Les lames d’Ashura

Des trains. Des attaques. Des guerrières. Les lames d’Ashura. Baptiste Pagani met en scène leurs terribles exploits dans cet album tellement riche aux éditions Ankama. Encore une merveille du Label 619 !

Les lames d’Ashura : clan de voleuses

Steppes de Kalandra. Depuis le développement du chemin de fer, les femmes, les hommes et les marchandises peuvent plus facilement circuler. Dans le même temps, cet essor a fait diminuer le nombreux de croyants. Mais cette émergence ferroviaire attise les convoitises. Des clans de voleurs se sont formés pour dépouiller les passagers.

Parmi ces bandes, il y a Les lames d’Ashura, un gang de femmes dirigée de main de fer par la redoutable Ashura. Guerrières puissantes et rompues aux combats, elles font régner la terreur sur les voies ferrées. Ces braqueuses d’un nouveau genre font peur.

Transmettre

Mais voilà, Ashura aimerait transmettre le flambeau. Son temps est venu de passer la main. Elle souhaiterait que l’une de ses deux filles – Shota ou Ikari – gère le clan. Les lames d’Ashura sont donc dans un moment de transition particulier. Cela n’empêche en rien de continuer les braquages.

La grande guerrière n’est pas que mère de deux jeunes femmes; elle a aussi mis au monde Osman, seul garçon de la tribu. Mais voilà, le jeune homme ne veut pas suivre les pas de la matriarche, lui son rêve, c’est d’entrer dans une troupe de danseurs.

Les voleuses échafaudent alors le plan le plus ambitieux de leur œuvre : l’attaque d’un train transportant de grandes valeurs marchandes et un buste de dieu en or. Mais voilà, la trahison de Shota va précipiter Les lames d’Ashura dans une guerre fratricide…

Un récit haletant

Pour sa deuxième bande dessinée après The Golden Path, Baptiste Pagani frappe fort ! Il imagine un récit haletant, plein de rebondissements et passionnant autour d’un clan de femmes surpuissantes.

Ce groupe de guerrières matriarcal est un hommage aux films, séries ou romans de genre. Sorte de Mad Max au féminin, Les lames d’Ashura dévoile une sororité de femmes braqueuses n’hésitant pas à jouer du poing, mitrailleuses et autres lances-roquettes.

Quand elles ne s’entrainent pas, ces voleuses braquent des trains. Bombes pour les arrêter et balles pour tuer sont leurs lots quasi quotidien. La réputation des Lames d’Ashura est grande et fait peur rien que de prononcer le nom.

Guerrièr.es de choc

Les lames d’Ashura c’est un récit d’aventure où les héroïnes sont bad-ass et bodybuildées. Les guerrières de choc de Baptiste Pagnani si elles sont violentes, sont également attachantes. Il imprime de l’humanité à ses personnages pour accrocher le lecteur.

Au-delà de la matriarche sûre d’elle, il y a Shota, femme réfléchie qui tombe du côté obscure de la force mais également Ikari, tête brûlée et aimant le combat. Puis, il y a Osman, danseur de rêve qui fait fondre le cœur de toute les femmes du clan.

Une ambiance asiatique riche

Les lames d’Ashura est un récit de transmission, un récit de passage entre génération. En choisissant des femmes, Baptiste Pagani en fait une histoire universelle. Les tensions peuvent être identiques que l’on soit uniquement entre hommes, entre femmes ou ensemble. Les relations entre ses personnages sont beaucoup plus complexes que l’on pourrait croire au premier abord.

Pour enrichir son histoire, il la transpose dans un lieu pouvant faire penser à l’Inde. L’auteur peut ainsi parler de castes et de religions. Ce syncrétisme est beau sous ses pinceaux. Si les croyances sont en perte de vitesse, la deuxième partie de la bande dessinée en fera l’un de ses axes centraux. La danse et les arts sont aussi mis en lumière par de splendides planches où virevoltent les danseurs.

De la richesse des planches

Les lames d’Ashura bénéficie de tout le talent graphique de Baptiste Pagani. Ses ambiances de moiteur et de combats sont soulignées par une palette chromatique très dense. Ses planches regorgent de détails et apportent de la force à son récit. Il navigue avec aisance entre les pages d’action et celles plus poétique autour de la danse.

Son trait est moderne et vif. Entre Mad Max et le western, cet album glisse aussi un très joli clin d’œil au train de la série Transperceneige, par des locomotives fuselées et arrondies.

Article posté le dimanche 21 février 2021 par Damien Canteau

Les lames d'Ashura de Baptiste Pagani (Ankama / Label 619)
  • Les lames d’Ashura
  • Auteur : Baptiste Pagani
  • Editeur : Ankama, label 619
  • Prix : 18,90 €
  • Parution : 29 janvier 2021
  • ISBN : 9791033512530

Résumé de l’éditeur : Les « Lames D’Ashura » est une bande de pirates motorisés s’attaquant aux trains qui sillonnent les vastes steppes de Kalandra. Shota, Ikari et Osman -seul homme de ce groupe de braqueuses- obéissent aux ordres d’Ashura, la charismatique leader et véritable mère de substitution pour ces âmes perdues. Mais lorsque celle-ci meurt lors d’un de ces abordages, ils se retrouvent à nouveau orphelins. Ainsi le poids de l’héritage, de la transmission, de l’avenir de cette bande de pirates des terres se retrouve maintenant sur leurs épaules, pour le meilleur ou pour le pire.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée). Il est le rédacteur en chef du site Comixtrip.

En savoir