Le petit rêve de Georges Frog

La collection Métamorphose des éditions Soleil accueillent Le petit rêve de Georges Frog, une réédition en intégrale de 4 albums de Phicil parus chez Carabas. Plongée dans l’univers du jazz, des rent parties et du swing dans les Etats-Unis des années 30.

GEORGES RAINETTE DÉCOUVRE LE JAZZ

Etats-Unis dans les années 30. Georges Rainette, Français immigré, suit des cours au conservatoire de New-York. Avec son ami Harry, il assiste à un concert de jazz et il est tout de suite emballé ! L’énergie et l’émotion sont au rendez-vous, c’est phénoménal !

Après ce choc, il décide d’arrêter le conservatoire et de se consacrer uniquement au jazz ! Malgré la perte de sa bourse d’études, il veut percer et devenir professionnel. En attendant, il pense qu’il pourra donner des cours. Il a pourtant du mal à l’avouer à ses parents restés en France.

VINYLES, PIANO ET CORA

Avec l’enthousiasme du débutant, Georges décide de sortir ses vieux vinyles où le swing est très présent. Il s’installe devant son piano et attend patiemment l’inspiration. Il faut souligner que son instrument lui parle et leurs échanges sont souvent intéressants et enrichissants.

Dans le même temps, les Cat, nouveaux locataires, emménagent dans l’immeuble. M. Cat – chat désagréable et hautain – est père de Cora et veuf. Dès le premier regard, Georges tombe amoureux de la belle jeune fille. Après un étrange quiproquo, le musicien entre en contact plus direct avec elle…

COMMENT GEORGES RAINETTE DEVIENT GEORGES FROG

Publiée entre 2006 et 2010 aux éditions Carabas, la série Georges Frog est donc reprise en intégrale chez Soleil. Ainsi, le lecteur (re)découvre les 4 albums épuisés dans un bel écrin de 208 pages.

Après La France sur le pouce (avec Olivier Courtois, Dargaud), l’année 2017 de Phicil est donc prolifique. Pour Le petit rêve de Georges Frog, l’auteur réunit ses deux passions : la bande dessinée et la musique (il est titulaire d’une maîtrise en musicologie). Il plonge ainsi le lecteur dans le monde interlope et extrêmement créatif du jazz, celui de  ses débuts hésitants mais où tout était à inventer dans le New-York des années 30.

Le lecteur découvre la transformation de Georges Rainette, le petit frenchy, en Georges Frog (à l’américaine) le musicien incompris mais talentueux.

LE PETIT RÊVE DE GEORGES FROG : TRÈS BEAU CONTE INITIATIQUE

Ce récit initiatique, dans tous les sens du termes, conte merveilleusement le passage de l’amateurisme au professionnalisme. L’évolution, pas toujours linéaire, de la petite grenouille happe le lecteur. Toujours bienveillant avec lui, pourtant Phicil ne lui épargne pas les obstacles (la page blanche, l’inspiration, les premiers concerts avec seulement quelques personnes).

Ce que l’on aime aussi dans Le petit rêve de Georges Frog, ce sont les relations du musicien avec ses instruments. Ainsi son piano parle, réfléchit et le fait réfléchir. Tel Jiminy Crikett, il semble être sa bonne conscience. Cette union entre les deux personnages renforce le côté poétique du récit.

Pour pimenter son histoire Phicil glisse dans les pattes de Georges, un très belle jeune femme en la personne de Cora. Tout de suite fous amoureux, le couple sera séparé par un père hyper protecteur. Il faut dire que M. Cat ne veut pas de cette relation contre-nature, lui un homme plutôt riche et Rainette, un pauvre musicien. Comme pour le jazz, cet idylle est une étape initiatique dans la vie de la grenouille. Premières vraies amours, premiers vrais déchirements et premières reconquêtes; tout y est même une autre amoureuse transie !

FABLE ANIMALIÈRE DE GRANDE QUALITÉ

Malgré les obstacles nombreux, le personnage principal est toujours optimiste. Pour mettre en image cette excellent récit, Philippe Gillot (alias Phicil) a choisi des animaux anthropomorphes avec soin. Chiens, chats, grenouilles, ours ou lapins lui permettent de prendre plus de distance et de donner beaucoup de corps à son récit. Pour conter une belle fable, quoi de mieux que des animaux se comportant comme des êtres humains.

A l’époque de la première édition de la série Le petite rêve de Georges Frog, Renaud Dillies apportait lui aussi de la chair à ses récits autour de la musique avec des animaux (Betty Blues en 2003 et Sumato l’année suivante). Cette belle filiation (que l’on retrouve encore aujourd’hui avec l’album de Dillies Loup) s’inscrit dans la veine des Blacksad, Trondheim, Edmond Calvo ou autre Pesch et De cape et de crocs.

Le dessin de Phicil est avenant et possède énormément de charme. Le trait est simple mais agrémenté par des couleurs d’une belle modernité, restituent avec beaucoup de justesse l’ambiance swing des bars américains de cette période.

Article posté le jeudi 22 juin 2017 par Damien Canteau

Le petit rêve de Georges Frog de Phicil (Soleil) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Le petit rêve de Georges Frog
  • Auteur : Phicil
  • Couleurs : Drac
  • Éditeur : Soleil, collection Métamorphose
  • Prix : 27€
  • Parution : 14 juin 2017
  • IBAN : 9782302063235

Résumé de l’éditeur : États-Unis, années 30. Georges Rainette, une grenouille au teint clair, rêve de devenir un grand jazzman. Son nom d’artiste… GEORGES FROG. Composer implique de longs tête-à-tête avec son piano, mais tout finit par s’accorder en lui lorsque son regard croise, un jour, celui de sa nouvelle voisine, Cora, la fille de M. Cat. Malheureusement, ce dernier – hostile à cette idylle – décide de déménager… Soutenu par ses amis, Georges reprend, peu à peu, goût à la vie : il accepte de donner des cours de musique, et même de monter un jazz band ! Il découvre alors la difficulté d’un milieu, d’un sytème social et finit par retrouver Cora. Mais pour elle, acceptera-t-il d’oublier son rêve, au risque de s’oublier lui-même ? La survivance d’un artiste au sein d’un monde codifié dans lequel il lui sera difficile de choisir entre deux passions…

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir