Mauvais genre

Mauvais genre est un étonnant et un long voyage en eaux troubles que propose chez Delcourt Chloé Cruchaudet. C’est l’histoire vraie d’un travesti dans les années folles, Paul, et de sa femme Louise.

Nous sommes dans le Paris des années folles. Paul Grappe et Louise Landy, deux jeunes gens modestes, tombent amoureux l’un de l’autre. Ils se marient puis Paul doit partir effectuer son service militaire. Mais voilà que la guerre éclate. Paul, promu caporal, est mobilisé. Il va alors connaître rapidement ce qu’on a appelé l’enfer des tranchées, avec son cortège de feu, de sang, de pauvres bougres saisis par la trouille et parfois la folie. Paul veut échapper à ce funeste destin et fuir la guerre. Il se coupe un doigt mais on le renvoie en première ligne. Paul prend alors une décision irrémédiable. Il sera déserteur.

UN COUPLE HORS NORMES

Seulement voilà, à une époque où le patriotisme tient encore lieu de morale, désertion équivaut à condamnation et exclusion. Le soldat mutilé qui veut échapper à l’horreur de la guerre doit vivre caché. Pour Paul, la solution sera de devenir autre. Cet autre s’appellera Suzanne. Pendant dix ans, l’ancien soldat se travestira en femme. Ce changement le bouleversera jusqu’au plus profond de son être. Paul va se mettre à boire, à se droguer, devenir violent avec Louise, vivre ue sexualité plus débridée qu’avant. Elle le suivra jusqu’au bout de cette aventure…

Ce roman graphique est une adaptation d’un essai historique et biographique de Danièle Voldman et Fabrice Virgili, « La garçonne et l’assassin », pa»ru aux éditions Payot en 2011, réédité en poche au printemps (lire ci-dessous). Chloé Cruchaudet, dont le talent de dessinatrice est déjà reconnu ( « Les autres gens », « Groenland Manhattan », « Ida ) signe ici une magistrale transposition d’un fait divers méconnu qui pose bien des questions.

Qui sommes-nous vraiment? Qu’est-ce que le genre, l’identité sexuelle? Comment les grands événements de  l’histoire du monde influent sur les destins individuels?

L’absence de cases, la subtile économie des couleurs ( rouges, noirs et gris), le trait épuré de Cruchaudet donnent à l’ouvrage une atmosphère tour à tour glauque et troublante, douce et violente. Au final, on ne sort pas indemne de cette lecture. Croyez-le bien, cet album est une vraie réussite!

Article posté le vendredi 06 septembre 2013 par Jean-Michel Gouin

  • Mauvais genre
  • Scénario et dessins: Chloé Cruchaudet
  • Editeur: Delcourt
  • Parution: septembre 2013
  • Prix: 18,95 €

Un essai pour aller plus loin

En 2011, les éditions Payot & Rivages ( 2013 pour l’édition de poche) publiaient La garçonne et l’assassin sous titré Histoire de Louise et de Paul, déserteur travesti, dans le Paris des années folles.
Leurs auteurs, Fabrice Virgili et Danièle Voldman, tous deux historiens et directeurs de recherche au CNRS reconstituaient la tragique histoire de ce couple, à partir d’archives étonnantes jusque-là inexploitées… Leur histoire débute en 1911. Lui, Paul Grappe, fils unique issu d’une famille populaire, elle, Louise Landy, fille de journaliers originaires de l’Ardèche. Quand la guerre éclate, en août 1914, le couple n’a pas encore pleinement goûté les joies de la vie conjugale. Paul est envoyé au front où il est blessé par deux fois.
Traumatisé, il refuse de retourner au « casse-pipe » et déserte. De retour à Paris, il décide de se fondre dans le décor. Pour échapper à son destin, le jeune homme de 25 ans va se travestir en femme et devenir « Suzy ». Jusqu’au réglement de la paix, et au-delà, il sera Suzanne Landgard et devenir aux yeux du monde l’ami(e) de Louise avec laquelle il vit en meublé. Aux dires des témoins de l’époque, Paul est très crédible en Suzy. Adepte de l’échangisme sexuel et de l’amour libre, il finira tragiquement, assassiné par sa femme en 1928, épuisée par sa violence et ses dérèglements…
A peu près à la même époque qu’une Violette Nozières ou que celle des sœurs Papin, l’histoire de Louise et de Paul n’a pas eu le même retentissement. Pourtant, ce faits divers hors normes magnifiquement relaté dans le travail socio-historique de Virgili et Voldman n’a pas eu la même prospérité. Il reste toutefois un témoignage fort intéressant sur l’atmosphère des années folles et brasse à la fois les questions de genre , de l’homosexualité, de la virilité et de la complexité des sentiments amoureux…

À propos de l'auteur de cet article

Jean-Michel Gouin

Jean-Michel Gouin

Passionné par l'écrit, notamment l'histoire, la littérature policière et la bande dessinée, Jean-Michel Gouin est journaliste à Poitiers.

En savoir