Un homme de joie, tome 2 : La ville monstre

Après un premier volume remarqué par la critique, Régis Hautière et David François poursuivent leur très belle chronique sociale et historique de Un homme de joie aux éditions Casterman.

SACHA AU CŒUR DE LA LUTTE

Sacha Bujak poursuit son travail sur les hautes tours de New-York. Ouvrier mal payé et aux conditions de travail délicates, il a pourtant touché de doigt le rêve américain après des années de famine en Ukraine son pays d’origine. Lettré et cultivé, constructeur de structures d’acier est pourtant le seul métier qu’il a trouvé, lui l’immigré. Il sera aussi l’un des moteurs des revendications contre les patrons exploitants. Alors qu’il souhaiterait que ses camarades se révoltent, il ne sera finalement suivi par personne.

SACHA ET LES SŒURS MAGDALENA

Le quadragénaire n’aspire qu’à une chose : sortir de sa condition et se rapprocher de Lena qu’il vient de rencontrer, l’une des sœurs jumelles prostituées. Tombée sous le charme de cette femme douce et réservée, il doit se frotter à la personnalité forte de Magda qui prend le pas sur sa sœur.

S’il souhaite aussi arracher le jeune femme de la prostitution, il doit alors se confronter à son souteneur, proche des milieux mafieux qui à cette période de prohibition mise sur le commerce de l’alcool et du corps.

UN HOMME DE JOIE : CHRONIQUE SOCIALE D’UNE BELLE JUSTESSE

La ville monstre est le second volet de cette belle chronique sociale sur les Etats-Unis des années 30, construite comme une comédie dramatique . Comme le souligne le titre de l’album, le gigantisme de New-York (tours en construction) asservit et pèse sur les épaules des habitants et des ouvriers. Alors que la crise de 1929 est encore présente, le travail manque et la prohibition est à son zénith. La mafia comme le montre l’album prospère dans le commerce clandestin.

Régis Hautière, auteur des merveilleuses séries Abélard et Alvin (avec Renaud Dillies, Dargaud) parvient de nouveau à accrocher le lecteur par une narration d’une grande habileté mettant en scène une histoire d’amour impossible, ainsi qu’un héros déraciné complexe et attachant. De plus, sa thématique est originale et assez prenante : la construction de gratte-ciel.

En juxtaposant en toile de fond les luttes sociales et la prohibition à son histoire, il pimente intelligemment ce drame qui aurait été au final très classique sans cela.

UN DESSIN D’UNE GRANDE ELEGANCE

Un homme de joie, le lecteur peut l’observer, est un récit solidement documenté pour sa partie narrative mais aussi graphique. David François poursuit admirablement la mise en image de ce second opus. Dans la veine de sa précédente publication, le dessinateur de la série De briques et de sang (Casterman) enchante le lecteur de son trait semi-réaliste réalisé aux feutres.

Son dessin est d’une très belle élégance, proposant des visages simples surmontés d’un trait unique. Les perspectives, les lignes de fuite sur les échafaudages sont vertigineuses. Pour impulser les mouvements, il intègre des frottements à son graphisme. Les belles courbes de ses personnages tranchent avec les lignes droites des poutres et poutrelles des buildings. Le tout est agrémenté de très belles couleurs.

Article posté le mercredi 27 avril 2016 par Damien Canteau

Second excellent volume de Un homme de joie une chronique sociale des immigrés aux Etats-Unis dans les annés 30, de Régis Hautière et David François décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Un homme de joie, tome 2/2 : La ville monstre
  • Scénariste : Régis Hautière
  • Dessinateur : David François
  • Editeur : Casterman
  • Prix : 13.95€
  • Parution : 04 mai 2015

Résumé de l’éditeur : 1933 : le New York de la grande époque, la ville monte toujours plus haut, la prohibition, les syndicats… qui s’y frotte finit toujours par s’y piquer. Sacha, est arrivé récemment à New York en provenance d’Ukraine. Il vit d’expédients entre chantiers de construction des gratte-ciels et coups de mains à son ami mafieux dans un bordel. Mais voilà, Sacha en pince pour les Magdalena sisters, soeurs siamoises et prostituées de leur état…

 

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir