L’Ogre Lion #1 – Le lion barbare –

Mine de rien, 2019 a été une année riche en production pour Bruno Bessadi. En mai de cette année-là sortait le génial Amazing Grace qu’il illustrait avec la collaboration scénaristique d’Aurélien Doucoudray. Quelques semaines avant, le marseillais clôturait avec succès une campagne participative destinée à financer un recueil rassemblant les dessins réalisées pour l’inktober de 2018. Son thème ? Le lion barbare. Un hommage assumé à l’un de ses films favoris réalisé par John Milius, Conan le Barbare. En y alliant l’anthropomorphisme, le dessinateur régalait avec ses illustrations à rugir de plaisir. C’est ainsi que, trois ans après, sont nées les prémices de l’Ogre Lion dont le premier tome est sans surprise baptisé Le lion barbare. Et pour ce premier essai où Bruno Bessadi est seul aux commandes, on peut d’ores & déjà constater qu’on entre sans peine dans l’univers qu’il nous dépeint. 

UNE INTRODUCTION HAUTE EN INTENSITÉ

La première planche de L’Ogre Lion annonce d’emblée la dimension dramatique dans laquelle évoluera ce premier tome. Dans une forêt enneigée, on y voit le visage tuméfié d’un lion pour qui il est insupportable d’entendre les voix de ses trois lionceaux lui demander pourquoi ils sont morts par sa faute. Combinées à des images insoutenables pour un père, son geste semble inéluctable.

Non loin de cette scène terrible, Wilt, un jeune chevreau, accourt précipitamment vers son camp de base installé par une communauté fanatique du Dieu cornu. Affolé, il vient avertir le Grand Prêtre de l’arrivée imminente d’une meute de loups.

C’est en se cachant de ce massacre qui se déroule sous ses yeux que Wilt fait la rencontre du lion estropié… quelques secondes… Car en un éclair surgit à la place du félidé le Grand Bakham Tyholi, un esprit puissant défenseur des herbivores. Après avoir terrassé les loups, l’immense silhouette aux deux cornes est interpellée par un Wilt pas impressionné. Lequel apprendra que Bakham ne pouvant vivre longtemps dans l’atmosphère de ce monde, il est contraint de se réincarner. Et c’est dans le corps du lion Kgosi que le démon a choisi d’habiter.

QUI EST L’OGRE LION ?

Kgozi Bombataa Begazi est amnésique. Il se retrouve dans les terres du Nord bien loin de son royaume de Koush qu’il dirigeait dans les terres du Sud. Les multiples cicatrices qui écorchent son corps traduisent la violence d’un passé dont il ne se souvient plus. Ses seuls repères ne sont guère rassurants : entre les visions macabres de ses fils et les incessantes accusations promulguées par Bakham, il n’arrive qu’à trouver une paix éphémère en mettant fin à sa vie, jusqu’à sa résurrection.

Pour recouvrer la mémoire, la seule solution de Kgosi est de retourner au pays. Il trouvera en Wilt un précieux guide dans cet itinéraire menaçant. Le chevreau téméraire ayant lui-même intérêt à fuir la secte dans laquelle il était enrôlé, les deux nouveaux compagnons de route vont peu à peu apprendre à se connaître et, malgré quelques tensions, à s’apprécier.

LA BALADE DU LION ET DU CHEVREAU

Accompagnés de l’indissociable exterminateur de carnivores, Kgosi et Wilt feront des rencontres aussi surprenantes qu’importantes. Notamment avec Othila, cette souris dont la taille n’est pas à la hauteur de son âme de guerrière. Prête à tout pour honorer et défendre ses semblables, elle saisit l’opportunité de partir avec les deux compères afin que la fatalité de sa courte vie soit associée à la fougue et au courage. Celle qu’on surnomme Crève-Œil deviendra un atout non-négligeable dans les obstacles qui vont se dresser dans cette longue traversée.

Kgosi aura fort à faire pour rejoindre ses terres du Sud. Entre les mystères à éclaircir, et les conséquences sanguinaires que ses morts provoquent, il pourra compter sur le solide soutien de ces alliés inattendus. Mais la route sera longue pour délivrer son peuple et reconstituer le puzzle de son passé.

BRUNO BESSADI SORT SES GRIFFES

Bruno Bessadi doit aimer les animaux ! En tout cas il les met régulièrement en scène dans ses bandes dessinées. En atteste leur présence dans une de ses brillantes séries qu’est Zorn & Dirna (en collaboration avec Jean-David Morvan). Tout comme cet hommage à l’un des plus célèbres contes animaliers, Boucle d’Or et les Trois Ours. Le retrouver, seul, à la confection d’un triptyque anthropomorphique en devient presque une évidence.

L’ÉQUILIBRE DES ÉMOTIONS

Et on ne peut que louer cet univers qu’il a crée tant son trait est précis et ses personnages, herbivores ou carnivores, tous dotés d’une prestance qui crédibilisent parfaitement son récit. Dans une ambiance Héroïc Fantasy, Bruno fait du Bessadi. A l’instar de ce que nous avions adoré dans Amazing Grace, l’auteur trouve encore ce bel équilibre à conjuguer les scènes sanglantes avec la fragilité touchante de ses protagonistes. En équipe avec Joo qui assure, avec une belle variété, la mise en couleurs, le dessinateur de Bad Ass montre une nouvelle fois toute la sensibilité qui se dégage de son crayon et de son imagination.

L’Ogre Lion est une série qui débute sous les meilleures auspices. On a hâte de savoir ce qui s’est passé pour que Kgozi inspire autant de terreur ! Nul doute qu’on sera surpris pas ce que son créateur nous dévoilera par la suite.

 

Article posté le dimanche 12 juin 2022 par Mikey Martin

L'Ogre Lion (Drakoo) de Bruno Bessadi, un premier tome décrypté par Comixtrip, le site BD de référence
  • L’ Ogre Lion, Tome 1 – Le Lion Barbare –
  • Auteur : Bruno Bessadi
  • Coloriste : Joo
  • Éditeur : Drakoo
  • Prix : 14,50 €
  • Parution : 19 janvier 2022
  • ISBN : 978-2-490-73535-8

Résumé de l’éditeur : Une généreuse aventure tendre et farouche où s’entrechoquent démon maléfique et injustices sociales. Dans les contrées du nord, nul n’a jamais vu de lynx aussi grand. Normal: Kgosi est un lion. Mais que fait-il si loin de ses terres ? Pourquoi partage-t-il son corps avec un sanguinaire démon pourfendeur de carnivores ? C’est ce que se demande le jeune Wilt, imprévu compagnon de route du morose guerrier. La vérité se dévoile au fil de leur périple vers le royaume au-delà des mers où Kgosi doit se retrouver lui-même et se confronter à son passé pour espérer délivrer son peuple…

À propos de l'auteur de cet article

Mikey Martin

Mikey, dont les géniteurs ont tout de suite compris qu'il était sensé (!) a toujours été bercé par la bande dessinée. Passionné par le talent de ces scénaristes, dessinateur.ice.s ou coloristes, il n'a qu'une envie, vous parler de leurs créations. Et quand il a la chance de les rencontrer, il vous dit tout !

En savoir