne peut que s’y fondre »  résumait récemment le dessinateur. Dès lors, jouant à la petite souris, il s’en est donné à cœur joie, décrivant par le menu le quotidien d’un lieu encore secret à nos yeux.

Dans ce bel hôtel particulier érigé en 1720 où se joue souvent l’avenir du pays, on découvre que tout est complexe, codifié, protocolaire. Ainsi ces visites de chefs d’État ou de monarques. On découvre par exemple qu’il aura fallu six mois pour préparer la réception de la reine d’Angleterre…

Et puis, au-delà, on voyage grâce au trait simple et précis de Mathieu Sapin  dans les entrailles du palais, des cuisines au dojo installé dans les sous-sols , en passant par une multitude bureaux, parfois mansardés, où s’entassent journalistes accrédités et conseillers du président.

Candide au cœur du pouvoir

A cette agréable promenade au cœur de la machinerie présidentielle, s’ajoutent quelques moments graves directement liés à l’histoire récente du pays. Opération Serval , scandale Cahuzac, commémorations en tous genres, remaniement puis attentats contre Charlie Hebdo ponctuent ainsi cette plongée dessinée.

A aucun moment toutefois, l’auteur (faussement) naïf ne se livre à un jugement ou à une tentative d’analyse des faits et gestes de la présidence. Mathieu Sapin est extrêmement bien renseigné, documenté. Il se contente, tout au long de ces 144 pages, et c’est déjà beaucoup, de nous livrer sur le vif cette chronique réjouissante de la vie de château…

Article posté le jeudi 07 mai 2015 par Jean-Michel Gouin

Le Chateau fait partie des coups de coeur des BD parues en 2015 pour Comixtrip, le site spécialisé en bande dessinée
  • Le château, une année dans les coulisses de l’Elysée
  • Auteur : Mathieu Sapin
  • Editeur : Dargaud
  • Prix : 19.99€
  • Sortie : 07 mai 2015

Résumé de l’éditeur : Après avoir suivi la campagne présidentielle, Mathieu Sapin fait des pieds et des mains pour s’incruster à l’Élysée. Baladé d’un bureau de communiquant à l’autre, il finit par envoyer un SMS à François Hollande lui-même pour obtenir l’autorisation. Le président le reçoit, accepte le projet et introduit Mathieu au « château », comme l’appellent ceux qui y travaillent. Un reportage exceptionnel, réalisé de l’intérieur, sur le fonctionnement de l’Élysée et la vie mouvementée de son célèbre occupant.

Une année dans les coulisses de l'Elysée

En 2012, Mathieu Sapin nous faisait découvrir les coulisses de la campagne pour les élections présidentielles dans Campagne présidentielle (éditions Dargaud) où il suivait les pas de François Hollande (réunions, meetings, confidences exclusives…). Aujourd’hui, il revient avec Le château, une belle expérience de bande dessinée dans les coulisses de l’Elysée, où il a passé un an dans les pas du Président.

LA GRANDEUR DU LIEU

L’album s’ouvre sur Mathieu Sapin, intimidé par la grandeur du Palais, ses gardes et son protocole. Après un passage chez Christian Gravel (ancien conseiller presse et communication du chef de l’état), qui sera un personnage important pour son immersion, il rencontre enfin François Hollande. Affable et très proche des gens (trop selon certains conseillers), le président prend de ses nouvelles et lui souhaite bonne chance dans son projet. L’Elysée est la maison de tous les citoyens, il ne doit pas y avoir de secrets, lui confie Hollande. Partant de ce propos du Chef de l’état, il va observer les moindres recoins du palais pendant plus de 6 mois, lui qui pensait n’y rester que quelques jours. Il faut souligner que le Président de la République avait beaucoup apprécié son album sur la campagne des Présidentielles et un simple SMS de la part de l’auteur sur son envie de parler des coulisses de l’Elysée a suffi pour que Hollande accepte.

PLANS DU PALAIS, VOYAGES OFFICIELS ET CHARLIE

Avec un humour dévastateur à cause des gaffes nombreuses de Mathieu Sapin, souvent pris de vitesse, faussement naïf mais ô combien attendrissant, tout y passe : les lieux immenses (des plans détaillés illustrés par Mathieu Sapin) mais pas bien entretenus, les cache-misère, les politiciens, les nombreux Hommes du président (conseillers dans tous les domaines, surtout en ce qui concerne la presse, on s’y perd!), les journalistes parfois blasés (certains préféraient Sarkozy car il les détestait, Hollande les apprécie et il y a moins de piquant dans leurs relations), les Journées du Patrimoine, les déplacements officiels en Azerbaïdjan, en Arménie et en Géorgie (le protocole très strict, trop lourd), les Hommes de la sécurité dont Hollande se moque (il aime le contact chaleureux du public, ce qui hérisse le service de sécurité) ou encore les cuisines en sous-sol vieilles de plus de 30 ans ; mais aussi des moments plus délicats comme l’opération Serval au Mali, l’affaire Cahuzac, l’affaire Aquilino Morelle (mis dehors en 24 heures) ou Charlie, dont l’auteur a ajouté 8 pages pour décrire l’ambiance élyséenne ce jour-là.

860 FONCTIONNAIRES

L’album qui coïncide avec les 3 ans de Hollande à la tête de l’Etat est pourtant assez loin de l’excellent Quai d’Orsay (de Blain et Lanzac, Dargaud). Là où De Villepin claquait les portes, Hollande est plus calme, normal. Pourtant comprendre le fonctionnement du Palais n’est pas chose aisée: tout s’enchevêtre, se mélange et même parfois les missions et les prérogatives se chevauchent. Et surtout il faut ajouter les 860 personnes qui y travaillent : une véritable fourmilière.

PAS DE COMPLAISANCE

Mathieu Sapin voulait connaître plus les bâtiments et moins le président. Et pourtant, il parle surtout des hommes et des femmes du Faubourg Saint-Honoré, n’épargne personne, ni les médisances entre le personnel ou les journalistes, ni les courtisans. Si on s’attendait à de révélations croustillantes, il faudra repasser, néanmoins l’album est agréable à la lecture et plutôt amusant.

Damien Canteau

À propos de l'auteur de cet article

Jean-Michel Gouin

Jean-Michel Gouin

Passionné par l'écrit, notamment l'histoire, la littérature policière et la bande dessinée, Jean-Michel Gouin est journaliste à Poitiers.

En savoir