L’ogre amoureux

Un ours et un renard se promènent dans la forêt. Ce dernier est capturé et emmené chez le comte de Barback, un ogre. Épargnant le goupil, le dévoreur lui demande de chercher une femme afin qu’il se marie dès le lendemain. Nicolas Dumontheuil imagine L’ogre amoureux, un étonnant conte autour de l’amour et des préjugés. Sympathique et drôle.

A la recherche d’un bon dîner

Un ours et un renard – bons amis – se rendent dans un village afin de trouver des animaux à croquer. A la nuit tombée, le goupil pénètre dans une ferme et tente de creuser un trou sous le grillage : derrière, il y a un poulailler et ses habitantes qui n’attendent que d’être dévorées.

Alerté par le chien de garde, le fermier assène un coup de bâton à notre malheureux renard. Enchaîné dans un recoin d’une salle sombre, il apprend qu’il va être apporté au comte de Barback, le propriétaire des terres aux alentours et accessoirement ogre !

Dans la gueule de l’ogre

Comme tous les mercredis, les fermiers viennent ravitailler le comte de Barback. Le renard se retrouve ainsi avec des poules, un cochon et deux vaches.

Comme cela est singulier, le majordome de l’ogre lui annonce qu’il aura à son festin un renard. Même s’il ne souhaite pas le manger – il n’aime pas la chair de goupils – il demande de le voir. Pensant que le renard est malin et rusé, il lui propose de partir dès le lendemain à la recherche d’une épouse.

Après un lever aux aurores, le comte de Barback et le renard se mettent en chemin. L’ogre n’oublie pas de préparer ds animaux, futurs en-cas…

L’ogre amoureux : fable intelligente et drôle

Comme à son habitude, Nicolas Dumontheuil nous surprend par l’originalité des thématiques de ses albums. Après un western décalé avec Bigfoot, un album fantastique autour de l’armée coloniale dans La colonne, un polar loufoque au pays des lapons dans La forêt des renards pendus et le périple asiatique avec des pachydermes dans La longue marche des éléphants, il imagine une fable désopilante avec L’ogre amoureux.

Sans l’air d’y toucher et avec un ton faussement naïf, Nicolas Dumontheuil livre un regard aiguisé sur nos sociétés occidentales contemporaines. Quoi de mieux qu’un récit de fiction – ici le conte – pour livrer un regard sur notre monde. En construisant son récit de cette manière, il peut nous parler de romance, de recherche de l’être aimé. Tout le monde à « le droit à l’amour » malgré son apparence physique ingrate, son comportement et sa personnalité. Le comte de Barback  – un homme qui aime la viande ! – est repoussant dans tous les sens du terme pourtant il cherche l’apaisement, la stabilité auprès d’une future épouse.

Son duo avec le renard est singulier et complémentaire, lui qui terrorise les fermiers qui occupent ses terres. Pas très malin – il est capable néanmoins de s’en rendre compte – il s’associe, croit-il, à un être intelligent en la personne du goupil. Désarçonné par la demande de l’ogre, il souhaite avant tout sauver sa peau (dans un premier temps).

Image brouillée ?

Dans L’ogre amoureux, les situations sont cocasses, les dialogues ciselés et percutants. Les passe-d’arme entre l’ogre et le renard sont savoureuses, ce qui apporte son lot d’humour.

Le lecteur se laisse attendrir par cet homme si seul dans sa vie malgré un lourd passif, des dents acérées et une faim qu’il ne contient pas. Ainsi, les « trois images » sont mises en lumière : l’image que l’on a de soi (l’estime de soi), l’image que l’on veut renvoyer aux autres et la vraie image que les autres voient de nous. Ces regards sont d’une importance folle pour la construction d’un être humain. Et si ici, tout était brouillé ?

Nicolas Dumontheuil montre une nouvelle fois dans L’ogre amoureux qu’il est un excellent dessinateur. Les dessins gros-nez conviennent parfaitement à cette farce animalière. Les planches aux décors inondés sont somptueuses et drôles (voir aussi la couverture). L’auteur bordelais fait aussi des clins d’œil à ses illustres aînés avec le duo renard-ours qui rappelle les aventures de Sylvain et Sylvette de Jean-Louis Pesch ou encore le comte de Barback ayant une parenté avec Gargamel de Peyo, en encore plus cruel !

L’ogre amoureux : Ne jamais se fier aux apparences et à notre premier regard !

Article posté le mardi 25 septembre 2018 par Damien Canteau

L'ogre amoureux de Nicolas Dumontheuil (Futuropolis) - Comixtrip
  • L’ogre amoureux
  • Auteur : Nicolas Dumontheuil
  • Editeur : Futuropolis
  • Parution : 13 septembre 2018
  • Prix : 19€
  • ISBN : 9782754824026

Résumé de l’éditeur : Un matin, un renard et un ours arrivent dans une mystérieuse contrée. Le renard, parti à la recherche de poulaillers, est conduit au château du comte de Barback, un ogre légendaire. Ce dernier lui annonce qu’il ne le mangera pas s’il l’aide à trouver sa femme idéale.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir