L’Odeur des pins

L’Odeur des pins, un bien étrange titre qui fait référence au passé de Bianca Schaalburg, l’odeur qu’elle sentait quand elle se rendait chez sa grand-mère maternelle. Parce qu’effectivement, dans cet album, il est question de grands-parents et de souvenirs. Mais pas de ces souvenirs familiaux qu’on aime se raconter quand on est tous ensemble.

L'Odeur des pins - Bianca Schallburg - L'Agrume

Pour l’autrice allemande, il s’est agi d’aller à la recherche de ces non-dits dont personne ne voulait qu’ils refassent surface. Et en plus, comme le dit le personnage de la grand-mère figurant sur la couverture de cet album publié chez L’Agrume : « Je ne savais rien ».

Je ne savais rien.

C’est ce qu’a toujours affirmé la grand-mère de Bianca Schaalburg. Ma famille et ses secrets est le sous-titre de cet album, et c’est là-dessus que l’autrice allemande s’est penchée. À l’occasion du déménagement de sa grand-mère Else pour partir en maison de retraite, Bianca découvre une photo de son grand-père. Heinrich, c’est son prénom, arbore sur l’image datant de 1926 une broche au revers de sa veste où figure une croix gammée. Il appartenait donc au parti nazi ! Et déjà à cette période, alors qu’Hitler n’arriva au pouvoir qu’en janvier 1933.

L'Odeur des pins - Bianca Schallburg - L'Agrume

Mais quel genre de nazi pouvait donc être ce grand-père maternel ? Avait-il suivi ou était-il vraiment un nazi convaincu ? Décidée à faire la lumière sur l’histoire de sa famille, Bianca Schaalburg va se rendre aux archives régionales, en compagnie de son fils Emile. Ensemble, ils vont essayer de savoir comment leur famille a vécu à Berlin avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale.

L'Odeur des pins - Bianca Schallburg - L'Agrume

Qui était donc ce grand-père ?

Heinrich et Else Schott se sont rencontrés en 1932. Prothésiste dentaire au chômage, comme nombre de se compatriotes allemands, il obtient un emploi de comptable au DAF (Deutsche Arbeitsfront), le syndicat unique crée par les Nazis, une fois au pouvoir. Else est la parfaite femme au foyer avec quatre enfants qui vont naître entre 1934 et 1939. Et la famille habite un petit appartement.

L'Odeur des pins - Bianca Schallburg - L'Agrume

Quand la guerre est déclarée en septembre 1939, Heinrich risque d’être mobilisé. Mais son travail au DAF exige sa présence parce que « de plus en plus de Juifs commencent à décamper ». C’est l’expression utilisée par Heinrich pour mentionner que de plus en plus de Juifs disparaissent, sans que les gens ne s’en inquiètent, en Allemagne et dans les pays annexés. Heinrich a finalement été incorporé dans l’armée allemande et fut envoyé dans différents pays. Mais quel rôle avait-il bien pu jouer en Russie ou dans les Pays Baltes alors que sa famille l’attendait à Berlin ?

L'Odeur des pins - Bianca Schallburg - L'Agrume

Une maison spoliée

Pendant son enquête, Bianca Schallburg va apprendre que ses grands-parents, qui habitaient un petit appartement dans ce quartier où on sent L’Odeur des pins quand ils se sont mariés, ont vite déménagé dans une grande maison. Une maison dont les trois habitants juifs, Clara Hipp, Carl Loewensohn et Margarethe Silbermann, ont été expulsés. Ils sont partis comme on le leur avait intimé l’ordre et aucun d’eux n’est revenu.

L'Odeur des pins - Bianca Schallburg - L'Agrume

Le passé de sa famille a donc un lien avec ces trois personnes, dont les noms sont dorénavant gravés sur des Stolpersteine posés devant leur ancienne résidence d’Eisvogelweg.

L’autrice va également, grâce à cet ouvrage et son enquête, s’essayer à raconter l’existence de ces trois personnes disparues pour leur redonner une vie, même si celle-ci s’est arrêtée en 1942 et 1943 à Theresienstadt.

L'Odeur des pins - Bianca Schallburg - L'Agrume

L’odeur des pins : Une histoire de famille, mais également l’Histoire de l’Allemagne

Avec cet album vraiment très fort et surtout très personnel, Bianca Schaalburg revient sur l’histoire des siens, mais surtout sur l’Histoire de l’Allemagne contemporaine, depuis les années 1930 jusqu’à aujourd’hui. En effet, la période avant et pendant la Seconde Guerre mondiale est celle qui a déclenché ses interrogations. Mais celle d’après la guerre jusqu’à 2019 méritait qu’elle s’y intéresse également. C’est ainsi qu’elle va aborder la reconstruction du pays, la partition de l’Allemagne pendant la Guerre Froide, puis la réunification qui fit suite à la chute du Mur de Berlin en 1989.

L'Odeur des pins - Bianca Schallburg - L'Agrume

Pour faciliter tous ces retours en arrière, même si toutes les périodes sont datées, Bianca Schaalburg a choisi de les matérialiser par des différentes couleurs et parfaitement adaptées selon les décennies. Celles-ci reflètent parfaitement bien les événements vécus par les personnages et leur état d’esprit.

L'Odeur des pins - Bianca Schallburg - L'Agrume

L’autrice a également choisi de faire figurer, dans une annexe de près de trente pages en fin d’album, des fiches concernant les personnages, les lieux, les évènements mentionnés dans le récit pour approfondir certains versants historiques qui n’avaient pas pu l’être dans le scénario. Il en ressort comme cette impression que l’autrice a voulu partager avec nous la plus grande partie de ses recherches. Comme s’il lui était impossible, à son tour, de nous cacher certaines parties de son enquête.

L’Odeur des pins, un album hommage

Avec cette bande dessinée, Bianca Schaalburg a fait revivre sa famille maternelle et les secrets qui l’entourent. Des moments de vie tus pour masquer la culpabilité d’avoir vécu le nazisme, alors que tant d’autres personnes n’y ont pas survécu. Mais également des moments de bonheur familial puisque l’autrice s’est plongée dans ses souvenirs d’enfance pour raconter sa propre vision de sa famille et de son pays, l’Allemagne.

L'Odeur des pins - Bianca Schallburg - L'Agrume

L’Odeur des pins est un récit puissant et nécessaire afin de ne pas occulter et oublier ce qui a pu dans le passé de ceux qui sont notre famille. On ne peut qu’admirer et comprendre que Bianca Schaalburg ait voulu rechercher et connaître ses racines afin de pouvoir mieux construire son avenir et celui de ses enfants.

L'Odeur des pins - Bianca Schallburg - L'Agrume

Article posté le vendredi 05 juillet 2024 par Claire Karius

L'Odeur des pins - Bianca Schallburg - L'Agrume
  • L’Odeur des pins, Ma famille et ses secrets
  • Autrice : Bianca Schaalburg
  • Éditeur : L’Agrume
  • Prix : 26,00 
  • Parution : 11 avril 2024
  • Pagination : 208 pages
  • ISBN : 9782490975860

Résumé de l’éditeur : 

Une plongée passionnante dans notre histoire contemporaine, construite comme une enquête, qui interroge la culpabilité d’une famille allemande ordinaire sous le nazisme.

 » On ne savait rien.  » Ces mots prononcés par la grand-mère de Bianca Schaalburg ne cessent de lui revenir en tête. Peut-on traverser une guerre sans en connaître les atrocités ? Est-ce possible d’habiter une maison sans savoir que ses anciens locataires juifs en ont été expulsés pour être envoyés dans des camps de concentration ? Quel rôle a véritablement joué Heinrich, le grand-père, soi-disant comptable dans la Wehrmacht ? Était-il un nazi convaincu ou un simple suiveur ?

Dans L’Odeur des pins, l’autrice allemande Bianca Schaalburg replonge dans son enfance berlinoise et l’histoire de sa famille pour démêler les mensonges et les dénis liés aux traumatismes de la guerre. Pas à pas, nous la suivons dans cette enquête familiale sur quatre décennies, à travers le Troisième Reich, les années de reconstruction de l’Allemagne, la guerre froide, jusqu’aux événements de 1968…

 » Délicatement mais avec persévérance, Bianca Schaalburg lève le voile sur le rôle que sa famille a joué sous le Troisième Reich. Un grand livre !  »
– Ulli Lust

À propos de l'auteur de cet article

Claire Karius

Passionnée d'Histoire, j'affectionne tout particulièrement les albums qui abordent cette thématique. Mais pas seulement ! Je partage ma passion de la bande dessinée dans l'émission Bulles Zégomm sur Radio Tou'Caen et sur ma page Instagram @fillefan2bd.

En savoir