Les fleurs de la mer Égée

Lisa rêve de voyage et Olha doit parcourir l’Europe pour retrouver sa soeur. Édité par Komikku, Les Fleurs de la mer Égée, d’Akame Hinoshita, nous emporte dans l’Italie du XVe siècle. Avec énergie et romantisme, l’aventure des deux jeunes femmes prend des airs de promenade dans l’Histoire.

Les fleurs de la mer Égée : La magie réside dans les détails

 Akame Hinoshita est un passionné de l’Europe du XVe siècle. Non seulement l’Histoire, mais aussi les « petits » détails de la culture. Comme la différence entre une galère et une caravelle, les multiples plats de Polenta qui ont traversés les temps, avec du millet, du sarrasin puis du maïs. Il raconte l’architecture de la Ca’ d’Oro à Venise, désormais blanche, mais autrefois couverte d’or et de couleurs, mais également la présence de pirates grecques dans la mer Egée, matés par l’Empire Ottoman … Les fleurs de la mer Égée est un trésor d’anecdotes historiques qui font pétiller les papilles de l’apprentissage.

Le manga est parcouru de pages explicatives. Je vous rassure, ça n’a rien à voir avec un inventaire de muséum. Les encadrés s’intègrent parfaitement au récit, comme une bulle de dialogue supplémentaire ; pas vraiment pour nous, lecteurs, mais pas tout à fait non plus pour les personnages. C’est une façon de briser le quatrième mur à coup de culture. Ils nous apportent juste ce qu’il faut pour apprécier l’échantillon historique et nous mettre l’eau à la bouche. On se met alors à attendre la prochaine surprise culturelle avec impatience.

Impatience ? Disons plutôt « avec hâte ». Car la douceur du dessin additionnée au rythme mezzo piano du récit nous laisse le temps de nous imprégner de son ambiance joyeuse. L’histoire des Fleurs de la mer Égée coule, fluide, poussée par le désir hardi nos personnages.

Un désir de voyage dévorant

On accompagne Lisa Rosetti, benjamine d’une riche famille de marchand dans la ville de Ferrare. Toute la ville la connaît. Elle est la curiosité locale, celle qui n’a pas peur de ne pas être comme les autres, et qui s’en fiche bien d’ailleurs. On ne l’écoute pas beaucoup, mais on la respecte de tout son cœur. Pour Lisa Rosetti, la ville pourrait soulever des montagnes.

Pourquoi tant de bizarreries ? Et bien parce que Lisa Rosetti est une passionnée de culture étrangère. Sa famille marchande lui dévoile très jeune la richesse culturelle du monde. Elle est désormais habitée par la soif d’apprendre, de comprendre les coutumes d’ailleurs et les langues inconnues… Mais lire et collecter des trésors ne lui suffit pas, loin de là. Ce qu’elle veut vraiment, c’est voyager.

Un jour dans Ferrare, Lisa fait la rencontre d’Olha, une femme venant du Qirim, l’actuelle Crimée. Elles sympathisent tout de suite et il n’en faut pas plus à Lisa pour vouloir accompagner Olha dans son périple. Olha doit retourner au Qirim pour y retrouver sa petite sœur et Lisa ne risque pas de passer à côté de l’occasion.

Envers et contre tout

Dans ce shojo au parfum d’Europe, les pépites historiques sont distillées tout au long du récit. Le tout ponctué aussi d’une touche de rébellion féminine. Dans Les Fleurs de la mer Égée, Lisa se confronte à une famille qui la protège de tout, qui ne veut pas la voir voyager au nom de sa condition de femme (riche qui plus est). Mais Lisa ne se laisse pas faire : « Vous allez voir de quoi je suis capable ! » semble-t-elle clamer à chaque page. Non pas dans la provocation, mais avec sa passion dévorante pour l’ailleurs.

Insoupçonnée contagion

Ce que Les Fleurs de la mer Egée m’a rappelé, c’est la richesse de la culture méditerranéenne. Akame Hinoshita dépeint un tableau de parfums et de couleurs innombrables. Et tandis que l’histoire naissance de Lisa Rosetti et Olha me rend curieuse, c’est surtout la culture italienne et celle de tous les pays qu’elles vont parcourir qui m’accroche à ce manga. Le dessin de la Ca’ d’Oro à Venise fait briller les yeux.

Les Fleurs de la mer Egée inspire une vive envie de filer à Venise en caravelle, déguster une polenta au millet, en compagnie de l’affectueuse Lisa et de la douce Olha.

Article posté le jeudi 05 mars 2020 par Marie Lonni

Les fleurs de la mer Égée 1 de Akame Hinoshita (Komikku)
  • Les fleurs de la mer Egée, volume 1
  • Auteur : Akame Hinoshita
  • Éditeur : Komikku
  • Prix : 8.50 €
  • Parution : 27 février 2020
  • ISBN : 9782372874915

Résumé de l’éditeur : Italie, milieu du XVe siècle. Lisa est une princesse qui habite à Ferrera et elle est éprise d’aventure. Elle veut à tout prix découvrir le monde. Son voeu va être exaucé quand elle rencontre Olia, une princesse venue de Crimée. Fascinée par leurs différences culturelles, Lisa lui fait découvrir l’Italie à travers sa nourriture ou encore la confection des vêtements. Une amitié instantanée va naître entre les deux princesses et elles vont devenir inséparables. Un jour, Olia avoue à Lisa qu’elle a une soeur restée en Crimée et qu’elle s’inquiète pour elle. La jeune princesse souhaite retourner dans sa lointaine ville natale et Lisa décide de l’accompagner ! C’est le début d’un voyage passionnant plein d’aventures et de découvertes !

À propos de l'auteur de cet article

Marie Lonni

Marie Lonni

Jeune étudiante, Ma-Lo est une passionnée de bandes dessinées et de mangas. Elle participe régulièrement à X-Bulles sur Pulsar, une émission dédiée au 9e art. Pour Comixtrip, elle déniche de petites raretés qu'elle vous fait partager.

En savoir